Publié

Un nombre record de fidèles ont quitté l'Eglise catholique en 2021

Des catholiques dans l'église de Stans dans le canton de Nidwald. [Alessandro Della Bella - Keystone]
Un nombre record de fidèles ont quitté l'Eglise catholique en 2021 / Le Journal horaire / 23 sec. / le 28 octobre 2022
L'an dernier, 34'182 personnes ont quitté l'Eglise catholique en Suisse. C'est plus de 2500 de plus qu'en 2019, année du précédent record. On observe d'importantes différences entre les cantons.

Le nombre de sorties se maintient à un niveau très élevé, a indiqué vendredi l'Institut suisse de sociologie pastorale (SPI), basé à St-Gall. Le taux de sortie est en moyenne de 1,1% en 2021 dans l'ensemble du pays. On dénombrait 31'410 sorties en 2020 et 31'772 l'année précédente.

Le SPI souligne que les cantons de Genève, du Valais, de Neuchâtel et de Vaud n'enregistrent pratiquement pas de sorties d'Eglise. Cette particularité est due à l'organisation différente des Eglises: il n'y existe en effet pas de structure formelle d'affiliation, liée à l'obligation de s'acquitter d'un impôt ecclésiastique, une structure dont on pourrait tout simplement sortir.

Comparables aux autres pays

Si l'on exclut ces cantons, on obtient un taux de sortie moyen de 1,5%, contre 1,4% en 2020. C'est comparable aux pays environnants: il est de 1,6% en Allemagne et de 1,5% en Autriche.

La perte de fidèles la plus importante a eu lieu à Bâle-Ville, où 3,6% des membres ont quitté l'Eglise. Suivent l'Argovie et Soleure, tous deux avec 2,4%. Selon le SPI, l'Eglise catholique restait à la fin 2021 la plus grande Eglise de Suisse, avec quelque 2,96 millions de fidèles.

Départs aussi chez l'Eglise réformée

Elle n'est pas la seule à enregistrer un grand nombre de départs. En 2021, 28'540 personnes ont quitté l'Eglise évangélique réformée. C'est plus qu'en 2020, qui avait comptabilisé 27'040 départs.

A l'inverse, le taux d'entrées stagne à bas niveau depuis plusieurs années: en 2021, l'Eglise catholique a enregistré 910 entrées, contre 735 en 2020 et 885 en 2019. Le taux est ainsi de 0,04%.

L'étude du SPI se base d'une part sur ses propres enquêtes dans les paroisses et, d'autre part, sur des données de tiers, comme l'Office fédéral de la statistique (OFS).

ats/asch

Publié

Désaccord et méfiance

La plupart des fidèles quittent l'Eglise catholique car ils disent ne pas être d'accord avec ses prises de position publiques, notamment sur la place des femmes dans l'Eglise, l'homosexualité, le remariage des divorcés, l'avortement ou le suicide assisté, explique le SPI. Dans un sondage de l'OFS daté de 2019, 36,8% des personnes interrogées ont cité ce motif comme raison principale de leur départ.

Il existe aussi "une méfiance générale" envers l'Eglise catholique: les personnes interrogées remettaient par exemple en question les privilèges dont les Eglises bénéficient dans la société. Elles critiquaient aussi les offices religieux, jugés comme "rigides, impersonnels ou dépassés".

La situation est différente dans l'Eglise évangélique réformée: 21% des fidèles ont déclaré n'avoir jamais eu de foi. Le désaccord avec les prises de position publiques n'est que le deuxième motif; dans le sondage, 19,7% des personnes l'ont invoqué.