Modifié

Début de la campagne "pour des armes à l'arsenal"

Les opposant estiment que les mesures actuellement en vigueur, comme l'interdiction de ramener des munitions de guerre à domicile, sont des garanties suffisantes. [Keystone]
Les opposant estiment que les mesures actuellement en vigueur, comme l'interdiction de ramener des munitions de guerre à domicile, sont des garanties suffisantes. [Keystone]
La campagne sur l'initiative populaire "Pour la protection face à la violence des armes" a démarré dimanche. En demandant le dépôt des armes d'ordonnance à l'arsenal, le comité entend protéger les familles. Le texte passera en votation le 13 février.

Le but de l'initiative est de retirer de la circulation des armes à feu trop facilement accessibles, a indiqué dimanche le comité d'initiative. Il s'agit surtout de réduire le risque de suicide ou de violence et d'augmenter la sécurité.

Quelque 2,3 millions d'armes actuelles ou anciennes de l'Armée suisse sont gardées à la maison pratiquement sans aucun contrôle, selon le comité. Pour ce dernier, les armes n'ont pas leur place à domicile mais devraient être déposées à l'arsenal.

Enregistrer les armes

Les initiants militent aussi pour la mise en place d'un registre central des armes à feu, que le Parlement a refusé d'introduire. Ils demandent en outre aux personnes comme les chasseurs ou les tireurs sportifs qu'elles donnent la preuve d'un usage responsable des armes qu'elles détiennent.

Selon le comité, plus de 70 organisations et partis le soutiennent. Les femmes en particulier sont d'avis que les armes devraient être stockées dans les arsenaux. Les milieux médicaux et plus particulièrement psychiatriques sont aussi derrière l'initiative car elle contribuera, selon eux, à diminuer le nombre de suicides avec une arme de service, assez élevé en Suisse.

Les organisations de police appuient également le texte, selon le comité. Pour elles, il est important que les armes soient recensées au niveau national, ce qui permettrait aux forces de police d'être mieux préparées dans des situations dangereuses. Afin de lancer sa campagne, le comité a mis en scène sous le slogan "Protégeons la famille" un ourson en peluche renversé, avec un impact de balle sur le corps.

Gouvernement  contre

L'initiative a abouti en février 2009 avec 107'000 signatures. Elle est soutenue par le PS, les Verts, plusieurs partis de jeunes, les syndicats, le Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA), des organisations pour la paix ou féminines, les Eglises et des associations de prévention du suicide.

Le Conseil fédéral et le Parlement recommandent son rejet. A leurs yeux, la loi actuelle apporte une protection suffisante contre l'usage abusif d'armes. Des mesures ont déjà été introduites pour diminuer les risques: il n'est ainsi plus possible de prendre des munitions de guerre à domicile et les armes peuvent être déposées sur une base volontaire à l'arsenal.

Le Conseil fédéral lancera la campagne lundi. La cheffe du Département fédéral de justice et police Simonetta Sommaruga exposera les arguments du gouvernement.

ats/os

Publié Modifié