Publié

Les vendanges précoces annoncent un millésime de bonne qualité

Les vendanges précoces annoncent un millésime de bonne qualité  [Theophile Bloudanis]
La qualité du raisin s'annonce bonne cette année: interview de Jean-Laurent Spring / La Matinale / 1 min. / le 23 août 2022
Les fortes chaleurs de cet été ont profité aux vignes, dont la qualité du raisin est prometteuse. Les vendanges ont commencé avec trois semaines d'avance en moyenne, du jamais vu. Le secteur peut néanmoins s'appuyer sur une main d'oeuvre fidèle.

Le millésime 2022 s'annonce bon, mais les prochaines semaines seront déterminantes, explique dans La Matinale Jean-Laurent Spring, spécialiste viticulture au centre de recherche Agroscope de Pully: "On a encore bien six semaines devant nous avant que la récolte soit sous toit. La météo des prochaines semaines sera déterminante pour la fin de la maturation du raisin et donc pour le résultat final."

"On dit en général que le mois de septembre est celui de la qualité. Cette fois ce sera en partie le mois d'août et le mois de septembre", sourit Jean-Laurent Spring. Il explique que des pluies très abondantes et soutenues pendant deux semaines pourraient néanmoins changer la donne.

>> Lire également : Le Chasselas commence à mûrir plus tôt que jamais en raison de la chaleur

Dans l'autre sens, "il y a aussi certaines régions qui souffrent encore un petit peu du sec, ce serait donc bénéfique pour celles-ci si elles recevaient encore un peu d'eau."

"Ce sont les aléas climatiques de ces prochaines semaines qui feront la qualité du millésime. Quant à savoir si ça sera exceptionnel, il faut vraiment attendre l'automne avec la fin des fermentations et les premières dégustations. En tout cas, tout est en main pour faire quelque chose de très intéressant."

>> Les précisions de Foued Boukari en direct du domaine Henri Cruchon à Echichens (VD):

Des vignes dans le Mendrisiotto en juillet 2022. [Pablo Gianinazzi - Keystone]Pablo Gianinazzi - Keystone
En direct des vendanges à Echichens / La Matinale / 2 min. / le 23 août 2022

Personnel en suffisance

Encore faut-il avoir assez de mains pour récolter le raisin. Mais contrairement à beaucoup d'autres secteurs, la viticulture est épargnée par la pénurie de main d’œuvre. Après deux années de pandémie, les saisonniers sont au rendez-vous.

"Dans le domaine viti-vinicole, on compte d'abord sur les personnes qui sont proches des exploitants, à savoir la famille ou les amis", explique Philippe Herminjard, secrétaire patronal des vignerons vaudois.

"Ensuite, on s'appuie sur du personnel qui vient souvent pour les vendanges par plaisir et par habitude. Et on voit dans les exploitations viticoles que c'est souvent les mêmes compositions d'équipe."

"Il y aussi des gens qui viennent des régions limitrophes, de Haute-Savoie par exemple. Ce sont des jobs auxquels ils tiennent, parce qu'ils sont mieux rémunérés qu'en France ou qu'en Espagne. Et puis c'est sympa de faire des petites vacances au soleil dans le vignoble vaudois."

>> L'interview de Philippe Herminjard dans La Matinale :

Un vue du Lavaux depuis Riex (VD). [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
La viticulture est épargnée par la pénurie de personnel: interview de Philippe Herminjard / La Matinale / 1 min. / le 23 août 2022

Propos recueillis par Célia Bertholet et Marie Maison/asch

Publié