Suivi du 21 février [Keystone]
Publié Modifié

Le sous-variant d'Omicron est "certainement présent en Suisse", estime Antoine Flahault

- Un sous-variant d'Omicron, le BA.2, se propage à grande vitesse. Déjà présent dans plusieurs pays européens, il est devenu majoritaire au Danemark et il est "certainement présent en Suisse", juge l'épidémiologiste Antoine Flahault mardi dans Forum. S'il semble plus contagieux que son cousin, on ignore encore s'il est plus dangereux.

- La Suisse reste l'un des pays avec le plus grand nombre d'infections au Covid-19 en Europe, a déclaré devant la presse Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'Office fédéral de la santé publique. Le sommet de la vague n'est pas encore atteint, a-t-il averti.

- Vice-président de la task force scientifique de la Confédération, Urs Karrer appelle de son côté les personnes qui ont des symptômes à rester en isolement, même si la période de quarantaine est réduite.

- Entre 30% et 45% des entreprises font actuellement état de problèmes de personnel, a estimée Jan-Egbert Sturm, vice-président de la task force scientifique, avec 9% de taux d'absence en moyenne la semaine dernière, en hausse de 3 points de pourcent par rapport au 8 janvier.

- Les milieux économiques et une partie de la droite réclament la fin immédiate de toutes les restrictions, dont le pass sanitaire. Ils ont renouvelé mardi leur appel dans ce sens.

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état de 36'658 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. On déplore 12 décès supplémentaires et 121 malades ont été hospitalisés.

Suivi assuré par RTSinfo

21h00

Fin des mesures exigée par l'économie, prudence des scientifiques

Alors que l'économie exige la fin des restrictions sanitaires, les experts de la task force appellent à la patience. Le Conseil fédéral devrait trancher la semaine prochaine entre ces pressions contradictoires.

L'Usam, les centres sportifs, GastroSuisse et des politiciens de droite ont réclamé en matinée la fin des mesures contre le Covid-19. Malgré le nombre élevé de cas, les hôpitaux ne sont pas surchargés, a relevé Hans-Ulrich Bigler, directeur de l'Union suisse des arts et métiers, dans le 19h30. Le certificat Covid, l'obligation de télétravail et les quarantaines ne servent plus à rien à ses yeux.

Les scientifiques, de leur côté, demeurent prudents: en une semaine, 10% de la population a été infectée et le pic de la vague n’a pas encore été atteint.

"Une levée des mesures aujourd'hui serait inévitablement synonyme d’une nouvelle accélération des infections. Et on ne peut pas exclure que cela n'entraîne pas une augmentation des hospitalisations chez les groupes à risque", a expliqué Patrick Mathys, chef de la section gestion de crise et collaboration internationale à l'OFSP.

>> Les précisions dans le 19h30:

Covid-19: Face à la hausse des contaminations, les autorités doivent-elles sauver l’économie à tout prix? [RTS]
Covid-19: Face à la hausse des contaminations, les autorités doivent-elles sauver l’économie à tout prix? / 19h30 / 2 min. / le 25 janvier 2022

19h40

La Suisse romande fait face à une baisse de la vaccination

La Suisse romande connaît une baisse des inscriptions pour le vaccin. Ainsi, le canton de Vaud a annoncé lundi qu'il fermerait trois centres de vaccination, dont celui de Beaulieu. "Aujourd'hui plus de 80% des plages horaires sont vides. Cela ne fait plus aucun sens de laisser le centre ouvert", a expliqué dans le 19h30 Denis Froidevaux, chef de l'Etat-major cantonal de conduite pour le canton.

Du côté de Sion, en Valais, la tendance est la même. "En fin d'année, on avait beaucoup d'inscriptions. Depuis environ deux semaines, on constate une baisse, en particulier cette semaine", observe Véronique Rudaz, adjointe responsable des centres de vaccination. Dans certains centres du canton, on injecte jusqu'à cinq fois moins de troisième dose qu'il y a un mois.

