Modifié

L'énergie au cœur de la rencontre entre Albert Rösti et les médias dans l'Oberland bernois

Albert Rösti invite les médias à Kandersteg et fait passer quelques messages politiques
Albert Rösti invite les médias à Kandersteg et fait passer quelques messages politiques / 19h30 / 2 min. / mercredi à 19:30
La sécurité de l'approvisionnement en électricité de la Suisse est l'un des objectifs prioritaires du département d'Albert Rösti, a indiqué ce dernier. A l'instar de ce que faisait Pascal Couchepin à l'époque, le conseiller fédéral UDC s'exprimait lors d'un entretien estival avec les médias dans sa patrie de l'Oberland bernois.

Le chef du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) a invité les journalistes dans sa région natale. Au bord du lac d'Oeschinen, au-dessus de Kandersteg (BE), il a évoqué les thèmes prioritaires du DETEC.

En matière d'approvisionnement en électricité, les centrales de réserve figurent pour lui en tête de liste des urgences, les centrales existantes devant être remplacées en 2026. Les fluctuations massives des prix sur le marché de l'électricité doivent également être limitées.

Malgré l'adoption de la loi sur l'électricité, l'objectif de mettre suffisamment de courant à disposition de la Suisse reste un parcours du combattant, a déclaré Albert Rösti. C'est notamment le cas en raison des oppositions, par exemple pour le projet solaire de Grengiols (VS). Plusieurs projets sont sur la sellette en raison de la protection du paysage.

"Si cela continue, on n'arrivera pas à avoir le courant hivernal dont nous avons besoin", a déclaré le conseiller fédéral au 19h30 de la RTS.

"Pesée des intérêts nécessaire"

Autre objectif d'Albert Rösti: une pesée des intérêts entre protection et profit concernant la biodiversité, en vue de l'initiative sur ce thème qui sera soumise au vote le 22 septembre. Le Conseil fédéral prendra position à ce sujet en août.

Il est incontestable que la diversité des espèces est essentielle, a déclaré Albert Rösti. "Mais il faut aussi pouvoir travailler malgré le respect de la biodiversité. La réalisation d'infrastructures contraignantes comme les lignes électriques s'en trouve en effet compliquée", selon lui.

"Beaucoup est fait pour la biodiversité"

"Le DETEC et la Confédération font déjà beaucoup pour la biodiversité", a affirmé le chef du DETEC. Selon lui, un quart de la surface du pays est d'ores et déjà attribuée à la biodiversité. Il s'agit maintenant "de préserver et d'entretenir ce quart", toujours selon le ministre UDC. Même en cas de non à l'initiative, "on fera beaucoup dans le cadre des possibilités financières", a-t-il assuré.

S'agissant de la lutte contre le réchauffement, la Suisse peut, pour le chef du DETEC, contribuer à la réduction du CO2 par des innovations. "On souhaite maintenant adopter rapidement la loi sur le CO2, afin qu'elle puisse entrer en vigueur en 2025", a-t-il ajouté.

Nouvelles dispositions légales nécessaires

Troisième point fort mis en avant par Albert Rösti: l'importance des infrastructures - autoroutes et infrastructures ferroviaires. Celles-ci sont alimentées par le Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA) ainsi que par le Fonds d'infrastructure ferroviaire. Si ces fonds venaient à se tarir, cela poserait de gros problèmes pour les infrastructures, a averti le Bernois.

Selon le chef du DETEC, de nouvelles dispositions légales sont nécessaires pour ces deux fonds. Les camions électriques devraient notamment aussi être taxés dès 2031. Une consultation à ce sujet est en cours. "Mais cette perception de taxes sur les véhicules électriques doit se faire progressivement et avec prudence, car sinon, on s'oppose à la diffusion de ces véhicules", a déclaré Albert Rösti.

jfe avec ats

Publié Modifié