Modifié

La grande foule pour le feu des Fêtes de Genève

Une nouvelle féérie illuminée sur le ciel genevois. [Magali Girardin - Keystone]
Une nouvelle féérie illuminée sur le ciel genevois. [Magali Girardin - Keystone]
Point d'orgue des Fêtes de Genève, le traditionnel feu d'artifice a à nouveau attiré la grande foule samedi soir sur la rade. Environ 500'000 personnes ont assisté au spectacle. En tout les fêtes ont attiré 1,8 million de personnes, soit une fréquentation en légère baisse, alors que les incivilités sont en hausse.

Le premier tableau du feu d'artifice géant qui clôturait la manifestation, l'un des plus grands d'Europe, rendait hommage à l'Inde, hôte d'honneur des Fêtes de Genève. Des artificiers italiens ont ensuite pris le relais avant de céder la place à leurs confrères genevois.


Le spectacle de près d'une heure s'est achevé par un final époustouflant de trois minutes et la mise en marche du Jet d'eau.


Une longue préparation

Le feu d'artifice des Fêtes de Genève se prépare presque une année à l'avance. Les organisateurs du spectacle choisissent le thème et passent ensuite les commandes aux fabricants de bombes. Une trentaine de personnes travaillent sur le site pyrotechnique durant les Fêtes de Genève.


Cette année, 11'500 bombes ont été tirées. Certaines ont éclaté à 300 mètres de haut. Plus de six tonnes de matériel pyrotechnique a été utilisé, a indiqué Pierre-Alain Beretta, responsable du spectacle pyrotechnique des Fêtes de Genève. Les bombes sont propulsées par des mortiers depuis des pontons et des radeaux. Le budget d'un tel spectacle s'élève à environ 800'000 francs. La facture est réglée par Genève Tourisme.


Afin de sonoriser ce spectacle, pas moins de 10 personnes collaborent depuis le mois de mars, période de création de la bande son proposée aux créatifs pyrotechniques. Les effets pyrotechniques sont précis au 1/100e de seconde grâce à des programmes complexes tenant compte des durées et des successions d'allumages, des apogées et de la longueur des effets, précisent les organisateurs dans un communiqué.


Fréquentation en légère baisse

Sur le plan de la fréquentation, les Fêtes de Genève ont attiré 1,8 million de personnes en 25 jours, soit une légère baisse par rapport aux autres années en raison notamment du Ramadan qui a retenu chez eux des touristes du Moyen-Orient généralement fidèles à la manifestation.


La quasi parité du franc suisse et de l'euro est aussi un facteur qui a pesé sur l'affluence, a indiqué dimanche, lors de la clôture des Fêtes de Genève, le directeur de la manifestation Christian Colquhoun. Certains forains ou stands de la rive droite ont enregistré un recul parfois conséquent de leur chiffre d'affaires.


Malgré plusieurs raisons de mécontentement (voir encadré), les motifs de satisfaction existent aussi pour cette édition des Fêtes. Outre, le grand feu d'artifice pyromélodique de samedi,  Le slowUp de la semaine précédente a également séduit avec 20'000 personnes. Quant au Beach Rugby, il a connu un immense succès. L'opération devrait en principe être reconduite pour les prochaines Fêtes en 2012 sur le thème de l'eau.


ats/boi/cht


Publié Modifié

Multiplication des incivilités

Aucun incident majeur n'a été signalé. En revanche, les responsables des Fêtes de Genève ont déploré une recrudescence des incivilités. Des sanitaires ont été abîmés, des tags ont fleuri un peu partout et des toiles de tente ont été déchirées. Des groupes électrogènes ont même été sabotés à plusieurs reprises.

Ce qui a toutefois le plus excédé le directeur de la manifestation, Christian Colquhoun, est la multiplication des petits larcins. Une armée de pickpockets a sévi sur les quais et les joueurs de bonneteau ont redoublé d'activité pour arnaquer les passants. Toutes ces personnes "ont pourri la vie du comité d'organisation", a souligné le directeur des Fêtes de Genève. "Nous en avons assez", a-t-il poursuivi.

Ch.Colquhoun est conscient que le problème dépasse le cadre strict des Fêtes de Genève. Il demande toutefois aux autorités compétentes d'entamer une réfléxion approfondie afin de mettre un terme à des nuisances qui portent préjudice à l'image de Genève.

L'Inde, le pays hôte de la manifestation, a aussi dû endurer sa part de désagréments. Des artisans du village indien ont ainsi été victimes de vols. Il y a un vrai écoeurement, "nous sommes très tristes", a déclaré Ch.Colquhoun.