Modifié

Séismes: les Fribourgeois n'ont pas à trembler

La redistribution des dicastères s'est faite sans surprise en ville de Fribourg. [Peter Klaunzer - Keystone]
La redistribution des dicastères s'est faite sans surprise en ville de Fribourg. [Peter Klaunzer - Keystone]
Le canton de Fribourg ne court pas le risque de connaître de séisme dont la magnitude est supérieure à la moyenne suisse. De nouvelles études, présentées mercredi, ont affiné et infirmé une précédente étude nationale de 2004. La centrale de Mühleberg est en outre considérée comme sûre d'un point de vue sismique.

L'aléa sismique dans le canton de Fribourg n'est pas élevé. Il ne dépasse pas la magnitude de 4,5, a expliqué mercredi devant la presse le professeur Jon Mosar, chercheur à l'Université de Fribourg. Ce dernier a souligné une nuance importante: aléa et risque sismiques ne sont pas la même chose.


Le risque sismique est égal au produit de l'aléa sismique et des dommages potentiels. Même avec un aléa sismique important, le risque peut être faible, si les bâtiments sont bien construits. Dans le même ordre d'idées, un aléa sismique faible ne signifie pas nécessairement peu de dégâts lors d'un séisme.


Le "bol" des Bernois

Selon Thierry Berset, de l'Etablissement cantonal d'assurance des bâtiments (ECAB), les anciens bâtiments et les immeubles de 5 à 20 étages en maçonnerie sont ceux qui présentent le plus de risque. L'Hôpital cantonal à Fribourg est en revanche sûr, vu le sol sur lequel il est bâti et la manière dont il est construit, en particulier les récentes extensions.


La centrale bernoise de Mühleberg est de la même génération  qu celle de Fukushima, au Japon.     [Gaëtan Bally / Keystone]La centrale bernoise de Mühleberg est de la même génération qu celle de Fukushima, au Japon. [Gaëtan Bally / Keystone]


Suite au rapport de 2004 du Service sismologique suisse ayant revu à la hausse l'aléa sismique dans le canton, des inquiétudes s'étaient manifestées. Le Grand Conseil avait accepté en 2005 le postulat Solange Berset/Markus Bapst demandant un rapport sur la sécurité sismique. Les principaux résultats en ont été présentés mercredi par le conseiller d'Etat Erwin Jutzet et Solange Berset notamment.


A l'heure de la controverse autour de l'énergie nucléaire et de Mühleberg, la question de l'influence d'un éventuel séisme à Fribourg sur la centrale bernoise se pose. Selon le professeur Mosar, en choisissant le site de Mühleberg, les Bernois "ont eu du bol": le site est vraiment sûr du point de vue sismique.


Il ne peut en outre pas être mis en danger par des tremblements de terre de la faille à l'est de Fribourg. Les récentes études ont montré que celle-ci n'était pas continue et était en fait constituée d'une multitude petites failles; or le risque de forte magnitude dépend de la grandeur et de la longueur d'une cassure.


Prudence tout de même

La faiblesse de l'aléa sismique ne doit toutefois pas impliquer une moins grande prudence. L'ECAB a lancé il y a déjà plusieurs années un programme de prévention, qui se poursuit. Le surcoût d'un bâtiment construit selon les normes antisismiques n'est que de 1 à 2%, a souligné Solange Berset.


Ce dernier a rappelé que 90% du bâti en Suisse ne répond pas aux normes parasismiques actuelles. Ce qui explique pourquoi le risque sismique est élevé dans notre pays.


ats/bkel


Publié Modifié