Modifié le 04 juillet 2011 à 20:33

Le fils d'Alain Delon inculpé à Genève

Les faits se sont déroulés en juin 2011 dans l'appartement d'Alain Delon, dans le quartier de Florissant, à Genève.
L'immeuble de la rue Robert-de-Traz, à Genève, où le fils Delon réside. [Axel Roduit - ]
Le fils d'Alain Delon, 17 ans, a été inculpé lundi à Genève à la suite du coup de feu tiré dans l'appartement de l'acteur français jeudi soir, a annoncé son avocat. Un autre mineur âgé de 14 ans a été inculpé. L'acteur a lui clamé l'innocence de son fils.

Alain-Fabien Delon et l'un de ses amis, 17 et 14 ans, ont été longuement interrogés samedi par le juge pour mineurs et sont poursuivis pour lésions corporelles par négligence, a fait savoir l'avocat du fils d'Alain Delon, Me Alec Reymond, confirmant les informations parues dans plusieurs médias. Pour l'avocat, il s'agit d'un "tragique accident".


Le drame est survenu vers 21h30 jeudi lors d'une soirée privée, où une dizaine de personnes étaient présentes. Le déroulement des faits demeure flou. Il semblerait que l'un des convives a sorti une arme de collection et qu'un coup de feu soit survenu. Une jeune fille de 16 ans a été blessée et emmenée à l'hôpital. Son état de santé n'a pas été précisé.


"Mon fils n'a pas tiré"

L'acteur franco-suisse Alain Delon a pour sa part confirmé qu'un coup de feu avait été tiré dans son appartement de Genève, blessant une jeune fille, mais a assuré que son fils n'en était pas l'auteur, dans un entretien au Matin.


"Tout ce que je sais à ce stade, c'est que mon fils n'a pas tiré. Ils ont trifouillé, manipulé une arme, je ne sais quoi, et le coup est parti", a déclaré l'acteur. "Mon fils a trompé mon amour et ma confiance en organisant, à mon insu, une soirée chez moi avec ses copains, à la veille de notre départ en vacances. Résultat, je reçois un coup de téléphone de la police. Je suis très triste", a ajouté Alain Delon.


L'acteur affirme ne détenir "aucune arme à Genève". "Il y en avait deux ou trois, paraît-il. Mais il n'est pas impossible qu'elles aient été prises dans ma maison de campagne", à Douchy, au sud de Paris, relève l'acteur.


En permanence dans le virtuel

"Mes fils (ndlr: Alain-Fabien et Anthony, l'aîné) se croient au cinéma (...). Anthony, à une certaine époque, avait fait trois mois de prison. La différence, c'est que moi, j'exerce un métier. Anthony fait le même, il l'a appris par la suite", poursuit-il.


La star estime enfin qu'avec les "jeux vidéo ultraviolents, Facebook, internet et tout le reste, nos enfants vivent en permanence dans le virtuel". "Ensuite, ils sont brutalement rattrapés par la réalité. Heureusement que cette jeune fille n'est pas passée de vie à trépas...", souligne l'acteur.


agences/boi


Publié le 04 juillet 2011 à 15:42 - Modifié le 04 juillet 2011 à 20:33