Modifié

Plus de la moitié des vélos et trottinettes sans éclairage conforme en Suisse romande

Près de la moitié des vélos et trottinettes circulent sans éclairage conforme en Suisse romande [RTS]
Plus de la moitié des vélos et trottinettes circulent sans éclairage conforme en Suisse romande / 19h30 / 1 min. / le 26 novembre 2022
En Suisse romande, plus de la moitié des engins de mobilité douce roulent sans phares ou avec un éclairage non conforme à la loi, selon un comptage effectué par le TCS. Les lumières clignotantes font notamment partie des éclairages non conformes.

Ce bilan alarmant est tiré par le Touring Club Suisse (TCS) qui a conduit une étude cet automne et qui conclut que les Romands sont particulièrement mauvais en comparaison nationale.

Sur 4035 vélos, vélos électriques et trottinettes électriques contrôlés à travers la Suisse, 691 (17%) étaient équipés d'un éclairage non conforme et 735 (18%) n'avaient pas d'éclairage du tout, selon l'enquête du TCS. Concernant les trottinettes électriques en particulier, 51% d'entre elles n'étaient pas correctement éclairées.

Selon ces comptages effectués entre fin octobre et début novembre, les Romands sont les moins disciplinés: 51,53% des engins de mobilité douce contrôlés n'étaient pas conformes. Sur 1174, 262 avaient un éclairage non conforme et 343 n'avaient pas d'éclairage. Le taux de conformité monte à 64,6% au Tessin et à 71,5% en Suisse alémanique.

Un danger

"C'est un risque majeur en termes de sécurité routière, d'abord pour la personne qui utilise sans voir suffisamment et surtout sans être vue, notamment des automobilistes. Mais c'est aussi un danger pour les autres utilisateurs de deux roues et pour les piétons", explique dans le 19h30 Isabelle Darbellay Métrailler, responsable sécurité routière du TCS section Valais.

Pourtant la loi est claire. Les vélos classiques doivent se munir d'un éclairage non clignotant de nuit. Les vélos électriques et les trottinettes électriques doivent de leur côté disposer d'un éclairage blanc à l'avant et rouge à l'arrière, qui soient allumés en permanence, car ils sont considérés comme des cyclomoteurs.

Mais ces règles d'éclairage ne sont pas forcément connues de tous les cyclistes. "Je n'étais pas au courant qu'il fallait avoir des lumières la nuit et que c'était obligatoire", a reconnu un cycliste. "Je savais qu'il fallait toujours un gilet pour se démarquer dans la nuit, toujours une lumière, mais je n'étais pas au courant du code chromatique, rouge à l'arrière et blanc à l'avant", dit un autre.

Peu d'amendes

De son côté, la police cantonale admet que peu d'amendes sont émises pour éclairage non-conforme. L'accent est plutôt donné sur la prévention.

"On insiste sur le port du casque, sur la visibilité. On fait aussi de la prévention dans les écoles, on apprend aux élèves le bon comportement à avoir sur le chemin de l'école à vélo."

Malgré la prévention, l'an dernier en Suisse, 5391  accidents impliquant des vélos ou des vélos électriques ont été enregistrés par la police, dont 4818 avec des dommages corporels, rappelle encore le TCS, citant des chiffres de l'Office fédéral des routes. Ces accidents ont fait 3385 blessés légers, 1350 blessés graves et entraîné 39 décès.

Ainhoa Ibarrola/lan

Publié Modifié