Modifié

L'automne 2022 est le troisième plus chaud jamais enregistré depuis le début des mesures

L'automne 2022 est le troisième plus chaud depuis le début des mesures [Keystone]
L'automne 2022 est le troisième plus chaud jamais enregistré depuis le début des mesures / Le Journal horaire / 27 sec. / le 2 décembre 2022
Avec environ 1,8 degré de plus que la norme sur l'ensemble de la Suisse, l'automne 2022 est le troisième plus doux jamais enregistré depuis le début des mesures en 1864. L'année 2022 pourrait d'ailleurs s'avérer plus chaude que l'année record de 2018.

Les températures du mois d'octobre ont particulièrement contribué à la troisième place de l'automne 2022. Le dixième mois de l'année s'est montré "inhabituellement chaud, avec 4 degrés de plus que la norme 1991-2000", indique vendredi Meteonews. Novembre a dépassé la norme de 1,9 degré, tandis que septembre a été plus frais de 0,4 degré.

Précipitations supérieures à la norme

Seuls les automne 2006 et 2014 ont été plus doux que cette année. Le premier avec 0,7 degré supplémentaire, le second avec des valeurs légèrement plus douces que cet automne, précise Meteonews. Par définition, l'automne météorologique dure du 1er septembre au 30 novembre.

La cuvée 2022 a par ailleurs été marquée par des précipitations supérieures à la norme d'environ 7%. Celles-ci ont surtout concerné la Suisse romande, tandis que "le sud du Valais et le nord du Tessin ont été trop peu arrosés". Meteonews qualifie ces pluies excédentaires de " très bonne nouvelle", ayant "partiellement pu combler" le déficit hydrique chronique des nappes phréatiques.

Vers un nouveau record absolu

Si l'ensoleillement s'est montré dans la norme au nord des Alpes, Meteonews a constaté un "net excédent" au Tessin et dans le sud des Grisons en raison des mois d'octobre et de novembre plus ensoleillés que la moyenne.

Enfin, l'année 2022 a de grandes chances de se classer comme la plus chaude jamais enregistrée en Suisse. A ce stade, le mercure indique des valeurs d'environ 1,7 degré supérieures à la moyenne, alors que jusqu'à présent, l'année 2018 détient le record, avec un écart de quelque 1,1 degré. "Ce record risque fort d'être pulvérisé en 2022", prédit Meteonews.

ats/hkr

Publié Modifié