Banner du vendredi 21 janvier. [Keystone]
Publié Modifié

Plus de 85'000 cas de coronavirus enregistrés ces trois derniers jours

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état lundi de 87'278 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. On déplore 35 décès supplémentaires et 247 malades ont été hospitalisés.

- Le canton de Vaud va fermer trois de ses centres de vaccination. Outre ceux d'Aigle et de Gland le 29 janvier, celui de Beaulieu à Lausanne, soit le plus grand du canton, fermera le 5 février. "Cela veut dire qu'on passe une étape", s'est réjoui Denis Froidevaux, chef de l'Etat-major cantonal de conduite, dans le 12h30.

- Les milieux économiques et une partie de la droite réclament la fin immédiate de toutes les restrictions, dont le pass sanitaire. Ils se réunissent mardi pour renouveler leur appel en ce sens. Interrogé dans le 19h30, le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia estime pour sa part que "tout le monde souhaite une levée des restrictions, mais aujourd'hui comme depuis deux ans, c'est le virus qui nous dicte notre calendrier".

- Comme d'autres secteurs, les arts vivants, et notamment les théâtres, sont touchés de plein fouet par les quarantaines et les isolements, avec parfois des annulations et des reports de spectacles.

Suivi assuré par RTSinfo

19h40

Pressions sur le pass sanitaire

Les milieux économiques et une partie de la droite réclament la fin immédiate de toutes les restrictions, dont le pass sanitaire.

UDC, Centre et PLR ainsi que la faîtière des restaurateurs et des fitness notamment se réunissent mardi à Berne pour appeler à lever une grande partie des restrictions.

>> Les explications dans le 19h30:

En Suisse, de plus en plus de voix s’élèvent en faveur d’une levée des restrictions sanitaires [RTS]
En Suisse, de plus en plus de voix s’élèvent en faveur d’une levée des restrictions sanitaires / 19h30 / 2 min. / le 24 janvier 2022

Pour le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia, interrogé dans le 19h30, "tout le monde souhaite une levée des restrictions, mais aujourd'hui comme depuis deux ans, c'est le virus qui nous dicte notre calendrier".

"Ce ne sont pas les soins intensifs qui sont problématiques aujourd'hui, ce sont les soins aigus", a relevé le ministre genevois de la Santé. "Nous avons à Genève 500 personnes qui sont hospitalisées, en partie avec le Covid, en partie parce qu'elles ont eu le Covid et qu'elles ne peuvent pas encore rentrer à domicile. Ces 500 lits sont des lits qui ne peuvent pas être mis à disposition pour d'autres pathologies, c'est une problématique encore réelle."

>> Son interview complète dans le 19h30:

Le conseiller d’État genevois Mauro Poggia sur la pertinence des mesures sanitaires dans un nouveau contexte endémique du Covid-19 [RTS]
Le conseiller d’État genevois Mauro Poggia sur la pertinence des mesures sanitaires dans un nouveau contexte endémique du Covid-19 / 19h30 / 3 min. / le 24 janvier 2022

18h30

Bientôt la fin du masque dans les écoles?

Les plus jeunes écolières et écoliers pourront-ils bientôt faire tomber le masque?

Cette mesure introduite après les vacances de Noël a suscité la controverse chez les parents et mis en lumière à quel point la question du port du masque chez les jeunes enfants est émotionnelle.

La Conférence intercantonale de l'instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP) a étudié la question lundi. Elle communiquera sur une "tendance commune" jeudi.

Selon des sources concordantes, les cantons pourraient bien annoncer la fin du port du masque obligatoire chez les plus petits. Et ceci dès le début du mois de février.

>> Les précisions de Forum:

Ecoles primaires: la fin des masques pourrait débuter dès février [RTS]
Ecoles primaires: la fin des masques pourrait débuter dès février / Forum / 2 min. / le 24 janvier 2022

16h50

Nouveaux certificats Covid pour personnes guéries disponibles

La Confédération est en mesure de délivrer des certificats Covid aux personnes guéries sur la base de tests rapides d'antigènes. Un problème technique était apparu en matinée qui a empêché dans un premier temps la livraison du pass sanitaire.

Le problème a pu être résolu et la nouvelle fonction est désormais disponible, a annoncé l'Office fédéral de l'informatique et de la télécommunication.

Ces certificats d'un nouveau genre devaient être délivrés à partir de lundi. La Confédération avait décidé de les introduire comme solution temporaire, en raison de la pénurie de tests PCR due à la vague d'infections au variant Omicron.

Les nouveaux certificats de guérison délivrés sur la base d'un test rapide d'antigène positif ne sont valables qu'en Suisse, à partir du 11e jour suivant le test positif. Ils expirent 270 jours après le test positif.