Selon les données de l'OFSP, le nombre d'injections de rappel a diminué de 43% en deux semaines en Suisse. Les désistements se font également de plus en plus nombreux. Dans le canton de Fribourg, 8% des rendez-vous ne sont pas honorés. Dans les cantons de Vaud et de Neuchâtel, ce chiffre grimpe à 10%. En Valais et à Genève, il monte encore à 19%. "La justification des désistements varie en général entre la guérison ou le changement d'avis", a expliqué Aglaé Tardin, médecin cantonale genevoise, dans le 19h30.

>> Regarder le sujet du 19h30:

Covid-19: Nombreux sont ceux qui, infectés, renoncent à leur dose de rappel [RTS]
Covid-19: Nombreux sont ceux qui, infectés, renoncent à leur dose de rappel / 19h30 / 2 min. / le 25 janvier 2022

18h30

Le sous-variant d'Omicron BA.2 est "certainement présent en Suisse"

Un sous-variant d'Omicron, le BA.2, se propage à grande vitesse. Déjà présent dans plusieurs pays européens, il est devenu majoritaire au Danemark.

Pour Antoine Flahault, épidémiologiste, directeur de l'Institut de santé globale de l'Université de Genève, interrogé dans l'émission Forum, le BA.2 "est certainement présent en Suisse. On ne l'a pas encore beaucoup identifié, car on ne séquence pas énormément en Suisse, pas autant qu'au Danemark ou au Royaume-Uni, mais le BA.2 a clairement une propension à se développer dans toute l'Europe de l'Ouest".

Même s'il semble plus contagieux que son cousin BA.1, "il n'y a pas d'indication aujourd'hui qu'il a un profil pathologique différent", a-t-il encore relevé. "Ce sont des Omicron l'un et l'autre."

Concernant les bienfaits d'une immunité collective, l'épidémiologiste est plus circonspect: "Je ne dis jamais cela pour un virus quel qu'il soit et surtout pour les coronavirus dont on connaît leur caractère sournois et imprévisible. Tout ce qu'on peut faire pour limiter la propagation de ce virus est bienvenu. Maintenant, si le virus est moins dangereux que le variant Delta ou Alpha, on s'en réjouira tous évidemment mais je ne crois pas que l'on puisse se réjouir de l'invasion de ce variant."

"La vraie protection aujourd'hui, c'est la protection vaccinale avec 3 doses", a conclu Antoine Flahaut.

>> Son interview complète dans l'émission Forum:

Un sous-variant d’Omicron inquiète les autorités sanitaires danoises: interview d’Antoine Flahault (vidéo) [RTS]
Un sous-variant d’Omicron inquiète les autorités sanitaires danoises: interview d’Antoine Flahault (vidéo) / Forum / 7 min. / le 25 janvier 2022

17h45

Score de risque pour le Covid long

Des chercheurs zurichois ont établi un score de risque pour le Covid long sur la base de différents facteurs, notamment deux classes d'anticorps présents dans le sang des patients. Ces travaux ont été publiés dans la revue Nature Communications

Les scientifiques ont établi un modèle qui permet de calculer le risque de Covid long et l'ont vérifié sur un groupe de 395 personnes testées positives. Cela ouvre selon eux des possibilités d'identification précoce des patients à risque et de traitements ciblés.

Entre 10% et 60% des patients souffrent de symptômes persistants sur le long terme après un épisode de Covid-19. Il s'agit notamment de fatigue, détresse respiratoire, problèmes cognitifs, faiblesses musculaires ou encore douleurs articulaires.

17h30

Pas de cortège de carnaval à Lucerne

Pandémie oblige, le carnaval de Lucerne devra probablement se passer cette année aussi de ses cortèges. Le canton ne délivrera pas d'autorisation spéciale pour les organiser. Le ministre de la Santé Guido Graf l'a annoncé au Grand Conseil.

Les grands évènements qui se déroulent sur des sites non délimités ne sont actuellement pas autorisés et restent interdits jusqu'à nouvel avis, a déclaré le conseiller d'Etat en réponse à un postulat urgent issu de l'UDC. La Confédération autorise, certes, les cantons à prévoir des exceptions dans ce domaine. Le gouvernement lucernois y renonce toutefois.

