Publié

La Suisse recule dans la lutte contre la corruption, mais reste bonne élève

Dans le dernier classement international de la corruption dans le secteur public pour l'année 2021 établi par Transparency International, la Suisse reste en bonne position, même si elle recule du 3e au 7e rang. [Martin Rütschi - Keystone]
Des grands chantiers pour la lutte anticorruption, aussi en Suisse, selon Transparency International / La Matinale / 12 sec. / le 25 janvier 2022
Dans le dernier classement international de la corruption dans le secteur public pour l'année 2021 établi par Transparency International, la Suisse reste en bonne position, même si elle recule du 3e au 7e rang.

Le Danemark, la Finlande et la Nouvelle-Zélande se placent en tête du classement des 180 pays et territoires, avec 88 points chacun, annonce mardi Transparency International dans un communiqué. Avec 84 points sur 100, la Suisse arrive cette année en 7e position. En queue de peloton, on trouve une fois de plus la Somalie (13 points), la Syrie (13) et le Soudan du Sud (11).

A noter que plus de la moitié des pays étudiés n’atteignent pas 50 points sur le maximum de 100.

Le "Corruption perceptions Index" analyse la mise en œuvre de la Convention de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) contre la corruption. La Suisse fait partie des pays qui mettent activement en oeuvre la convention.

Meilleure que ses voisins

A titre de comparaison, le score des pays voisins de la Confédération est de 80 pour l'Allemagne, 74 pour l'Autriche, 71 pour la France et 56 pour l'Italie.

Mais selon le directeur de Transparency Suisse, la Suisse est loin du sans faute: ses bonnes performances ne doivent pas faire oublier ses graves lacunes dans des domaines qui ne sont pas mesurés dans le classement. Il mentionne la lutte contre le blanchiment d'argent, les dispositions légales en matière de lobbying et la protection des lanceurs d'alerte. Selon lui, le népotisme reste également très répandu.

ats/fgn

Publié