Modifié le 28 juin 2010 à 11:55

AVS: un nouveau modèle de retraite anticipée

Le nouveau modèle favorisera les femmes et les revenus de moins de 61'560 francs par an.
Le nouveau modèle vise à accorder un coup de pouce à la flexibilisation des retraites pour les personnes gagnant jusqu'à 61'560 francs par an. [ - ]
Le coup de pouce à la retraite anticipée doit être plus ciblé. La commission préparatoire du Conseil des Etats a repris un modèle en ce sens proposé par Didier Burkhalter pour sauver la 11e révision de l'AVS. Elle l'a toutefois modifié sur plusieurs points.

La 11e révision de l'AVS prévoit de relever l'âge de la retraite
pour les femmes à 65 ans en 2015, avec à la clé une économie de 800
millions de francs. La gauche ne veut y consentir que si un geste
est fait pour la flexibilisation de la retraite, la droite veut
conserver au maximum le bénéfice des économies.





Le Conseil des Etats a adopté une version prévoyant d'utiliser 400
millions pour adoucir les pertes de rente pour les personnes
gagnant jusqu'à 82'000 francs. Une proposition rejetée par le
National en mars. Saisie par le ministre des affaires sociales d'un
compromis prévoyant une aide pour les revenus jusqu'à 61'500
francs, la commission du Conseil des Etats soutient désormais "un
modèle mixte", a annoncé vendredi à la presse son président Alex
Kuprecht (UDC/SZ). Elle l'a adopté par 9 voix contre 3, a-t-il
précisé.

Plus social

Toujours devisé à 400 millions, cette version devrait profiter
surtout aux personnes gagnant entre 41'000 francs et 61'500 francs.
Au bas de cette échelle, partir à la retraite un an avant l'âge
légal n'amputerait la rente que de 1,7%, au lieu de 2,8% avec le
modèle initial du Conseil des Etats. La commission propose de
financer le coup de pouce via le fonds de l'AVS. Par 9 voix contre
1, elle tient aussi à ce que ce geste soit limité à dix ans.





Une minorité socialiste aurait voulu porter l'enveloppe à 550
millions de francs. Elle a voté contre le modèle retenu par la
commission, mais elle ne s'y oppose pas "sur le principe", a
précisé Anita Fetz (PS/BL). "Ce n'est pas la solution parfaite,
mais c'est une aide sociale ciblée qui profitera surtout aux femmes
aux revenus modestes qui n'ont pas de caisse de pension", a-t-elle
justifié.





ats/tyf

Publié le 23 avril 2010 à 16:57 - Modifié le 28 juin 2010 à 11:55