Modifié

Sondage: non à l'élection du Conseil fédéral par le peuple

Le premier sondage SRG SSR sur les votations du 9 juin a été publié vendredi. [RTS]
Le premier sondage SRG SSR sur les votations du 9 juin a été publié vendredi. [RTS]
Les Suisses rejettent clairement l'initiative populaire "Election du Conseil fédéral par le peuple" et sont plutôt favorables à la révision de la loi sur l'asile, selon le premier sondage SRG SSR concernant les votations du 9 juin.

Les citoyens suisses sont assez nettement opposés à l'idée de choisir eux-mêmes les conseillers fédéraux mais adhèrent pour près de la moitié d'entre eux à la révision de la loi sur l'asile. C'est ce que révèle le premier sondage gfs.bern en vue des votations du 9 juin prochain, publié vendredi pour le compte de la SSR.

Le traditionnel clivage gauche-droite est, sans surprise, particulièrement clair en ce qui concerne l'asile.

Le peuple ne veut pas élire le Conseil fédéral

L'initiative populaire "Election du Conseil fédéral par le peuple" a très peu de chances de passer la rampe selon le sondage: 67% des personnes interrogées y sont opposées, 25% seulement diraient oui au texte.

L'objet du vote est extrêmement simple et clair, ce qui explique sans doute que seuls 8% des sondés disent ne pas encore avoir fait leur choix.

Si on se penche sur les tendances politiques des personnes interrogées, on note une remarquable homogénéité entre électeurs de tous les partis à l'exception de ceux de l'UDC.

Des Verts aux libéraux-radicaux, on dit "non" ou "plutôt non" à plus de 70%  (81% d'opposants PDC, le rejet le plus net) alors que le score du oui est faible: 12% chez les démocrates-chrétiens, 9% chez les Verts, 13% chez les socialistes et 19% chez les sympathisants PLR.

Seule contre tous, l'UDC, à l'origine du texte: 26% de ses électeurs sont pour un "oui" franc et massif, 30% disent "plutôt oui". Mais ils sont tout de même 38% à rejeter l'initiative. Les sondés qui disent ne se référer à aucun parti pour faire leur choix représentent exactement le score national moyen: 67% d'opposants.

La révision de la loi sur l'asile approuvée   

La révision de la loi sur l'asile semble bien partie avec près de 50% de oui ou plutôt oui. [RTS]La révision de la loi sur l'asile semble bien partie avec près de 50% de oui ou plutôt oui. [RTS]La révision de la loi sur l'asile paraît bien partie avec 48% de "oui", 25% de "non". Il faut toutefois souligner que 23% des personnes interrogées déclarent ne pas encore savoir ce qu'elles voteront ou ne donnent pas de réponse.

Les électeurs UDC sont les plus favorables (41% de "oui", 22% de "plutôt oui") devant les libéraux-radicaux (35% de "oui", 27% de "plutôt oui") et les PDC (29% de "oui" et 17% de "plutôt oui". Si les électeurs proches du PS sont à 25% plutôt d'accord avec la révision, ils sont aussi les plus nombreux à se déclarer plus ou moins hostiles au texte (46% dont 27% de "plutôt non" et 19% de "non") alors que les Verts le rejettent à 42% (dont 27% de "non" fermes).

Le sondage ne relève cette fois-ci pas de divergence significative entre régions linguistiques ou entre ville et campagne, lignes de fractures habituelles sur ce genre d'objet.

Participation

Ce sont les électeurs des Verts qui sont les plus enthousiastes à l'idée d'aller voter le 9 juin: 53% d'entre eux sont sûrs et certains de participer au scrutin et 39% le feront vraisemblablement.

Les sympathisants démocrates-chrétiens et UDC sont pour l'instant moins mobilisés avec respectivement 40 et 47% des personnes qui ont assuré les sondeurs de leur présence aux urnes.

Et ce sont les citoyens qui ne se réclament d'aucune tendance partisane qui sont les moins motivés par ces deux objets puisque seuls 27% d'entre eux garantissent qu'ils sont iront voter.

Pierre-Yves Maspoli

Publié Modifié

La méthode

Le sondage gfs.bern a été réalisé par téléphone entre le 22 et le 27 avril 2013.

Le panel, représentatif de toutes les couches de la population, était constitué de 1202 personnes (702 personnes en Suisse alémanique, 300 en Suisse romande et 200 en Suisse italienne).