Publié

Une commission du National veut booster la promotion des vins suisses

La commission propose d'augmenter de plus de 6 millions l'aide à la promotion des vins suisses. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Davantage de moyens financiers pour soutenir la promotion des vins suisses / Le Journal horaire / 25 sec. / le 23 février 2022
Face aux difficultés du secteur vitivinicole en Suisse, une commission du National veut augmenter les moyens financiers destinés à la promotion des vins suisses. Elle renvoie par ailleurs aux Etats une motion sur la transformation du lait en fromage.

La commission de l'économie du Conseil national a adopté une motion qui vise à soutenir le secteur vitivinicole. Elle propose d'élargir l'enveloppe financière actuelle de 2,8 à 9 millions de francs par année.

Initiative pour une réserve climatique

Les parlementaires ont également déposé une initiative qui prévoit la création d'une réserve climatique, indiquent mercredi les services du Parlement. Les viticulteurs devraient pouvoir récolter une quantité de raisin supérieure au quota cantonal mais inférieure au rendement maximum fédéral prévu pour les vins bénéficiant du label AOC.

Une minorité de la commission rejette les deux textes. Selon elle, la part de marché des vins suisses a augmenté ces dernières années. Des aides financières supplémentaires ne sont donc pas nécessaires.

Désaccord sur le lait transformé en fromage

Dans la foulée, la commission a rejeté une motion concernant le lait transformé en fromage. Le texte, adopté par le National, a été modifié par les sénateurs. Ceux-ci ont refusé d'introduire un échelonnement en fonction de la teneur en graisse du fromage.

Ils ont cependant maintenu l'interdiction de verser le supplément aux transformateurs qui se livrent à des pratiques de dumping en payant aux producteurs un prix inférieur aux minima.

La commission a rejeté par 15 voix contre 9 la version modifiée par le Conseil des Etats. Elle a également refusé par 12 voix contre 11 et une abstention la version initiale du texte.

La majorité estime qu'il n'y a pas de base légale suffisante. Une minorité veut maintenir le texte initial et poursuivre l'objectif d'accroître la valeur ajoutée sur le fromage.

ats/oang

Publié