Modifié le 22 mai 2013 à 09:25

Le site de l'ambassade de France enlève un lien pour ouvrir un compte en Suisse

Raudière
C'est la députée Laure de La Raudière qui a soulevé la problématique du lien figurant sur le site de l'ambassade de France. [PIERRE VERDY - ]
L'ambassade de France en Suisse supprime de son site un lien qui renvoyait à une proposition d'aide pour ouvrir un compte bancaire en Suisse.

Un lien renvoyant à un cabinet privé proposant une aide pour ouvrir un compte en Suisse a été supprimé mardi sur le site de l'ambassade de France en Suisse.

L'existence de ce lien a fait l'objet d'une question à l'Assemblée nationale de la députée UMP Laure de la Raudière, destinée au ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. 

La députée "s'étonne que le site  de l'ambassade de France en Suisse puisse renvoyer ses visiteurs vers de telles informations alors que le gouvernement entend lutter contre la fraude fiscale et la fuite des plus grosses fortunes françaises vers l'étranger".

Faciliter l'installation

"Nous avons un certain nombre de liens pratiques sur le site pour faciliter l'installation de Français en Suisse qui y viennent pour des raisons professionnelles", a indiqué un porte-parole de l'ambassade.

"Ce lien présentait le défaut d'orienter le lecteur vers un cabinet de conseil. C'est une anomalie qui a été corrigée" a-t-il ajouté. 

afp/pym

Publié le 21 mai 2013 à 16:08 - Modifié le 22 mai 2013 à 09:25

Auditions publiques sur l'affaire Cahuzac

Des députés français ont entamé mardi une série d'auditions publiques pour déterminer si Jérôme Cahuzac a bénéficié ou non de protections étatiques.

La commission d'enquête parlementaire vise à déterminer "d'éventuels dysfonctionnements" dans l'action de l'exécutif entre le 4 décembre 2012, date des premières révélations du site d'information Mediapart sur le compte en Suisse non déclaré de l'ex-ministre au Budget, et le 2 avril 2013, date de sa mise en examen.

Dans la matinée, les deux journalistes de Mediapart à l'origine des révélations ont pris place devant les députés pour livrer leur version.

Trois ministres en exercice doivent être entendus dans le cadre de ces auditions: Pierre Moscovici (Economie), Manuel Valls (Intérieur), et Christiane Taubira (Justice).

Jérôme Cahuzac, inculpé pour blanchiment de fraude fiscale après avoir reconnu qu'il avait détenu un compte à l'étranger, comparaîtra également devant la commission à une date non encore rendue