Le problème technique a sans doute touché très peu de personnes, car seuls les tests rapides d'antigènes effectués le 24 janvier ou plus tard donnent droit à un tel certificat.

16h10

68,11% de la population est entièrement vaccinée

Actuellement, 68,11% de la population suisse est entièrement vaccinée contre le Covid-19. La proportion des personnes ayant reçu une dose de rappel est de 37,37%, selon les données publiées par l'OFSP.

Entre le 17 janvier et le 23 janvier, 319'557 vaccinations primaires, secondaires et de rappel ont été enregistrées.

Chez les plus de 65 ans, le taux de vaccination s'élève à 90,71% et 72,82% de cette tranche d'âge ont reçu une piqûre de rappel.

Chez les 16-64 ans, le pourcentage de personnes entièrement vaccinées atteint 75,77% et 36,29% ont reçu leur rappel. Dans la tranche d'âge des 12-15 ans, 42,38% sont entièrement vaccinés.

15h50

Plus de 85'000 cas en 3 jours

L'Office fédéral de la santé publique a fait état de 87'278 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. On déplore 35 décès supplémentaires et 247 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 265'710 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 32,9%, contre 30,9% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,19.

Le variant Omicron représente 88,5% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Un total de 230 personnes atteintes de Covid se trouvent actuellement aux soins intensifs et elles occupent 26,70% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 72,70%.

Selon l'OFSP, 106'803 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus. Et 59'301 autres ayant eu des contacts avec des personnes infectées ont été placées en quarantaine.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 405'839, soit 4659,81 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Depuis le début de la pandémie, 1'966'591 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 16'766'073 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 12'269 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 42'346.

14h30

Le Covid long toujours pas pris en considération

L'organisation de patients atteints du Covid long en Suisse critique vivement le Conseil fédéral et l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Après deux ans de pandémie, les autorités préfèrent fermer les yeux sur l'ampleur des conséquences à long terme des maladies dues au Covid-19, leur reproche l'organisation.

Cette politique de l'autruche fait fi de certaines personnes touchées par la crise sanitaire ou les considère comme des dégâts collatéraux. La Confédération se concentre de façon unilatérale sur le nombre d'infections, d'hospitalisations et de décès, écrit l'association Long Covid Suisse lundi.

Celle-ci demande depuis plus d'un an que les cas et l'évolution de la maladie soient systématiquement enregistrés. Elle espère en tirer de nouvelles connaissances en matière de traitement.

13h00

Vaud ferme trois de ses centres de vaccination, dont celui de Beaulieu à Lausanne

Le canton de Vaud, qui a administré plus de 1'400'000 doses de vaccins, redimensionne son offre, tout en maintenant une capacité importante pour ceux qui veulent encore se faire vacciner. Les centres de Gland et Aigle fermeront leurs portes à fin janvier, celui de Beaulieu le 5 février.

Cette décision a été prise alors que leur fréquentation est en constante baisse. Au total plus de 85% de la population éligible a été vaccinée, ce qui représente plus de 70% de la population totale. Près de 100'000 doses ont été administrées à des personnes non domiciliées dans le canton. Et l'émergence du variant Omicron, et sa dangerosité moindre, expliquerait aussi en partie cette baisse de fréquentation.

Plutôt une bonne nouvelle

Pour Denis Froidevaux, chef de l'Etat-major cantonal de conduite, la fermeture du centre de Beaulieu, où un quart des vaccinations vaudoises ont été réalisées, est plutôt une bonne nouvelle."Cela veut dire qu'on passe une étape", se réjouit-il dans le 12h30.

Le canton, qui continue de vivement encourager la vaccination, poursuit toutefois ses efforts pour garantir une offre de vaccination suffisante.

"L'offre reste importante dans le reste du canton puisqu'on a encore environ 24'000 rendez-vous disponibles par semaine dans le réseau des centres de vaccination pérennes qui vont rester en place encore de nombreuses semaines, comme au CHUV, à l'Hôpital Riviera-Chablais ou encore à l'Hôpital intercantonal de la Broye", souligne Denis Froidevaux.

>> Ecouter l'interview complète de Denis Froidevaux dans le 12h30:

Denis Froidevaux, chef de l’Etat-major cantonal de conduite vaudois. [Sandra Hildebrandt - Keystone]Sandra Hildebrandt - Keystone
Le canton de Vaud ferme trois de ses centres de vaccination, dont Beaulieu: interview de Denis Froidevaux / Le 12h30 / 4 min. / le 24 janvier 2022

12h45

Test plus performant mis au point par le PSI et l'Université de Bâle

Des chercheurs de l'Institut Paul Scherrer (PSI) et de l'Université de Bâle ont mis au point un test rapide Covid-19 plus performant et plus fiable.