17h00

Ecrasante majorité de non-vaccinés aux soins intensifs

Les patients et patientes qui finissent aux soins intensifs malgré la vaccination contre le coronavirus connaissent des évolutions moins graves que les non-vaccinés, même s'ils sont en moyenne plus âgés et plus à risque, selon une étude zurichoise. Les non-vaccinés constituent une majorité écrasante.

Un total de 964 patients a été inclus dans l'étude effectuée à l'Hôpital universitaire de Zurich.

Le laps de temps étudié va du début de la campagne de vaccination jusqu'en septembre 2021. Résultats: parmi ces patients, 33 étaient complètement vaccinés avec un des vaccins à ARNm autorisés en Suisse. Les 931 autres n'étaient pas vaccinés, selon ces travaux publiés dans la revue Intensive Care Medicine.

Selon les auteurs, ces données indiquent clairement que la vaccination protège bien et que les personnes à risque en particulier en tirent un énorme avantage. Les nouveaux variants n'ont pas changé la donne dans ce domaine.

16h30

Plus de 36'000 nouveaux cas en 24 heures

L'Office fédéral de la santé publique a fait état de 36'658 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. On déplore 12 décès supplémentaires et 121 malades ont été hospitalisés.

Un total de 219 personnes atteintes de Covid se trouvent actuellement aux soins intensifs et elles occupent 25,30% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 73,80%.

Le variant Omicron représente 88,5% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Selon l'OFSP, 106'803 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus. Et 59'301 autres ayant eu des contacts avec des personnes infectées ont été placées en quarantaine.

Au total, 68,13% des Suisses ont déjà reçu deux doses de vaccin.

15h35

Vaud développe ses capacités de test

Le canton de Vaud annonce que la capacité du centre de tests de dépistage contre le Covid-19 à Beaulieu est augmentée. Cette mesure est liée à la forte demande de tests PCR due au variant Omicron.

Pour éviter les files d'attente devant le site de Beaulieu à Lausanne, le canton de Vaud a décidé d'augmenter le nombre de plages horaires disponibles pour les personnes présentant des symptômes. Ces dernières pourront également se faire tester sans rendez-vous lors de créneaux précis disponibles sur le site du canton comme le précise le communiqué.

À ce jour, seuls les adultes et les enfants symptomatiques peuvent se faire tester à Beaulieu. Il existe néanmoins une exception pour les voyages professionnels et le personnel essentiel.

Cette extension de l'offre des tests tombe au lendemain de l'annonce du canton sur la fermeture de trois centres de vaccination d'ici au début du mois de février (Beaulieu, Aigle et Gland).

15h20

L'économie tient plutôt bien le choc Omicron

Malgré des problèmes de personnel et de livraisons, l'économie supporte plutôt bien le choc de la vague Omicron, notamment pour ce qui est du chiffre d'affaires, a indiqué devant la presse Jan-Egbert Sturm, vice-président de la task force scientifique Covid-19 de la Confédération. La prudence reste toutefois de mise avant d'alléger les mesures.

Entre 30% et 45% des entreprises font état de problèmes de personnel, a ajouté Jan-Egbert Sturm, avec 9% de taux d'absence en moyenne la semaine dernière, en hausse de 3 points de pourcent par rapport au 8 janvier. Les problèmes de livraisons sont toutefois jugés plus sérieux.

La gastronomie est à la peine, avec 20% d'établissements qui se disent menacés dans leur existence en janvier. Tous secteurs confondus, la situation est cependant moins grave que lors de la deuxième vague de la pandémie.

Au niveau du chiffre d'affaires, seulement 8% des entreprises signalent une baisse, de 1% en moyenne. Pour le professeur d'économie de l'EPF de Zurich, il s'agit toutefois de faire attention à d'éventuels effets de seuil si la situation devait s'aggraver du côté des pénuries de personnel.

14h55

Respecter les quarantaines

Vice-président de la task force scientifique de la Confédération, Urs Karrer appelle les personnes qui ont des symptômes à rester en isolement, même si la période de quarantaine est réduite. Plus le nombre de cas non déclarés est élevé, plus il est important de s'isoler, insiste-t-il.

