Modifié

"Il faut débattre sur la question migratoire!", insiste Christian Levrat

Ne pas parler de politique migratoire serait une grosse erreur politique, dit Christian Levrat [Martial Trezzini - Keystone]
Ne pas parler de politique migratoire serait une grosse erreur politique, dit Christian Levrat [Martial Trezzini - Keystone]
Le président du Parti socialiste Christian Levrat a estimé jeudi dans "Le Journal du matin" de la RTS que refuser de parler de la question migratoire au sein du PS serait une grosse erreur politique.

Asile et politique migratoire sont deux dossiers chauds sur lesquels le parti socialiste opère un recentrage remarqué. Ces questions seront abondamment débattues lors de l'assemblée des délégués du PS les 8 et 9 septembre à Lugano - avec de vives discussions en perspective.

Dans son document de position qui sera soumis à l'assemblée, le président du Parti socialiste Christian Levrat aborde notamment les questions liées à la politique migratoire - avec des propositions comme serrer la vis contre les requérants délinquants ou durcir les mesures contre le dumping salarial. Le PS veut-il renforcer sa crédibilité en matière de politique migratoire?

Un débat trop longtemps évité

Invité dans le "Journal du matin" de la RTS, le président du PS estime qu'il faut "préparer le débat sur la libre circulation des personnes, grand thème de la législature à venir".

Le Fribourgeois préconise un "renforcement des mesures d'accompagnement". "La migration n'est pas à l'origine des déficits qu'on connaît, par contre, elle les met en évidence", précise Christian Levrat. "Et refuser d'entrer en débat sur cette question migratoire, refuser de traiter parallèlement à cette question migratoire des problèmes qu'elle induit sur le marché du travail, sur le marché du logement, c'est à mon avis une grosse erreur politique", estime le conseiller aux Etats.

"Je pense que l'on (ndlr: les socialistes) a très longtemps évité ce problème migratoire et qu'il faut l'aborder de front. C'est quelque chose qui est largement partagé, je crois, dans le parti. J'ai entendu, c'est contesté par certains, j'espère qu'ils seront minoritaires parce que je crois que ce n'est pas en taisant les problèmes qu'on les résout," précise le Fribourgeois. "On a trop longtemps laissé l'UDC définir le cadre dans lequel a lieu le débat migratoire", conclut Christian Levrat.

oang

Publié Modifié