Modifié

La Suisse doit en faire plus pour bloquer les avoirs russes, selon l'ONG Public Eye

La Suisse doit en faire plus pour bloquer les avoirs russes, selon l'ONG Public Eye. [SCHWEIZERISCHE NATIONALBANK - KEYSTONE]
La Suisse doit en faire plus pour bloquer les avoirs russes, selon l'ONG Public Eye / Le Journal horaire / 32 sec. / le 8 mai 2022
L'ONG Public Eye a passé au crible 32 personnalités russes dont les avoirs cumulés, en Suisse ou ailleurs dans le monde, atteindraient la somme de 293 milliards de francs. Elle demande que la Suisse applique de manière efficace les sanctions et qu'elle renforce sa lutte contre l’opacité financière et le blanchiment d'argent.

Public Eye a adressé lundi son enquête sous forme de jeu de cartes aux parlementaires fédéraux, alors que s'ouvre à Berne la session spéciale du Conseil national et qu'un grand défilé militaire se tient à Moscou.

Le Parlement est invité "à jouer la bonne carte" face à l'agression russe en Ukraine et de s'engager pour une extension rapide des sanctions à l'importation et au commerce de pétrole et de gaz russes, écrit Public Eye.

>> Interview de Géraldine Viret, porte-parole de Public Eye:

Géraldine Viret, porte-parole de l'ONG Public Eye. [RTS]RTS
La Suisse doit en faire plus pour bloquer les avoirs russes: interview de Géraldine Viret (Public Eye) / La Matinale / 1 min. / le 9 mai 2022

"Avantages" de la place économique suisse

Le dossier de l'ONG montre comment les "avantages" de la place économique helvétique sont systématiquement utilisés par les oligarques russes: une industrie offshore de pointe pour créer des sociétés-écrans; un secteur du négoce de matières premières très lucratif et qui échappe à la régulation; des lacunes dans la lutte contre le blanchiment d'argent et l'opacité financière qui permettent aux avocats de mettre en place des structures pour dissimuler des fonds, en échappant à tout devoir de diligence.

>> Lire aussi: Une commission du Congrès américain accuse la Suisse d'être "complice du dictateur Poutine"

La plupart de ces oligarques ont des participations dans des sociétés (avec siège social ou antenne commerciale) en Suisse, entretiennent des relations de longue date avec la place financière helvétique ou possèdent de luxueuses propriétés en Suisse.

>> Lire aussi: Le PS veut utiliser les avoirs russes gelés pour reconstruire l'Ukraine

ats/vajo

Publié Modifié