Face aux appels des milieux économiques à une levée des mesures, Urs Karrer a rappelé que le "pic de cette vague" n'a pas encore été atteint. "Si les mesures étaient levées trop tôt, cela entraînerait de graves conséquences pour la santé de la population."

Quant à la "Journée de liberté" revendiquée par les milieux économiques, il ne serait "pas sage de lever les mesures du jour au lendemain".

Sous-variant aussi détecté en Suisse

Urs Karrer s'est également exprimé sur le nouveau sous-variant d'Omicron qui vient de faire son apparition. Celui-ci a été détecté dix fois en Suisse jusqu'à présent, avec une proportion croissante. Selon lui, tout porte à croire que cette variante se propage encore plus rapidement qu'Omicron.

Il n'y a toutefois pas d'indices d'une évolution plus grave. "On suppose que l'immunité protège également contre le sous-variant", a avancé le spécialiste. Avant de renouveler un appel à la vaccination.

14h50

Une personne sur dix contaminée

"Environ une personne sur dix a contracté le Covid ces dernières semaines en Suisse, a dit Urs Karrer, vice-président de la task force scientifique de la Confédération devant la presse à Berne. Les nouvelles infections se concentrent actuellement surtout chez les enfants de moins de 10 ans.

La semaine dernière, 203'000 personnes ont été testées positives au coronavirus. Si l'on tient compte des cas non recensés, d'un facteur 3 à 4, 700'000 à 950'000 personnes auraient été infectées par Omicron.

La circulation du virus est actuellement la plus élevée de toute l'histoire de la pandémie, a déclaré le médecin-chef en infectiologie et hygiène hospitalière à l'hôpital cantonal de Winterthour.

Pic bientôt atteint?

Selon le spécialiste, le pic des contaminations Omicron pourrait être atteint dans les prochains jours ou semaines. Durant ce laps de temps, les admissions à l'hôpital vont augmenter.

Les chiffres continuent d'augmenter, mais la forte hausse s'est ralentie, a déclaré l'infectiologue. La valeur R est passée de 1,6 à la fin décembre à 1,2 actuellement. Soit parce que le pic des contaminations a été atteint, ou le sera dans les prochains jours ou semaines, "soit parce que les limites de détection par les tests ont été dépassées".

14h20

Le sommet de la vague Omicron n'est pas atteint

La Suisse reste l'un des pays avec le plus grand nombre d'infections au Covid-19 en Europe, a déclaré devant la presse Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'Office fédéral de la santé publique.

Une estimation de près de 100'000 infections par jour

Presque 42'000 cas positifs ont été enregistrés le 17 janvier, soit la valeur la plus élevée depuis le début de la pandémie, a poursuivi le responsable. Au vu du taux de positivité élevé, on suppose que 100'000 personnes s'infectent chaque jour en Suisse.

Avec presque 90%, Omicron est le variant dominant presque partout en Suisse. Ce variant a quasiment évincé Delta, mais celui-ci continue de circuler. Les patients dans les hôpitaux sont d'ailleurs davantage atteints du variant Delta, puisque le déroulement de la maladie avec Omicron est plus bénin.

Trop tôt pour relâcher les mesures

Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). [Peter Klaunzer - Keystone]Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). [Peter Klaunzer - Keystone]Il n'est pas encore clair pourquoi, en Suisse, contrairement à d'autres pays européens, le nombre d'admissions à l'hôpital s'est presque complètement dissocié de celui des nouvelles infections. Mais on ignore si la situation dans les hôpitaux va se détériorer au cas où Omicron toucherait davantage la population plus âgée.

On a pu éviter jusqu'ici une surcharge des hôpitaux, "mais il est trop tôt pour se montrer euphorique ou opérer un relâchement des mesures", a souligné Patrick Mathys.

Le sommet de la vague n'est pas encore atteint, a-t-il averti. Mais si tout le monde fournit un effort, on pourra la surmonter, notamment en se vaccinant et en recourant au "booster".

