Modifié

Le Conseil national veut davantage d'aides pour les rentes et les primes

Face à l'inflation, le Conseil national adopte deux motions pour soulager le peuple suisse [RTS]
Face à l'inflation, le Conseil national adopte deux motions pour soulager le peuple suisse / 19h30 / 2 min. / le 21 septembre 2022
Le pouvoir d'achat a été au centre des débats du National mercredi. Le Centre et la gauche se sont finalement imposés avec des mesures immédiates dans l'AVS et pour les primes. Le Conseil des Etats tiendra son débat lundi.

La guerre en Ukraine a encore aggravé les problèmes d'approvisionnement liés à la pandémie de coronavirus. Les prix de l'énergie et des aliments sont en hausse. L'augmentation probable des primes maladie plombe encore les budgets. Mais les salaires ne suivent pas, a rappelé Christian Dandrès (PS/GE).

Cette situation touche surtout les petits et moyens revenus. Tous les partis sont d'accord pour dire qu'il faut aider ces ménages. "Le gouvernement ne doit pas agir seulement pour soutenir les grandes entreprises, mais aussi les ménages", a lancé Gerhard Pfister (C/ZG). "Ceux-ci sont dans une situation difficile. Ne rien faire n'est pas une option."

>> Les précisions de Pierre Nebel dans le 19h30:

Pierre Nebel: "le centre et la gauche, alliés ensembles, sont puissants" [RTS]
Pierre Nebel: "le centre et la gauche, alliés ensembles, sont puissants" / 19h30 / 1 min. / le 21 septembre 2022

La menace de perte de pouvoir d'achat est importante, surtout pour les familles à revenu moyen, a lancé Mattea Meyer (PS/ZH). Celles-ci ne dépenseront plus pour aller au cinéma ou faire des vacances d'automne. Une réduction de ces dépenses entraîne une perte importante pour l'ensemble de l'économie, a rappelé la Zurichoise.

Placer ses pions à un an des élections fédérales est bien. Mais le PLR "ne veut ni fébrilité, ni panique, ni surenchère, ni réponses idéologiquement expéditives", a avancé Olivier Feller (PLR/VD). Pour les Vert'libéraux, il est prématuré d'accorder des aides extraordinaires.

Adaptation des rentes...

L'alliance du Centre et de la gauche a, de justesse, fait passer une adaptation immédiate des rentes AVS au renchérissement sans se fonder sur l'indice mixte basé sur les salaires.

L'UDC aurait préféré compenser le renchérissement par des mesures de plafonnement de la croissance des dépenses. Le parti visait en particulier les budgets de la coopération internationale au développement, de la recherche et de la formation, de la culture et des charges de personnel fédéral.

Le Conseil fédéral adaptera les rentes au 1er janvier, comme cela est prévu par la loi, a rappelé le conseiller fédéral en charge des assurances sociales Alain Berset. Et de préciser toutefois que l'adaptation ne permettra pas de couvrir entièrement le renchérissement.

>> A lire aussi : Une travailleuse sur cinq ne prend pas sa retraite à 64 ans

... et des primes

Le Centre et la gauche se sont également imposés à deux voix près sur la question de la réduction des primes d'assurance maladie. Le PS demande une augmentation de 30% de la contribution fédérale. Ceci à condition que les cantons ne réduisent pas leurs propres contributions.

La réduction individuelle est un instrument qui a fait ses preuves. Il soulage les ménages de manière ciblée et efficace, a avancé Mattea Meyer. Mais pas le budget fédéral, affirme le gouvernement. Ueli Maurer a rappelé que la Confédération prévoit un déficit de cinq milliards pour 2025. "Nous n'avons pas l'argent pour davantage de dépenses."

L'UDC a également pointé les dépenses importantes concédées par la gauche et Le Centre. "La pandémie, l'accueil des réfugiés ukrainiens ou le tournant énergétique coûtent des milliards à la Confédération", a argué Alfred Heer (UDC/ZH).

>> Entretien avec Philomena Colatrella sur l'augmentation des primes maladies, dans Big Boss :

Entretien avec Philomena Colatrella, directrice de CSS Assurance. Elle explique la brutale augmentation des primes maladie par le rattrapage des opérations non urgentes reportées durant la pandémie [RTS]
Entretien avec Philomena Colatrella, directrice de CSS Assurance. Elle explique la brutale augmentation des primes maladie par le rattrapage des opérations non urgentes reportées durant la pandémie / Big Boss / 6 min. / le 19 septembre 2022

Mieux vaut prévoir une déductibilité intégrale des primes dans le cadre de l'impôt fédéral direct, a expliqué Thomas de Courten (UDC/BL). "Seuls les plus riches en profiteront", a critiqué Mattea Meyer. Le projet coûterait 400 millions, mais les petits ménages n'épargneraient que 12 francs sur leurs impôts, a rappelé Jacqueline Badran (PS/ZH).

Pour le Conseil fédéral, ceci reviendrait à un encouragement extrafiscal et romprait le principe de l'imposition fondée sur la capacité contributive. La motion a été refusée. Un projet, qui répond en partie au voeu de l'UDC, est déjà sur la table.

Locataires retraités

L'UDC s'est aussi attaquée à la valeur locative des ménages des retraités, sans succès. Le Conseil fédéral n'est pas opposé à une révision de l'imposition de la propriété du logement. La solution doit toutefois être équilibrée et finançable. Un projet sera débattu au cours de la troisième semaine de session.

Le parti national-conservateur est revenu avec des demandes pour compenser la hausse du prix des carburants. Comme en juin, elles ont toutes été rejetées par l'ensemble des autres partis.

>> Le débat entre Jérôme Cosandey, directeur romand d’Avenir Suisse, et Benoît Gaillard, coresponsable de la communication de l’Union syndicale suisse dans Forum:

Que penser des mesures de soutien au pouvoir d’achat acceptées par le Conseil national? Débat entre Jérôme Cosandey et Benoît Gaillard [RTS]
Que penser des mesures de soutien au pouvoir d’achat acceptées par le Conseil national? Débat entre Jérôme Cosandey et Benoît Gaillard / Forum / 9 min. / le 21 septembre 2022

ats/rad

Publié Modifié