Modifié

"Non encordé, c'est la mort assurée": les crevasses ont déjà fait quatre morts cet hiver en Suisse

Dangereuses, les crevasses ont déjà tué quatre personnes dans les Alpes suisses cette année [RTS]
Dangereuses, les crevasses ont déjà tué quatre personnes dans les Alpes suisses cette année / 19h30 / 2 min. / le 30 mars 2022
En Suisse, quatre personnes sont déjà décédées cet hiver dans des crevasses, ouvertures naturelles des glaciers. Avec un manteau neigeux bien moins épais que la moyenne saisonnière, le risque est grand.

En altitude, les crevasses sont le cauchemar de tous les skieurs. Guillaume Martin en a fait la malheureuse expérience il y a un mois. En randonnée avec deux amis, il a chuté dans une crevasse.

"Je me retrouve au milieu de deux parois de 5 mètres de large, au milieu de deux cordes, à environ 8 mètres de profond dans une crevasse qui devait en faire au moins 40", raconte-t-il, mercredi dans le 19h30.

Et d'ajouter: "Heureusement, nous avions tout bien fait. C'est ce qu'il faut retenir de cet accident. Derrière nous, deux filles non encordées sont arrivées: l'issue n'aurait pas été la même. Non encordé, c'est la mort assurée. Il n'y a pas de possibilité de s'en échapper."

Montagne très fréquentée

Le risque est d'autant plus grand que la haute montagne est très fréquentée ces jours-ci, notamment parce que quelque 4500 coureurs se préparent à la Patrouille des Glaciers, qui aura lieu fin avril.

Cette année, l'enneigement est inférieur à la moyenne. Les ponts de neige au-dessus des crevasses sont trop fins.

>> Lire aussi: Un mois de mars exceptionnellement ensoleillé et sec sur toute la Suisse

"Une crevasse peut faire plusieurs mètres de large et de 5 à 40 mètres de profondeur. C'est la raison pour laquelle il y a des accidents mortels en crevasses", explique Pierre Mathey, secrétaire général de l'Association suisse des guides de montagne.

De la neige en quantité serait nécessaire

Pierre Mathey donne quelques recommandations: avoir un baudrier avec une corde tendue, principalement à la montée. "Et à la descente, la norme est plutôt de ne pas avoir de corde, à la condition qu'on ait des itinéraires bien choisis pour éviter les zones crevassées."

La neige annoncée ces prochains jours n'est pas forcément une bonne nouvelle. En effet, pour diminuer le risque, il faudrait qu'il neige beaucoup et sur plusieurs jours. Une fine couche risquerait plutôt de dissimuler les crevasses, et ainsi créer un faux sentiment de sécurité.

Ana Silva, Yvan Illi et Ainhoa Ibarrola/vajo

Publié Modifié