12h00

Le budget 2022 de Delémont affecté par la situation sanitaire

Le budget 2022 de la Ville de Delémont dévoilé mardi présente un déficit prévisionnel de 2,5 millions de francs. Comme dans d'autres collectivités publiques, la crise sanitaire a péjoré les finances.

Aux conséquences de la pandémie s'ajoute l'application de la loi fédérale relative à la réforme fiscale et au financement de l'AVS (RFFA) qui engendre des recettes en moins de l'ordre de 2,55 millions de francs. Pour faire face à ces situations, 2,5 milions de francs seront prélevés sur le fonds de réserve conjoncturel.

Après la réalisation de projets d'envergure, le Conseil communal veut maintenir les investissements conséquents mais "réfléchis et nécessaires" au développement de la ville, ainsi qu'à la relance économique à la suite de la pandémie.

10h15

Des associations professionnelles réclament la fin des mesures

L'Usam, les fitness, GastroSuisse et des politiciens de droite ont à nouveau réclamé mardi lors d'une conférence de presse à Berne la fin des mesures contre le Covid-19.

"De nombreuses branches ainsi que la population souffrent énormément", a notamment lancé à cette occasion Hans-Ulrich Bigler, directeur de l'Union suisse des arts et métiers (Usam), la faîtière des PME. Le fait que le Conseil fédéral ait prolongé le régime du certificat, l'obligation de télétravail, les quarantaines et l'isolement est "sans commune mesure."

La faîtière des restaurateurs, GastroSuisse, n'est pas en reste: "le certificat ne sert à rien, il n'empêche plus les contaminations puisque les gens se contaminent, et ce partout, avec ou sans certificat", a dit son président Casimir Platzer.

Quant à l'argument d'une menaçante surcharge du système de santé, il ne tient plus, selon la conseillère nationale Daniela Schneeberger (PLR/ZH). Le nombre de patients Covid dans les unités de soins intensifs a nettement diminué et continuera à baisser, a-t-elle fait savoir.

>> Ecouter les précisions du 12h30:

Les nouvelles mesures sanitaires contre le coronavirus. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Une coalition libérale et bourgeoise demande au Conseil fédéral de lever les mesures sanitaires / Le 12h30 / 1 min. / le 25 janvier 2022

08h10

Envoyer un représentant aux JO de Pékin ou pas, le Conseil fédéral se tâte

Alors que la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pékin aura lieu dans moins de dix jours, la Suisse se tâte encore d'y envoyer un ou une représentante du Conseil fédéral. Au niveau diplomatique, certains pays, à l'image des Etats-Unis ou de la Grande Bretagne, ont fait le choix du boycott pour dénoncer le non-respect des droits humains en Chine.

Du côté de la Suisse, le Conseil fédéral le jure: pas question de boycotter ces Jeux comme le font ces pays. Officiellement, c'est le Covid-19 qui pourrait le dissuader d'y participer. Un test positif sur place contraindrait en effet le ou la conseillère fédérale en question de devoir y rester en isolement. Sans compter que les rencontres, que ce soit avec les athlètes ou les officiels, pourraient y être rares.

Le Conseil fédéral prendra sa décision selon toute attente lors de sa séance de mercredi.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Le Conseil fédéral se tâte d'envoyer ou non un représentant aux JO de Pékin.  [NG HAN GUAN - KEYSTONE]NG HAN GUAN - KEYSTONE
Envoyer un représentant au JO de Pékin ou pas, le Conseil fédéral se tâte / La Matinale / 1 min. / le 25 janvier 2022

08h00

Le Covid long toujours pas pris en considération

L'organisation de patients atteints du Covid long en Suisse critique vivement le Conseil fédéral et l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Selon elle, après deux ans de pandémie, les autorités continuent en effet fermer les yeux sur l'ampleur des conséquences à long terme des maladies dues au Covid-19.

Toutefois, aujourd'hui, on ne voit que la pointe de l'iceberg, prévient Chantal Britt, présidente de l'organisation Long Covid Suisse, dans La Matinale. "On pense que 20% des adultes qui ont été infectés ont des symptômes à long terme. Chez les enfants, c'est plutôt 3%, ce qui est beaucoup", déplore-t-elle notamment.

