Publié

Le taux de logements vacants reste à un faible niveau en Suisse

Objectif: freiner la pénurie de logements.      [Gaetan Bally - Keystone]
Objectif: freiner la pénurie de logements. [Gaetan Bally - Keystone]
Dix-sept cantons ont enregistré une augmentation du nombre de logements vacants en juin par rapport à l'an passé, selon l'Office fédéral de la statistique. La situation reste néanmoins tendue dans le pays.

La Suisse comptait au 1er juin 2012 très exactement 38'920 logements vacants, soit 0,94% du parc disponible, un taux identique à celui de l'an passé. L'augmentation de quelque 500 unités libres représente une hausse modeste d'un peu plus de 1%.

Le nombre de logements disponibles a augmenté dans 17 cantons, a indiqué jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans son relevé annuel. Soleure fait état du taux de logements vacants le plus élevé (1,98%). À l'autre bout du tableau on trouve Genève avec le taux le plus bas (0,33%).

Il reste difficile de trouver un logement

Même si il reste difficile de trouver un logement en Suisse, la situation s'est améliorée dans 15 cantons, où le taux de logements vacants a progressé.

Nidwald affiche la hausse la plus marquée (de 1,00 à 1,57%), et Appenzell Rhodes-Extérieures le recul le plus important (de 1,99 à 1,67%). Le taux est resté stable à Fribourg et à Bâle-Campagne.

Parmi les grandes régions, celles de Zurich et de l'Espace Mittelland affichent une baisse du nombre de logements vacants et du taux de logements libres. Zurich compte ainsi 529 logements de moins que l'an passé et l'Espace Mittelland 381. Dans les autres grandes régions, ces valeurs ont progressé.

A l'échelle cantonale, après Genève on trouve en deuxième et troisième positions Bâle-Campagne et Bâle-Ville (avec un taux de vacance respectivement de 0,44 et 0,46%). Viennent ensuite Zoug (0,48%), et à égalité Zurich et Vaud (0,56%).

Légère amélioration en Suisse romande

En Suisse romande, tous les cantons, à l'exception de Neuchâtel qui est resté stable, affichent une hausse du taux de logements vacants. Même Genève, lanterne rouge de ces statistiques, progresse de 0,25 à 0,33%.

Au 1er juin, on dénombrait 4740 maisons individuelles vacantes en Suisse, soit une hausse de près de 4%. Le nombre des nouveaux logements vides a pour sa part augmenté de 2% à 4960.

ats/jgal

Publié

L'offre de 3 ou 4 pièces domine

Concernant la taille des habitations inoccupées, l'Office fédéral de la statistique relève que les logements de trois et quatre pièces sont présents en quantité dominante.

Il y a une baisse pour les unités d'une pièce (-0,9%), mais une hausse marquée pour les appartements d'au moins 6 pièces (+15,9%).

Selon les chiffres de l'OFS, la Suisse dénombrait 4,13 millions de logements à la fin 2011. Le taux national de vacance de 0,94% implique que 38'920 logements étaient vacants début juin.

Sur ce total, 30'920 étaient à louer (+100 unités), tandis que 8010 étaient à vendre (+410 unités).

A noter que le calcul du taux de vacance ne permet pas de déterminer combien de logements étaient sur le marché en tout au 1er juin. Cela en raison des logements qui ont été reloués directement à cette date ou qui ont été mis en vente à une date ultérieure.

L'Asloca appelle à réagir "contre la pénurie"

L'Association suisse des locataires (ASLOCA) a réagi jeudi aux chiffres de l'OFS en déplorant la persistance du faible taux de vacance.

Elle attend des efforts beaucoup plus conséquents de la part du secteur public et de la Confédération "pour remédier à la précarité de l'offre en favorisant la construction de logements d'utilité publique".

Par exemple, les terrains inutilisés de la Confédération pourraient être affectés à la construction de logements à loyers modérés. Aussi, l'association demande que les contributions fédérales à la promotion de la construction de logements dans les cantons soient augmentées.