Modifié

L'UDF se bat contre les crédits pour l'Eurovision, qu'elle juge "sataniste"

Plusieurs partis de droite s'opposent à l'organisation de l'Eurovision en Suisse l'an prochain
Plusieurs partis de droite s'opposent à l'organisation de l'Eurovision en Suisse l'an prochain / 19h30 / 1 min. / jeudi à 19:30
L'Union démocratique fédérale (UDF) conteste les crédits accordés pour l'organisation du Concours Eurovision 2025. Elle annonce le lancement de référendums. Pour sa part, la fédération alémanique des contribuables, proche de l'UDC, vise surtout la candidature zurichoise pour l'instant.

Parti évangélique ultraconservateur, l'Union démocratique fédérale dit s'en prendre à l'évolution de l'Eurovision Song Contest (ESC) vers "de plus en plus d'incidents antisémites" ainsi que "de plus en plus de contributions satanistes et occultistes". Et de citer l'exemple des manifestations à Malmö, en Suède, contre la participation d'Israël au dernier ESC, en raison de la guerre à Gaza.

Selon l'UDF, ce type de manifestation laisse augurer d'un risque sécuritaire élevé lors de la tenue de l'ESC en Suisse en mai prochain. Le parti annonce vouloir coordonner la récolte de signatures contre les crédits accordés pour l'organisation éventuelle par les villes intéressées, soit Zurich, Genève, Bâle et Berne/Bienne.

Des référendums en vue à Zurich et Berne

Mardi, les comités des sections UDF de la ville et du canton de Zurich ont décidé de lancer le référendum contre le crédit cadre de 20 millions de francs de la Ville, approuvé mercredi dernier par le législatif. Cet argent doit cofinancer la mise sur pied du grand évènement, si Zurich est choisie comme ville-hôte de l'ESC. Le Parlement cantonal a, lui, accordé lundi un crédit de 5 millions.

Les sections bernoises de l'UDF avaient déjà décidé mercredi dernier de lancer le référendum contre les crédits concernant la candidature commune de Berne et Bienne. En ville de Berne, des politiciens de l'UDC et des Verts alternatifs ont déposé un texte référendaire. Au niveau cantonal, l'UDC et l'UDF saisiront le référendum si le crédit de près de 30 millions est accepté par le Grand Conseil.

"Le canton de Berne a encore une dette assez importante, il a les impôts parmi les plus élevés de Suisse. Dans ce contexte, nous voulons avoir une politique financière stricte", estime le conseiller national UDC Manfred Bühler mardi soir dans Forum. Il affirme que l'opposition de l'UDC bernoise n'est motivée que par des critères financiers, et non par conservatisme socio-culturel.

Il faut toutefois "mettre aussi en avant les retombées économiques, visuelles et audiovisuelles qu'un tel événement peut apporter" à la région, rétorque Cyprien Louis, co-président des Verts bernois.

>> Ecouter le débat entre Cyprien Louis et Manfred Bühler mardi dans Forum :

Zurich veut accueillir au Hallenstadion l'Eurovision 2025, suite à la victoire de Nemo en Suède. [Keystone]Keystone
Lancement d'un référendum contre l'organisation de l'Eurovision à Berne: débat entre Cyprien Louis et Manfred Bühler / Forum / 9 min. / mardi à 18:02

L'UDC Genève favorable au concours

L'Union démocratique fédérale vise également les crédits accordés aux candidatures genevoise et bâloise. Dans la cité de Calvin et dans le coude du Rhin, les crédits n'ont pas encore été votés par les Parlements respectifs.

L'UDC Genève se réjouit pour l'économie locale de la venue d'une telle manifestation

Lionel Dugerdil, président de l'UDC Genève

Mais au bout du lac Léman, même l'UDC se réjouit de la potentielle tenue de l'Eurovision. "L'UDC Genève se réjouit pour l'économie locale de la venue d'une telle manifestation, comme de toute manifestation, qu'elle soit culturelle ou sportive. A l'UDC, on déplore plutôt la disparition de manifestations comme le Salon de l'auto, ce qui empêche de faire marcher l'économie locale", explique dans le 12h30 Lionel Dugerdil, président de l'UDC Genève.

De son côté, la fédération alémanique des contribuables se concentre, pour le moment, sur l'opposition à la candidature zurichoise. Elle ne voit pas pourquoi les contribuables zurichois cofinanceraient l'ESC, "un évènement privé", écrit-elle mardi. Elle doit se réunir mercredi pour décider du lancement d'un référendum contre le crédit accordé par la ville.

Fin août, la SSR doit choisir la ville-hôte du Concours Eurovision, en consultation avec l'Union européenne de radio-télévision. La tenue d'éventuels référendums ne sera possible qu'ultérieurement.

asch avec ats

Publié Modifié