L'association Covid Long demande notamment que les cas et l'évolution de la maladie soient systématiquement enregistrés. Elle espère en tirer de nouvelles connaissances en matière de traitement.

>> L'interview complète de Chantal Britt dans La Matinale:

Chantal Britt, fondatrice et présidente de l'association Long Covid Suisse. [RTS]RTS
L'organisation de patients atteints du Covid long critique vivement le Conseil fédéral et l'OFSP / La Matinale / 53 sec. / le 25 janvier 2022

07h45

L'espoir d'une levée des mesures anti-Covid se répand

L'heure est-elle bientôt venue de lever les mesures anti-Covid? Plusieurs faîtières économiques, à l'image de l'USAM, de GastroSuisse ou encore des fitness, le souhaitent vivement. L'espoir d'un retour à la normale rapide se répand aussi du côté des autorités cantonales, ou encore parmi les scientifiques.

Il faut dire que dans sa version Omicron, le Covid balaie la Suisse, mais ne crée que très de peu de maladies graves. Les restrictions actuelles ne sont donc plus justifiées, comme le souligne dans La Matinale l'infectiologue Valérie d'Acremont, professeure associée à l'Université de Lausanne.

"Il n'y a plus de raisons scientifiques ou médicales pour garder de quelconques mesures en plus que celles que l'on fait habituellement pour des virus respiratoires, comme la grippe par exemple", soutient-elle.

Mais du côté des autorités, à qui reviendra la décision de lever ou non les restrictions, la prudence reste de mise. Le Conseil fédéral doit réévaluer la situation dans une semaine.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

L'Union suisse des arts et métiers, Gastrosuisse et les fitness demandent à Berne de lever les mesures anti-Covid. [AP Photo/Michel Euler - Keystone]AP Photo/Michel Euler - Keystone
L'Union suisse des arts et métiers, Gastrosuisse et les fitness demandent à Berne de lever les mesures anti-Covid / La Matinale / 1 min. / le 25 janvier 2022

07h40

Pressions sur le pass sanitaire

Les milieux économiques et une partie de la droite réclament la fin immédiate de toutes les restrictions, dont le pass sanitaire.

UDC, Centre et PLR ainsi que la faîtière des restaurateurs et des fitness notamment se réunissent mardi à Berne pour appeler à lever une grande partie des restrictions.

>> Les explications dans le 19h30:

En Suisse, de plus en plus de voix s’élèvent en faveur d’une levée des restrictions sanitaires [RTS]
En Suisse, de plus en plus de voix s’élèvent en faveur d’une levée des restrictions sanitaires / 19h30 / 2 min. / le 24 janvier 2022

Pour le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia, interrogé dans le 19h30, "tout le monde souhaite une levée des restrictions, mais aujourd'hui comme depuis deux ans, c'est le virus qui nous dicte notre calendrier".

"Ce ne sont pas les soins intensifs qui sont problématiques aujourd'hui, ce sont les soins aigus", a relevé le ministre genevois de la Santé. "Nous avons à Genève 500 personnes qui sont hospitalisées, en partie avec le Covid, en partie parce qu'elles ont eu le Covid et qu'elles ne peuvent pas encore rentrer à domicile. Ces 500 lits sont des lits qui ne peuvent pas être mis à disposition pour d'autres pathologies, c'est une problématique encore réelle."

>> Son interview complète dans le 19h30:

Le conseiller d’État genevois Mauro Poggia sur la pertinence des mesures sanitaires dans un nouveau contexte endémique du Covid-19 [RTS]
Le conseiller d’État genevois Mauro Poggia sur la pertinence des mesures sanitaires dans un nouveau contexte endémique du Covid-19 / 19h30 / 3 min. / le 24 janvier 2022

07h20

Bientôt la fin du masque dans les écoles?

Les plus jeunes écolières et écoliers pourront-ils bientôt faire tomber le masque?

Cette mesure introduite après les vacances de Noël a suscité la controverse chez les parents et mis en lumière à quel point la question du port du masque chez les jeunes enfants est émotionnelle.

La Conférence intercantonale de l'instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP) a étudié la question lundi. Elle communiquera sur une "tendance commune" jeudi.

