Publié

Une pétition pour sauver les dauphins

Le parc de Connyland subit les critiques de plein fouet depuis quelques jours. [Regina Kuehne - Keystone]
Le parc de Connyland subit les critiques de plein fouet depuis quelques jours. [Regina Kuehne - Keystone]
La mort de deux dauphins en l'espace d'une semaine au parc aquatique de Connyland à Lipperswil (TG) fait réagir la population. Près de 80'000 personnes ont signé un pétition demandant l'interdiction d'importer ces animaux.

Une pétition de l'organisation OceanCare interdisant l'importation des dauphins et la construction de nouveaux delphinariums dans le pays a été remise jeudi à Berne avec un total de 77'776 signatures. Elle vise à soutenir une motion en ce sens.


De son côté, Ric O'Barry, l'entraîneur de la série TV "Flipper le dauphin", appelle les Suisses à boycotter Connyland. Ce mouvement en faveur des dauphins survient après la mort récente de deux d'entre eux en une semaine au parc aquatique de Connyland, à Lipperswil (TG), près du lac de Constance. Et en seulement trois ans et demi, huit dauphins ont perdu la vie dans le parc.


Une capture souvent brutale

Chaque année des centaines de dauphins sauvages sont brutalement capturés en mer et vendus à l'industrie des delphinariums à travers le monde, a souligné jeudi OceanCare dans un communiqué. L'importation de ces mammifères marins est autorisée en Suisse.


Or, les campagnes de pêche organisées au Japon menacent la survie de l'espèce, comme le montre le film documentaire "La baie de la honte". Le commerce des dauphins est lucratif car leur reproduction en captivité est extrêmement difficile.


Un espace de vie trop petit

Il est impossible de détenir des dauphins en respectant leurs besoins. Cela a été prouvé scientifiquement, relève OceanCare. En tant que migrateurs, ils ne peuvent s'adapter aux conditions de vie d'un delphinarium. Comparé à leur espace vital naturel, chaque bassin est trop petit, trop peu profond, trop nu et morne. Les animaux souffrent du stress et meurent la plupart du temps prématurément.


"Seul un arrêt des importations et une interdiction claire de construire de nouveaux delphinariums peut mettre un terme aux conditions de vie misérables des dauphins en captivité", selon Sigrid Lüber, présidente de OceanCare.


Une motion déposée

Les signatures récoltées ont été remises aux services du Parlement et viennent appuyer la motion déposée en septembre dernier par la conseillère nationale Brigitta Gadient (PBD/GR) qui demande l'interdiction d'importer des cétacés. Elle a obtenu le soutien de 50 députés de tous bords politiques.


En Suisse, il existe encore un delphinarium, celui de Connyland. Ses conditions de détention font l'objet de critiques. L'an dernier, OceanCare et la Fondation pour l'animal en droit ont déposé plainte contre le parc pour violation grave de la loi sur la protection des animaux. Elle est toujours pendante.


ats/boi


Publié

Appel au boycott du delphinarium

Ric O'Barry, l'entraîneur de "Flipper le dauphin", qui combat la détention des mammifères marins, a appelé jeudi dans "Le Matin" les Suisses à boycotter le delphinarium du pays.

"Ca ne dépend que de vous. Si vous achetez de l'ivoire, vous êtes responsables de ce qui arrive aux éléphants. Si vous allez au delphinarium, vous êtes responsables de la souffrance des dauphins. Alors s'il vous plaît, n'achetez plus de billets pour Connyland", rapporte le militant.