Modifié

Guerre des clans kazakhs sur les bords du Léman

Le Kazakhstan réclame l'extradition de Viktor Khrapunov, ancien maire de la ville d'Almaty
Le Kazakhstan réclame l'extradition de Viktor Khrapunov / 19h30 / 3 min. / le 26 juin 2012
Viktor Khrapunov, l'ancien maire d’Alma-Ata, vit à Genève depuis 2007. Le Kazakhstan réclame son extradition pour blanchiment et il est recherché via Interpol. Lui et son épouse ont déposé une demande d'asile, et se disent victimes d’un règlement de compte politique. 

Installée sur les bords du Léman, la famille Khrapunov qui pèse plus de 300 millions de francs a déjà fait parler d’elle. Jusqu'ici, on connaissait le fils Ilias, avec son ambitieux projet de rénovation de Genève-Plage, aujourd'hui avorté. Depuis février dernier, le profil de son père, Viktor Khrapunov, s'affiche sur Interpol. Cet ancien maire d’Alma-Ata de 1997 à 2004, est recherché pour blanchiment, fraude et organisation criminelle, cible d’une enquête ouverte au Kazakhstan en mars 2011.


L’Office fédéral de la Justice a rejeté une première demande d’extradition, la jugeant "incomplète". La RTS a appris qu'une demande d'entraide judiciaire avait aussi été adressée à Berne qui l’a transmise au Ministère public genevois. Elle détaille la manière dont l’ancien maire aurait vendu à bas prix, au profit de sociétés contrôlées par sa femme Leila, des parcelles de terre et des bâtiments d’Etat. Des millions auraient été transférés en Suisse, permettant entre autre l’achat d’une villa à Cologny pour quelques 33 millions de francs.


"La justice est aux ordres du pouvoir"

Les époux Khrapunov ont déposé en juillet 2011 une demande d’asile politique. Ils s'estiment victimes du président dictateur kazakh Noursoultan Nazarbaïev (réélu en avril 2011 avec 95% des voix), et de son clan notoirement corrompu. "Au Kazakhstan, la justice est aux ordres du pouvoir. N'importe quelle accusation peut être fabriquées", explique l’ancien maire. "En lançant des poursuites contre moi, on veut me faire taire", ajoute-t-il. "Quand j'étais maire, j’ai refusé d’obéir aux ordres, de transférer des biens d’Etat aux membres de la famille Nazarbaïev. Des gens qui, comme moi, connaissent bien la manière dont les Nazarbaïev se sont illégalement enrichis, cela les inquiète."


Viktor Khrapunov dit craindre les pression exercées contre sa famille par les autorité kazakhes: "Même ici, au cœur de l’Europe, nous sommes inquiets et nous craignons les actions du régime."


Agathe Duparc


Lire la suite sur le blog de la rubrique enquêtes.


Publié Modifié