Publié le 18 mai 2014 à 11:11

La fondation de Franz Weber pourrait toucher un million de francs

Des chalets de l'architecte Marc Rolinet à Grimentz.
De nombreuses communes valaisannes, notamment alpines comme ici Grimentz, dépassent la barre des 20% de résidences secondaires. [Keystone/Jean-Christophe Bott]
Helvetia Nostra pourrait toucher près d'un million de francs après sa victoire mercredi devant le Tribunal fédéral sur l'application de la Lex Weber. Par ailleurs, les Suisses ne voteraient pas différemment aujourd'hui, selon un sondage.

Helvetia Nostra est sortie mercredi vainqueur devant le Tribunal fédéral d'une longue bataille juridique sur l'application de l'initiative pour interdire la construction de résidences secondaires dans les communes où elles dépassent 20% des constructions. Lire aussi: Les recours contre les résidences secondaires autorisés par le Tribunal fédéral

Cette victoire pourrait rapporter un gros pactole à la fondation de Franz Weber, d'après son avocat, cité par Le Matin Dimanche. "Ce n'était pas le but de l'opération, mais je dirais, avec une estimation à la louche, que nous devrions recevoir près d'un million de francs", a déclaré Pierre Chiffelle au journal dominical.

Les demandeurs de permis déboutés à la caisse

Cette somme représente les frais de recours que l'association avait avancés lors de ses très nombreuses oppositions devant les tribunaux cantonaux et le Tribunal fédéral, ainsi que les futurs dépens liés aux recours.

Selon l'usage, ce sera aux demandeurs de permis de construire déboutés de passer à la caisse et, selon Le Matin Dimanche, les communes fautives devront peut-être participer.

vtom

Publié le 18 mai 2014 à 11:11

Sondage: le "oui" confirmé et conforté

Selon un sondage réalisé par la SonntagsZeitung, les Suisses ne voteraient pas différemment aujourd'hui sur l'initiative pour interdire les résidences secondaires dans les communes où elles dépassent 20% des constructions.

Le oui est même conforté puisque 57,3% des sondés se sont exprimés en faveur du texte (36,1% de non), alors qu'il avait obtenu 50,6% de oui le 11 mars 2012. Parmi les personnes interrogées, 53,2% sont même favorables à une application stricte de l'initiative (32,8% sont contre).

Le projet de Christophe Darbellay, qui a évoqué la possibilité de lancer une initiative populaire pour corriger les effets négatifs de la Lex Weber, rencontre un net rejet. 58,5% des sondés y sont défavorables, contre seulement 33,8% de oui.