Modifié

Les pédiatres mettent en garde contre une pénurie de soins

Concilier vie professionnelle et accompagnement d’un enfant malade. [Gaetan Bally - Keystone]
Les pédiatres mettent en garde contre une pénurie de soins / Le Journal horaire / 18 sec. / le 27 septembre 2022
Face à l'augmentation massive des consultations d'urgence chez les enfants et au manque croissant de personnel, les pédiatres tirent la sonnette d'alarme. La hausse des infections prévisible pendant l'hiver ne fera qu'aggraver la situation.

"Dans certaines cliniques, les urgences pédiatriques ont augmenté de plus de 50% au cours du premier semestre 2022 par rapport à 2021 ou aux années précédant la pandémie", écrit mardi l'organisation professionnelle pédiatrie suisse dans un communiqué.

En cause notamment, le recours aux offres d'urgence à bas seuil, en partie dû à la pénurie de pédiatres et de médecins de famille ainsi qu'au manque d'assistants et assistantes médicales. A cela s'ajoute un manque de personnel, surtout dans le domaine des soins, qui est également arrivé dans les cliniques pédiatriques.

>> Ecouter l'interview de Nicolas von der Weid, professeur de pédiatrie à l'Hôpital des enfants de Bâle et vice-président de Pédiatrie Suisse, dans le 12h30:

L'invité de La Matinale (vidéo) - Nicolas von der Weid, chef de l’oncologie à l’Hôpital pédiatrique universitaire de Bâle [RTS]RTS
Les pédiatres mettent en garde contre une pénurie de soins: interview de Nicolas von der Weid / Le 12h30 / 3 min. / le 27 septembre 2022

Taux d'occupation hospitalière élevé

Cette année, l'offre de lits en stationnaire est aussi très limitée pour les enfants, selon Pédiatrie suisse. Déjà à la première moitié de septembre, "le taux d'occupation des lits était si élevé que, par moments, il ne restait plus qu'un seul lit d'hôpital libre pour la pédiatrie dans tout le nord de la Suisse", poursuit l'organisation.

Si la situation perdure, la population devra s'attendre à d'autres pénuries, préviennent les médecins-chefs. Il faudra accepter de plus en plus souvent que son enfant soit transféré aux urgences, après de longs délais d'attente, dans d'autres hôpitaux de Suisse, parfois très éloignés.

>> A lire aussi : Les hôpitaux suisses proches de la saturation faute de personnel soignant

ats/rad

Publié Modifié

Rapports réguliers sur l'offre pédiatrique

Le Conseil des Etats a adopté lundi une motion demandant le rapport régulier sur l'offre de soins dans le domaine de la médecine pédiatrique à l'Office fédéral de la Santé (OFS). La Confédération doit soutenir les cantons afin de remédier à l'insuffisance de l'offre de soins.

Selon les experts de la médecine pédiatrique, il faut au moins un pédiatre travaillant à plein temps pour fournir les soins requis par 1000 enfants et adolescents.

"Il importe en effet qu'il n'y ait pas de déficit en soins pédiatriques", a relevé Maya Graf (Vert-e-s/BL) pour la commission. Dans les domaines de la psychothérapie et de la psychiatrie pédiatriques, les carences se sont encore accentuées durant la pandémie de Covid-19.

Le PLR estime quant à lui que la Confédération a déjà pris des mesures. De l'autre côté, d'Alain Berset s'irrite de l'obligation faite à l'OFS de rendre ces rapports. "Ce n'est pas le rôle de la Confédération", estime-t-il.