Modifié le 09 juillet 2012 à 18:22

Les centrales suisses résisteraient à un séisme d'exception

Les déchets provenant des centrales nucléaires suisses, à l'instar de celle de Mühleberg (photo), seront déposés dans au moins deux sites.
La centrale de Mühleberg (photo), à l'instar des trois autres centrales en Suisse, peut résister à un séisme exceptionnel comme il en survient tous les 10'000 ans, selon l'IFSN. [Peter Klaunzer - ]
Les quatre centrales nucléaires suisses résisteraient à un grave tremblement de terre, affirme lundi l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire. Ses conclusions sont critiquées par plusieurs organisations.

Selon l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN), les exploitants des centrales suisses - Mühleberg, Gösgen, Beznau et Leibstadt - ont montré qu'elles résisteraient à un grave tremblement de terre. Aucun préjudice pour l'être humain et l'environnement dû à la radioactivité ne résultera d'un tel événement, a affirmé l'IFSN lundi dans un communiqué. Les centrales peuvent donc rester en exploitation.


Ces conclusions ont déjà été critiquées, notamment par Greenpeace selon qui l'étude repose "sur des bases branlantes" et "lave les centrales plus blanc que blanc". L'IFSN a été souvent épinglée par les milieux anti-nucléaires pour son manque d'indépendance et de transparence.


La Fondation suisse pour l'énergie (FSE), pour sa part, attaque vivement l'IFSN, affirmant que les critères ont été réduits par rapport à l'étude "Pegasos" de 2007, selon laquelle les dangers sismiques avaient été sous-estimés. Par la suite, cette étude avait été revue à la baisse par les exploitants de centrales qui en avaient tiré des conclusions plus favorables pour eux.


Refroidissement du coeur garanti

"Les centrales nucléaires suisses résistent à un tremblement de terre comme il s'en produit au maximum un tous les 10 000 ans", affirme Georg Schwarz, chef de la division "Centrales nucléaires". "La protection de la population et de l'environnement face à une dose de radioactivité trop élevée est garantie".


L'IFSN arrive à la conclusion que le refroidissement du coeur et des piscines de stockage restent garantis en cas de tremblement de terre. Ils sont aussi parés en cas de crue due à un séisme. La limite légale de dose de radioactivité de 100 millisieverts est nettement respectée lors de ces incidents. Les centrales nucléaires peuvent ainsi rester en exploitation.


Le barrage de Mühleberg résisterait

Les démonstrations pour les barrages de Mühleberg, de Schiffenen et de Rossens ont été évaluées par les services de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN) et de l'IFSN. Ils en concluent que Muheleberg ne seraient pas menacée et que son exploitation peut donc continuer sans autre.


Selon l'IFSN, les centrales suisses ont un niveau de sécurité élevé, en comparaison internationale, en raison de la politique de rééquipement continu. L'IFSN accepte les démonstrations de quatre centrales nucléaires suisses.


agences/vtom


Publié le 09 juillet 2012 à 11:18 - Modifié le 09 juillet 2012 à 18:22

Gösgen réduit sa production de moitié

La centrale nucléaire de Gösgen (SO) a dû réduire sa production électrique de moitié lundi en raison d'un problème technique.

Des vibrations sont apparues dans deux des pompes acheminant l'eau destinée à être transformée en vapeur.

Ce dérangement ne représente aucun danger pour la population, selon l'exploitant.

La réduction de la production va durer quelques jours.

Requêtes supplémentaires de l'IFSN

L'IFSN émet aussi une série de nouvelles requêtes.

Gösgen doit ainsi remettre jusqu'au 30 septembre des analyses complémentaires sur le refroidissement du coeur et la résistance sismique des piscines de stockage d'éléments combustibles.

La centrale doit aussi compléter sa démonstration sur sa résistance à une crue due à un séisme en prenant en compte la défaillance des barrages situés en amont.

Les centrales de Leibstadt et Mühleberg doivent démontrer jusqu'au 30 octobre qu'un séisme d'une fréquence de 10'000 ans ne peut pas soulever ou déplacer les éléments combustibles.

Mühleberg doit encore compléter les calculs de sécurité sismique des barrages.

L'IFSN exige de cette même centrale qu'elle opère une analyse en vue d'améliorer l'étanchéité de la plaque isolante située entre la piscine de stockage d'éléments combustibles et la cavité du réacteur.