Modifié

Le Parti libéral-radical rejette la loi sur l'aménagement du territoire

Assemblée des délégués du PLR le 2 février 2013 à Zurich. [Keystone]
Assemblée des délégués du PLR le 2 février 2013 à Zurich. [Keystone]
Réunis en assemblée à Zurich, les délégués du PLR ont recommandé samedi le rejet de la loi sur l'aménagement du territoire (LAT). Le parti préconise ainsi un triple non pour les votations du 3 mars prochain, avec ses oppositions à l'initiative Minder et à l'article sur la politique familiale.

Les délégués du PLR recommandent de rejeter la révision de la loi sur l'aménagement du territoire soumise au vote le 3 mars. Ils estiment qu'elle bafoue le principe du fédéralisme et la souveraineté des cantons et qu'elle ne remplit pas le but visé, à savoir la protection du paysage.

Lors d'un débat virulent, les Valaisans se sont une nouvelle fois placés en première ligne d'attaque contre la révision. Philippe Nantermod l'a qualifiée de "clou supplémentaire dans le cercueil du fédéralisme". "On n'aménage pas la Bahnhofstrasse comme on aménage les villages de montagne", a encore lancé le co-président des jeunes libéraux-radicaux sous les applaudissements. Le président du PLR Valais Georges Tavernier a quant à lui estimé que la loi ne faisait que monter les cantons les uns contre les autres.

"La LAT manque son objectif"

Les partisans de la loi n'ont pu que rappeler que la protection du paysage était nécessaire. L'an dernier, une surface équivalente au lac de Morat a été construite et il n'y a pas de fin en vue, a fait remarquer Carmen Walker-Späh, présidente du PLR Femmes.

Plusieurs délégués ont souligné ne pas remettre en question la nécessité d'avoir un aménagement du territoire strict afin de stopper le mitage du paysage. Ils ont toutefois fait valoir que la révision de la loi ne prévoyait pas les mesures nécessaires afin d'atteindre ce but. Au final, 185 délégués ont rejeté le texte contre 85 et 5 abstentions.

Les libéraux-radicaux ont également dit "non" à l'initiative pour la protection du paysage qui sera soumise au peuple si la révision ne passe pas la rampe le 3 mars. Le verdict a été très clair, par 285 voix contre une et une abstention.

Femmes PLR déçues

Les mots d'ordre pour les deux autres objets soumis au peuple le 3 mars ont été pris antérieurement. Les délégués s'étaient prononcés contre l'initiative sur les rémunérations abusives en décembre dernier.

Et les présidents de sections ont rejeté l'article constitutionnel sur la famille vendredi. Ce sont deux revers pour les femmes PLR, qui soutiennent l'article et la révision.Interrogée par l'ats, leur présidente Carmen Walker-Späh s'est dite "très déçue", étant donné que la conciliation entre famille et profession est le thème clé de la section. Le parti national n'est toutefois pas contre ces questions, il préfère un autre chemin, a-t-elle relativisé.

ats/rber

Publié Modifié

Nouvelle stratégie pour les infrastructures

L'assemblée ayant lieu symboliquement à deux pas de la gare de Zurich-Oerlikon et de sa future ligne diamétrale, un des chantiers ferroviaires les plus importants de Suisse, les délégués se sont mis d'accord sur leur stratégie pour les infrastructures à l'horizon 2040.

Ils ont accepté le papier de position présenté par leur direction mi-janvier. Le texte prévoit le développement des infrastructures ferroviaires - principalement sur l'axe est-ouest -, routières et des télécommunications. Il propose notamment un RER national avec une cadence de train de 15 minutes entre Genève et St-Gall.

Quant au financement, "c'est la grande question que nous devons résoudre tous ensemble", a déclaré un des auteur, le conseiller national vaudois Olivier Français. Une chose est sûre: le consommateur doit participer.