Modifié

La Suisse priée d'être ambitieuse pour réduire ses émissions de CO2

En révisant la loi sur le CO2, l'objectif de réduction du dioxide de carbone de 20% d'ici à 2020 de la Suisse peut être atteint. Cependant, pour enrayer 2 degrés de réchauffement de la planète, elle doit redoubler d'effort, sans forcément reprendre la réglementation de l'UE. [PATRICK PLEUL - Keystone]
En révisant la loi sur le CO2, l'objectif de réduction du dioxide de carbone de 20% d'ici à 2020 de la Suisse peut être atteint. Cependant, pour enrayer 2 degrés de réchauffement de la planète, elle doit redoubler d'effort, sans forcément reprendre la réglementation de l'UE. [PATRICK PLEUL - Keystone]
La Suisse doit diminuer ses émissions de CO2 de 80 à 95% par rapport à 1990 d’ici 2050, estime l'Organe consultatif sur les changements climatiques. Ce dernier plaide pour une politique autonome.

La Suisse doit mener une politique ambitieuse pour lutter contre le réchauffement de la planète. D'ici à 2050, elle peut et doit réduire ses émissions de CO2 de 80 à 95% par rapport à 1990, plaide l'Organe consultatif sur les changements climatiques (OcCC).

Dans un rapport publié vendredi, les experts estiment que les défis à venir peuvent être maîtrisés. La Suisse a fait un premier pas dans la bonne direction en révisant la loi sur le CO2 et l'objectif de réduction du dioxide de carbone de 20% d'ici à 2020 peut être atteint.

Redoubler son effort

Mais cela ne suffira pas pour enrayer 2 degrés de réchauffement de la planète. Compte tenu de la forte intégration internationale de son économie, la Suisse doit redoubler d'efforts dans son propre intérêt.

Pour la conseillère nationale Kathy Riklin (PDC/ZH), présidente de l'organe de consultation du Conseil fédéral, il faut défendre une vision zéro des émissions de gaz à effet de serre à l'horizon de la fin du siècle.

Pas forcément en reprenant la réglementation de l'UE. L'organe consultatif plaide pour une politique autonome. Les revenus ne fondraient que de 0,35 à 2,5% par rapport au statu quo, affirment les experts. Mais ne rien faire coûterait beaucoup plus cher.

La Suisse doit reprendre son autonomie et mener une politique ambitieuse, même si ce sera difficile de devenir soudain un élève modèle, a concédé Kathy Riklin.

Société à une tonne de CO2

Des objectifs comme la société à 2000 watts, la société à une tonne de CO2 (au lieu de 5 actuellement) sont faciles à communiquer. Les structures énergétiques doivent être transformées via un accent sur l'efficacité et le courant renouvelable.

Selon l'OcCC, il faut tenir compte globalement des intérêts de la société, du monde politique et de l'économie sans perdre de vue les objectifs. Pour y arriver, l'OcCC mise d'abord sur les incitations financières avec un renchérissement des matières premières et formes d'énergie carbonées.

Des prescriptions sévères en matière d'émission et d'efficacité ainsi qu'un environnement favorable à l'innovation sont également au menu. Les gros consommateurs d'énergie pourraient être soutenus, mais seulement temporairement, afin de privilégier le changement.

ats/aduc

Publié Modifié