Publié

Erreur de l'OFS: le PLR reste la 3e force du pays en termes de part électorale, devant Le Centre

Suite à une erreur de calcul de l'Office fédéral de la statistique, le PLR reste la troisième force politique du pays devant Le Centre
Suite à une erreur de calcul de l'Office fédéral de la statistique, le PLR reste la troisième force politique du pays devant Le Centre / 19h30 / 1 min. / le 25 octobre 2023
Le PLR reste la 3e force politique en Suisse en termes de part électorale. L'OFS a corrigé les résultats de dimanche, ramenant la part électorale du Centre à 14,1% (contre 14,6% initialement), contre 14,3% au PLR. Cela n'a pas d'impact sur la répartition des sièges. Une enquête a été ouverte par le Département fédéral de l'intérieur.

"L'Office fédéral de la statistique (OFS) a procédé à des contrôles de qualité de sa statistique électorale et constaté une erreur dans le calcul des forces agrégées sur le plan national", annonce mercredi la Confédération.

Au terme des correctifs, la part électorale du Centre tombe à 14,1%, contre 14,6% annoncés initialement. Celle du PLR change peu (14,3% contre les 14,4% publiés dimanche), si bien que les libéraux-radicaux demeurent la troisième force politique du pays pour le Conseil national, derrière l'UDC et le PS.

Cette observation n'est pas anodine en lien avec les discussions concernant la répartition de sièges au Conseil fédéral. En cas de dépassement du PLR, le Centre aurait pu, selon certains observateurs, être légitimé à revendiquer un 2e siège au gouvernement, aux dépens du PLR.

La question est désormais désamorcée, même si le Centre en reste à 29 sièges à la Chambre du peuple, contre 28 au PLR.

Erreur de programmation

L'erreur de calcul est due à une programmation incorrecte du logiciel d'importation des données pour trois cantons, soit les deux Appenzell et Glaris. Ces cantons, qui ne disposent que d'un seul siège au Conseil national, fournissent leurs données dans un format différent de celui utilisé par les 23 autres. L'erreur a été commise lors du traitement de ces données, qui avaient été transmises correctement par les trois cantons concernés.

La programmation incorrecte a provoqué un comptage multiple (de trois à cinq fois) des suffrages exprimés dans ces trois cantons pour les partis qui s'y sont présentés. Par conséquent, le logiciel a attribué un trop grand nombre de voix à ces formations, ce qui s'est traduit par une force électorale trop élevée au plan national pour l'UDC, Le Centre et le PLR.

>> Ecouter l'analyse de Rouven Gueissaz dans le 19h30 :

L’erreur de calcul de l’OFS change-t-elle le débat sur la répartition des sièges au Conseil fédéral? L’avis de Rouven Gueissaz, chef de la rubrique politique
L’erreur de calcul de l’OFS change-t-elle le débat sur la répartition des sièges au Conseil fédéral? L’avis de Rouven Gueissaz, chef de la rubrique politique / 19h30 / 1 min. / le 25 octobre 2023

Enquête ouverte

Le chef du Département fédéral de l'Intérieur Alain Berset a ordonné une enquête administrative suite à cette mésaventure, avec un "réexamen des processus", a indiqué l'OFS devant les médias. L'erreur a été constatée mardi après-midi, dans le cadre de vérifications. L'OFS indique prendre "cet incident très au sérieux.

Les corrections concernent tous les grands partis. La part de l'UDC est ramenée de 28,6 à 27,9%. En revanche, dans l'autre camp, les changements sont à la hausse: le PS obtient finalement 18,3% (contre 18,0% annoncés initialement), les Verts 9,8% (contre 9,4%) et les Vert'libéraux (PVL) 7,6% (contre 7,2%). Légers changements aussi pour les évangéliques (à 2,0% contre 1,9% initialement) et la Lega (0,6% contre 0,5%).

Le nombre de sièges par parti demeure identique: 62 pour l'UDC, grande gagnante du week-end, 41 pour le PS, 29 pour le Centre, 28 pour le PLR, 23 pour les Vert-e-s et 10 pour le PVL, pour ne citer que les principaux partis. L'identité des élus telle que communiquée par les cantons n'est pas impactée non plus par les corrections.

ats/nr

Publié

Le PLR content mais troublé, Le Centre satisfait de sa 4e place

Malgré les corrections apportées à la part électorale des partis mercredi par l'Office fédéral de la statistique (OFS), Le Centre continue de se réjouir de ses résultats de dimanche. Son président Gerhard Pfister note que le résultat de son parti reste supérieur à celui d'avant la fusion entre le PDC et le PBD.

Le Zougois estime que la discussion sur un éventuel deuxième siège de sa formation au Conseil fédéral n'est pas close. Il faut continuer à s'interroger sur la "formule magique". Il rappelle cependant que l'idée d'accorder deux sièges à chacun des trois principaux partis du pays répond à la logique du PLR et qu'elle n'a jamais été celle du Centre.

"Nous ne sommes pas déçus, car la progression est là. On gagne 0,3% et on a un élu en plus au niveau du Conseil national. Pour nous, ça reste un week-end électoral victorieux", a réagi pour sa part le conseiller national valaisan Sidney Kamerzin mercredi soir dans Forum, répétant que dans un cas comme dans l'autre, Le Centre ne réclamait pas de deuxième siège au Conseil fédéral.

"Il faut viser la stabilité de nos institutions"

"Finalement, la seule chose qu'on avait d'historique dimanche soir, c'est un Office fédéral de la statistique qui ne sait pas faire ses calculs correctement!", a pour sa part ironisé Damien Cottier (PLR/NE). Malgré les "nombreux commentaires des médias" en ce sens, s'est-il plu à relever.

"Il n'y a pas d'inversion PLR-Centre, et ça ne changerait de toute manière pas fondamentalement les choses. Il n'y a pas un écart significatif", a-t-il soutenu. "Il faut viser la stabilité de nos institutions", a-t-il poursuivi, réclamant du Centre qu'il confirme sa progression à la prochaine échéance.

>> Ecouter leurs réactions dans Forum mercredi soir :

Le PLR reste le 3e parti de Suisse après une erreur de comptage des voix: débat entre Damien Cottier et Sidney Kamerzin
Le PLR reste le 3e parti de Suisse après une erreur de comptage des voix: débat entre Damien Cottier et Sidney Kamerzin / Forum / 10 min. / le 25 octobre 2023

Aux yeux du PLR dans son ensemble, l'erreur de l'OFS est "regrettable" et "troublante". Les libéraux-radicaux se disent cependant "contents" de conserver finalement leur 3e place, selon les mots de leur vice-président et conseiller aux Etats Andrea Caroni (AR).

Le Centre réclame un audit externe

Le Centre a réclamé mercredi soir une enquête externe suite à l'erreur de calcul de l'Office fédéral de la statistique lors des élections au Conseil national de dimanche. L'enquête administrative annoncée par la Confédération ne suffit pas à ses yeux.

"Il s'agit d'une erreur humaine qui est avant tout dommageable pour l'Office fédéral de la statistique et nuit à une institution importante de notre démocratie", ajoute le parti.

Plus tôt dans la journée, le parti avait réagi en se fendant d'un post ironique.