Modifié

Neuchâtel, premier canton romand à bannir le tabac

Neuchâtel devient le 1er canton romand à bannir la fumée. [Keystone]
Neuchâtel devient le 1er canton romand à bannir la fumée. [Keystone]
Neuchâtel est devenu mercredi le premier canton romand à passer à l'acte dans le bannissement de la fumée des lieux publics. A l'approche du jour fatidique pourtant, l'affichage obligatoire de l'interdiction n'était pas encore partout exécuté.

Les contrevenants à l'interdiction de fumer neuchâteloise sont
passibles d'amendes. Il en coûtera 80 francs à l'auteur de
l'infraction et 120 francs au responsable de l'établissement public
incriminé. Les responsables de lieux publics ont été informés début
mars des dispositions réglementaires liées à la prohibition.

Sauf avis contraire de la direction des établissements
concernés, le tabac est autorisé dans les homes, les lieux de
détention et les chambres d'hôtel. Et l'affichage obligatoire de
l'interdiction n'a rien mercredi d'un poisson d'avril pour les
fumeurs fréquentant les cafés et restaurants.

Fumoirs tolérés

La loi prévoit cependant pour ces établissements la possibilité
de créer des fumoirs. Leur surface ne devra pas excéder le tiers de
l'espace de service, mais au maximum 35 m². Le coût moyen
d'installation d'un fumoir représente 20'000 francs.

Ce montant a été articulé à partir des estimations requises par le
Conseil d'Etat auprès des spécialistes en systèmes de ventilation.
Mais aucun établissement public dans le canton ne s'est signalé
jusqu'ici pour avoir pris les devants.

A Neuchâtel, le bannissement de la fumée de tous les lieux publics
fait suite à une initiative populaire. L'acceptation tacite de
celle-ci par le Grand Conseil n'a pas donné lieu à référendum

Une tendance en Suisse romande

Si Neuchâtel est le premier canton romand à mettre en oeuvre
l'interdiction, le canton de Genève reste le premier à l'avoir
décidée. La loi d'application votée par le Grand Conseil genevois
est toutefois contestée. Le blocage devrait durer tant que le
Tribunal fédéral (TF) n'aura pas statué sur un recours.

A l'exception du Jura, tous les cantons romands ont décidé de
bannir la fumée dans les lieux publics. La prohibition entrera en
vigueur le 1er juillet dans les cantons de Vaud, du Valais et de
Berne. A Fribourg, elle sera mise en oeuvre en principe à partir du
1er janvier 2010.

ats/jeh

Publié Modifié

Les cantons en ordre dispersé

En l'absence de loi fédérale réprimant la fumée passive, les cantons suisses traitent de la question en ordre dispersé et sans apparence de cohérence.

L'interdiction de fumer est effective au Tessin depuis avril 2007, aux Grisons depuis mars 2008 et à Soleure depuis le 1er janvier de cette année.

En Suisse, douze cantons ou demi-cantons doivent encore mettre à exécution des décisions d'interdiction générale ou prévoyant des exceptions.

Des votations relatives à la fumée passive doivent avoir lieu dans quatre cantons (BL, GL, TG, UR).

La question est en traitement par voie de motion ou postulat dans deux cantons (JU, OW).

Deux cantons ne prévoient pour l'heure aucune disposition contre la fumée passive (SH, AI).

Schwyz tente de son côté d'élaborer une réglementation par voie administrative.

Une démarche similaire s'est heurtée à un refus à Nidwald.