Modifié le 06 décembre 2012 à 21:06

Deux erreurs dans les décomptes sur le même vote au Conseil des Etats

Le vote à main levée du Conseil des Etats a vécu deux couacs en trois jours.
Le vote à main levée du Conseil des Etats a vécu deux couacs en trois jours. [Lukas Lehmann - ]
Les scrutateurs du Conseil des Etats auraient-ils des problèmes avec les mathématiques? En l'espace de deux jours, la Chambre haute s'est prononcée deux fois sur le même objet et après un décompte de voix erroné mardi, une autre erreur est intervenue dans le vote de jeudi.

La Suisse n'interdira pas l'importation de peaux de reptiles d'Indonésie. Si cette décision du Conseil des Etats n'était pas la plus attendue de la session, les erreurs qui se sont multipliées lors des décomptes de voix laissent songeur.

Ce mardi, les sénateurs ont voté une première fois sur cet objet. Le score annoncé était alors de 18 à 18 et, en tant que président de la Chambre, Filippo Lombardi avait dû trancher, faisant pencher la balance du côté du non. Mais ce résultat a été remis en cause par une vidéo tournée par la plateforme Politnetz: les sénateurs auraient en fait accepté la motion par 19 voix contre 17.

Les sénateurs ont donc logiquement dû voter à nouveau. Et les résultats continuent de soulever la polémique. Officiellement, le score de était de 21 voix contre 21 et Filippo Lombardi a de nouveau fait pencher la balance vers le non. Toutefois, toujours selon Politnetz, le résultat effectif ne serait à nouveau pas celui annoncé: le nombre de "non" serait d'au moins 22, a indiqué un collaborateur de la plateforme, confirmant une information de NZZ.ch.

Main levée ou vote électronique

Seuls les scrutateurs sont habilités à décompter les voix et aucun autre moyen n'est prévu dans la loi, a fait remarquer le président à propos de cette polémique. Roberto Zanetti (PS/SO) a donc demandé un nouveau scrutin. Le socialiste soleurois n'a pas manqué au passage de critiquer le fait que le Conseil des Etats aie refusé la semaine passée de passer du vote à main levée au vote électronique.

Un compromis avait pourtant été proposé en commission, soit une publication sur Internet uniquement, lors de votes finaux par exemple, mais l'idée a finalement été balayée.

Mais le sort réservé à la motion n'est toutefois pas remis en cause pour le moment. Les sénateurs préfèrent miser sur les efforts menés au niveau international. Les méthodes de mise à mort des reptiles sont certes condamnables, mais interdire les importations ne réglerait en rien le problème

ats/boi

Publié le 06 décembre 2012 à 12:52 - Modifié le 06 décembre 2012 à 21:06