Modifié

René Prêtre: "Il faut être extrêmement précis pour opérer un coeur de la taille d'une prune"

Interview du chirurgien cardiaque René Prêtre, à la veille de sa retraite. [RTS]
Interview du chirurgien cardiaque René Prêtre, à la veille de sa retraite. / 19h30 / 4 min. / le 12 mai 2022
Après une vie à opérer des milliers de minuscules coeurs d'enfants, le chirurgien cardiaque René Prêtre va prendre sa retraite cet été. Il revient pour le 19h30 sur ses 40 ans de carrière, des Etats-Unis à Zurich puis Lausanne en passant par le Mozambique et le Cambodge.

Le chirurgien cardiaque René Prêtre est l'une des personnalités les plus respectées du pays. Le natif de Boncourt (JU), qui compte plus de 6000 opérations couronnées de succès à son actif, vient d'annoncer qu'il prendra sa retraite cet été. Mais il ne compte pas pour autant ranger complètement son bistouri dans un placard.

Dans l'immédiat, il va toutefois laisser dès le 31 juillet le secteur de la chirurgie néonatale du CHUV, à Lausanne, aux bons soins de son successeur. "Je n'échapperai pas à mon destin, comme tout le monde. A un moment donné je serai moins bon et je ne veux surtout pas commencer à perdre de l'aptitude sur ce segment particulièrement difficile de la chirurgie néonatale. Ce sont ces enfants qui doivent être opérés pendant leur première semaine de vie. Ils sont encore tout petits, leur coeur est de la taille d'une prune, il faut être extrêmement précis. Cela demande une énergie énorme et de la concentration extraordinaire, des mains extrêmement stables et une vision parfaite. Et ça, ça va diminuer".

>> A voir aussi, un portrait de René Prêtre:

René Prêtre prendra sa retraite le 1er août après plus de 6000 opérations du cœur au service des enfants. [RTS]
René Prêtre prendra sa retraite le 1er août après plus de 6000 opérations du cœur au service des enfants. / 19h30 / 2 min. / le 12 mai 2022

Poursuivre la chirurgie chez les plus grands

A 65 ans, René Prêtre veut offrir "les meilleurs soins possibles pour le meilleur avenir de ces enfants". Mais il continuera à opérer des enfants plus grands "ainsi que quelques adultes, car quand on peut le plus, on peut le moins!". Le chirurgien cardiaque poursuivra aussi ses deux projets humanitaires au Cambodge et au Mozambique et en envisage encore un troisième. "J'ai des idées et des projets. Je vais analyser tout cela maintenant et j'espère que je trouverai un bel équilibre entre vie familiale, vie professionnelle et puis d'autres choses à réaliser", déclare ce papa et grand-papa de trois enfants et deux petits-enfants.

Désigné Suisse de l'année en 2009, René Prêtre a contribué à faire connaître la chirurgie cardiaque pédiatrique. Chaque jour, il reçoit des lettres de remerciements de la part de parents ou de grands-parents. "Je reçois aujourd'hui des lettres de Zurich de la part d'adolescents qui ont 17-18 ans et qui me disent 'je vais bien, je suis content, je vous remercie". Cette deuxième vague de lettres me fait extrêmement plaisir".

>> Voir aussi l'interview de René Prêtre dans La Matinale:

L'invité de La Matinale (vidéo) - Le chirurgien cardiaque René Prêtre part à la retraite [RTS]
L'invité de La Matinale (vidéo) - Le chirurgien cardiaque René Prêtre part à la retraite / L'invité-e de La Matinale (en vidéo) / 10 min. / mercredi à 07:33

L'éloge de l'école publique suisse

Fils de paysans, René Prêtre rêvait d’une carrière de footballeur, mais il était meilleur avec ses mains. La médecine a finalement pris le dessus. Pur produit de l'école publique suisse, le célèbre chirurgien ne tarit pas d'éloges sur le système scolaire helvétique: "Pour moi c'est la force de la Suisse. Vous avez des chances extraordinaires que vous ne trouvez nulle part ailleurs. On ne se rend pas compte de la chance que l'on a d'être né sur ce coin de pays. Je crois que dans aucun autre pays je n'aurais eu peut-être cette facilité à arriver au sommet. J'ai travaillé aux Etats-Unis et les inscriptions aux universités étaient tellement chères. Six ans de médecine? Pour la classe moyenne, vous pouvez oublier."

Propos recueillis par Philippe Revaz

Adaptation web: Melissa Härtel

Publié Modifié