Modifié

Le référendum du Parti pirate sur la protection des mineurs tombe à l'eau

Plainte contre le Conseil fédéral pour sa brochure de vote sur la loi Netflix [Jean-Christophe Bot - Keystone]
Le référendum du Parti pirate sur la protection des mineurs tombe à l'eau / Le Journal horaire / 13 sec. / le 23 janvier 2023
Le peuple ne se prononcera pas sur la nouvelle loi sur la protection des mineurs dans les secteurs du film et des jeux vidéo acceptée au Parlement. Le Parti pirate n'a pas atteint la moitié des 50'000 signatures requises, annonce lundi la Chancellerie fédérale. Le référendum passe donc par-dessus bord.

Le Parti pirate avait dans un premier temps estimé avoir atteint le nombre requis de signatures. Mais samedi, il avait déjà des doutes.

Il a évoqué des problèmes liés à un générateur de feuilles de signatures personnelles pour expliquer cette baisse du nombre de signatures récoltées. Cet outil permet de récolter plus vite des signatures, mais le contrôle sur le nombre de signatures réelles est plus faible.

Lundi, la Chancellerie écrit dans un communiqué: "Il ressort du contrôle effectué par la Chancellerie fédérale que le nombre de signatures valables recueillies n'atteint pas la moitié des 50'000 signatures prescrites par la Constitution".

Protection des données

La loi sur la protection des mineurs en matière de films et de jeux vidéo a été adoptée par le Parlement à la dernière session d'automne. Elle veut mieux protéger les jeunes des films et des jeux vidéo qui pourraient porter atteinte à leur développement.

Les cinémas et les commerçants sont ainsi tenus d'indiquer l'âge minimal requis pour visionner un film ou jouer à un jeu vidéo. Et ils devront le vérifier.

Pour le Parti pirate, le Parlement a fait à nouveau la preuve de son manque de compétence en matière de politique numérique, d'où le lancement de ce référendum. Cette loi serait selon le parti impossible à mettre en oeuvre, et surtout, elle serait contraire à la protection des données.

"Le Parlement offre sur un plateau d'argent les données de nos cartes d'identité à de grands groupes américains comme Google et Facebook, ou à l'Etat chinois avec TikTok", relevait Pascal Fouquet, directeur de campagne du référendum.

furr avec ats

Publié Modifié