Selon des sources concordantes, les cantons pourraient bien annoncer la fin du port du masque obligatoire chez les plus petits. Et ceci dès le début du mois de février.

>> Les précisions de Forum:

Ecoles primaires: la fin des masques pourrait débuter dès février [RTS]
Ecoles primaires: la fin des masques pourrait débuter dès février / Forum / 2 min. / le 24 janvier 2022

07h00

Vaud ferme trois de ses centres de vaccination, dont celui de Beaulieu à Lausanne

Le canton de Vaud, qui a administré plus de 1'400'000 doses de vaccins, redimensionne son offre, tout en maintenant une capacité importante pour ceux qui veulent encore se faire vacciner. Les centres de Gland et Aigle fermeront leurs portes à fin janvier, celui de Beaulieu le 5 février.

Cette décision a été prise alors que leur fréquentation est en constante baisse. Au total plus de 85% de la population éligible a été vaccinée, ce qui représente plus de 70% de la population totale. Près de 100'000 doses ont été administrées à des personnes non domiciliées dans le canton. Et l'émergence du variant Omicron, et sa dangerosité moindre, expliquerait aussi en partie cette baisse de fréquentation.

Plutôt une bonne nouvelle

Pour Denis Froidevaux, chef de l'Etat-major cantonal de conduite, la fermeture du centre de Beaulieu, où un quart des vaccinations vaudoises ont été réalisées, est plutôt une bonne nouvelle."Cela veut dire qu'on passe une étape", se réjouit-il dans le 12h30.

Le canton, qui continue de vivement encourager la vaccination, poursuit toutefois ses efforts pour garantir une offre de vaccination suffisante.

"L'offre reste importante dans le reste du canton puisqu'on a encore environ 24'000 rendez-vous disponibles par semaine dans le réseau des centres de vaccination pérennes qui vont rester en place encore de nombreuses semaines, comme au CHUV, à l'Hôpital Riviera-Chablais ou encore à l'Hôpital intercantonal de la Broye", souligne Denis Froidevaux.

>> Ecouter l'interview complète de Denis Froidevaux dans le 12h30:

Denis Froidevaux, chef de l’Etat-major cantonal de conduite vaudois. [Sandra Hildebrandt - Keystone]Sandra Hildebrandt - Keystone
Le canton de Vaud ferme trois de ses centres de vaccination, dont Beaulieu: interview de Denis Froidevaux / Le 12h30 / 4 min. / le 24 janvier 2022

06h40

68,11% de la population est entièrement vaccinée

Actuellement, 68,11% de la population suisse est entièrement vaccinée contre le Covid-19. La proportion des personnes ayant reçu une dose de rappel est de 37,37%, selon les données publiées par l'OFSP.

Entre le 17 janvier et le 23 janvier, 319'557 vaccinations primaires, secondaires et de rappel ont été enregistrées.

Chez les plus de 65 ans, le taux de vaccination s'élève à 90,71% et 72,82% de cette tranche d'âge ont reçu une piqûre de rappel.

Chez les 16-64 ans, le pourcentage de personnes entièrement vaccinées atteint 75,77% et 36,29% ont reçu leur rappel. Dans la tranche d'âge des 12-15 ans, 42,38% sont entièrement vaccinés.

06h20

Retour sur la journée de lundi

L'Office fédéral de la santé publique a fait état lundi de 87'278 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. On déplore 35 décès supplémentaires et 247 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 265'710 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 32,9%, contre 30,9% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,19.

Le variant Omicron représente 88,5% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Un total de 230 personnes atteintes de Covid se trouvent actuellement aux soins intensifs et elles occupent 26,70% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 72,70%.

Selon l'OFSP, 106'803 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus. Et 59'301 autres ayant eu des contacts avec des personnes infectées ont été placées en quarantaine.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 405'839, soit 4659,81 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Depuis le début de la pandémie, 1'966'591 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 16'766'073 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 12'269 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 42'346.

>> Lire aussi: Plus de 85'000 cas de coronavirus enregistrés ces trois derniers jours

06h00

Le dossier

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus