Modifié

Y aurait-il assez de places dans les abris PC en cas de guerre?

En Suisse, tout habitant doit disposer d’une place protégée dans un abri de la Protection civile. [Dominic Favre - Keystone]
Y aurait-il assez de places dans les abris PC en cas de guerre? / La Matinale / 1 min. / le 2 mars 2022
En Ukraine, la guerre pousse la population à se réfugier dans les sous-sols ou les stations de métro. En Suisse, les abris de la Protection civile pourraient-ils tenir le choc dans un tel scénario? Sachant que selon la loi, tout habitant doit disposer d'une place proche de son domicile.

Avec 9 millions de places dans des abris PC, le compte est bon à l'échelle du pays. Des lacunes apparaissent toutefois par endroits. Si la Confédération ne publie pas le détail commune par commune, le canton de Berne offre de telles données. Et sa carte n'est de loin pas toute verte.

Des habitants de villas du Jura bernois seraient par exemple forcés de se déplacer dans l'abri PC d'un autre village. Et cela quand bien même les propriétaires de toute nouvelle construction doivent payer une taxe communale pour disposer d'un abri de la protection civile.

Car l'époque où chaque villa devait prévoir un bunker est révolue. Seuls certains immeubles dans des régions en déficit sont soumis à une telle obligation.

Faibles volontés politiques

Quand les abris privés ne suffisent pas, les communes doivent mettre en place elles-mêmes de telles installations, financées en partie par les quelques milliers de francs payés par tous les propriétaires qui construisent un logement. Qu'ils soient situés dans des communes qui manquent d'abris ou qui en ont assez.

Mais ces installations communales de substitution dépendent de volontés politiques, qui sont relatives en temps de paix, où l'on entend surtout plus parler de cyber-guerre. Voilà pourquoi des places manquent à certains endroits, sans que la population ne le sache forcément.

Des abris à aménager

A noter encore que les abris existants ne seraient pas opérationnels tout de suite. Il faudrait d'abord les vider: du vin et des confitures sont parfois stockés dans les installations privées. Dans les structures communales, des archives et du matériel devraient être déplacés.

Des toilettes sèches devraient ensuite être installées, ainsi que des lits. Et il faudrait enclencher la ventilation. Cela pourrait prendre quelques jours, même si ce n'est pas un problème d'après les autorités, puisque la guerre n'arrive généralement pas du jour au lendemain.

Romain Carrupt/gma

Publié Modifié