Modifié

Après les parcs solaires géants, l'éolien a le vent en poupe au Parlement

Une commission parlementaire débat aujourd'hui d'une simplification radicale de la construction des éoliennes [RTS]
Une commission parlementaire débat aujourd'hui d'une simplification radicale de la construction des éoliennes / 19h30 / 2 min. / le 23 janvier 2023
Après le solaire, le Parlement veut avancer sur l'énergie éolienne. La commission de l'énergie du Conseil national propose d'accélérer les procédures d'installation et de limiter les recours à leur installation.

Il y a quelques mois, ce sont les projets de parcs solaires géants qui ont bénéficié d'un plan de soutien parlementaire. Depuis, les projets se succèdent dans les Alpes. Désormais, les partisans de l'éolien veulent en bénéficier à leur tour.

>> Lire à ce sujet: Le soutien politique fédéral dope les projets solaires dans le Haut-Valais

Les procédures d'autorisation des installations éoliennes sont aujourd'hui très longues. Les projets de construction d'éoliennes déjà bien avancés doivent être mis en oeuvre sans tarder, selon la commission de l'énergie du Conseil national.

Désormais, l'autorisation de construire pour les projets éoliens d'intérêt national et bénéficiant d'un plan d'affectation déjà entré en force devrait être délivrée par le canton. Contre cette décision, les voies de droit pour les recours doivent être raccourcies.

Pour la commission, cette offensive, après celle sur le solaire, doit s'inscrire dans un contexte de possible pénurie d'énergie et de développement du renouvelable.

Selon l'ancienne conseillère nationale Vert'libérale Isabelle Chevalley, aujourd'hui présidente de Suisse Eole, "l'éolien serait une solution pour la production en hiver, 650 Gwh bloqués dans les tribunaux qui pourraient apporter une vraie plus-value à la Suisse".

Conflit avec la biodiversité

Aujourd'hui, 41 éoliennes sont en service en Suisse. La Confédération estime qu'il en faudrait 700 pour maximiser le potentiel de ce mode de production.

Les associations de défense de l'environnement, elles, parlent de 300 hélices au maximum, pour ne pas créer de conflit avec la biodiversité.

Le Valaisan Christophe Clivaz, conseiller national Vert, explique lui que "ce qui est important, c'est de limiter cette accélération à des projets qui ont des plans d'affectation en force où le Tribunal fédéral a déjà tranché et où la pesée des intérêts entre la production et les aspects 'nature et paysage' a été faite".

La question démocratique

Mais d'autres redoutent que cette accélération ne se fasse au détriment de la population. Le Fribourgeois Pierre-André Page, conseiller national UDC, craint que l'on se mette à "passer outre des décisions populaires". Ainsi, "on veut informer les communes, mais elles ne pourront pas décider si elles le veulent ou pas dans leur commune".

Pour la majorité de la commission, les communes disposent déjà de suffisamment de possibilités de s'impliquer dans l'établissement du plan d'affectation pour les projets éoliens. Étant donné que le projet ne concerne que les projets éoliens bénéficiant d'un plan d'affectation déjà entré en force, elle ne voit pas en quoi offrir aux communes une possibilité de participation supplémentaire apporterait une plus-value.

>> Lire aussi à ce sujet: La Suisse toujours à la traîne pour l'énergie solaire et éolienne

Sujet TV: Valérie Gillioz

Adaptation web: Julien Furrer/lan avec ats

Publié Modifié