Contrairement aux tests antigéniques, il ne détecte pas directement des composants du virus, mais les anticorps que le système immunitaire produit en réaction à l'infection. Outre "une plus grande validité", il promet d'être aussi "économique, rapide et facile à utiliser", indiquent le PSI et l'Université de Bâle.

A noter que le principe de fonctionnement "inédit" de ce test peut aussi servir pour d'autres variants possibles du coronavirus et d'autres maladies.

Les chercheurs veulent encore simplifier l'utilisation du test afin qu'il soit réalisable avec de la salive plutôt que du sang. C'est pourquoi il doit encore être développé et optimisé.

12h30

Vaud met en place des tests PCR pour les déplacements professionnels non planifiés

Le canton  de Vaud met en place dès mardi une procédure de test PCR prioritaire, destinée uniquement aux déplacements professionnels non planifiés. Son objectif: tenir compte des impératifs des entreprises et fédérations sportives internationales.

Mise en place sous l’impulsion du Département de la santé et de l’action sociale ainsi que du Département de l’économie, de l’innovation et du sport, cette procédure obéira à des conditions strictes. Elle sera soumise à des contrôles, a communiqué le canton lundi.

L'opération est placée sous l’autorité de l’Etat-major cantonal de conduite (EMCC) qui assure avec l’Office du médecin cantonal l’exploitation et la gestion de cette filière dédiée. Cette dernière sera accessible sur le site du centre de testing de Beaulieu à Lausanne.

08h15

La vague Omicron n'épargne pas le monde culturel

Comme d'autres secteurs, les arts vivants, et notamment les théâtres, sont touchés de plein fouet par les quarantaines et les isolements, avec parfois des annulations et des reports de spectacles.

C'est le cas de plusieurs institutions romandes comme le Théâtre de Carouge à Genève qui a dû annuler son spectacle "Room", ou encore le théâtre Nebia à Bienne qui a dû annuler "Danse macabre" de Martin Zimmermann.

Quoi qu'il en soit, cette crise laissera des traces dans les théâtres, comme le déplore Amina Gudzevic, chargée de communication du Théâtre Nebia. "On a moins d'abonnés, ce qui est très compréhensible aussi vu que les gens ont du mal à se projeter. On voit que les gens ont tendance à réserver au dernier moment. On a beaucoup moins d'anticipation sur la saison, donc nous on sait aussi plutôt à la dernière minute le nombre de personnes qu'on aura à telle représentation."

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Une vue du spectacle de l'inauguration du Théâtre du Jura en Octobre 2021. [Noemi Cinelli - Keystone]Noemi Cinelli - Keystone
Comment se portent les théâtres de Suisse romande face à la vague du variant Omicron? / La Matinale / 4 min. / le 24 janvier 2022

Sans compter que depuis mi-décembre, avec l'obligation du certificat dit 2G, l'accès aux salles de théâtre n'est autorisé qu'aux personnes guéries ou vaccinées.

Pour Anne Bisang, directrice du Théâtre Populaire Romand à La Chaux-de-Fonds, cette mesure exclut notamment les jeunes qui sont moins vaccinés, comme elle l'explique dans La Matinale. "Cette exclusion nous pose problème évidemment, notamment dans le cadre de notre mission de service public et d'accessibilité aux jeunes publics."

>> L'interview de Anne Bisang:

Anne Bisang. [©Guillaume Perret]©Guillaume Perret
La vague Omicron n'épargne pas le monde culturel: interview de Anne Bisang / Le Journal horaire / 57 sec. / le 24 janvier 2022

07h30

Les fitness déplorent les conditions du soutien financier de la Confédération

Le Conseil fédéral prévoit de restreindre les cas de rigueur. Pour les entreprises en difficulté, à l'image des salles de fitness, il pourrait donc bientôt devenir plus compliqué de toucher des aides à fonds perdu.

Une situation que déplore Alain Amherd, représentant romand de la Fédération suisse des centres de Fitness et de santé. Il dénonce dans La Matinale l'introduction de nouveaux critères, comme le recours au chômage partiel (RHT) ou aux allocations perte de gain, pour prouver ses difficultés.

"C'est de nouveau une variante pour ne pas mettre la main au porte-monnaie car les petites structures et les fitness indépendants ont repris leurs employés dès qu'ils le pouvaient. Moi-même, je n'ai plus personne en RHT et cela veut dire que je n'aurai pas le droit à cette aide. On essaie d'enlever les RHT et on est puni pour ça."

La consultation de cette nouvelle ordonnance s'est achevée la semaine passée. Le Conseil fédéral devrait se décider début février.

>> Ecouter l'interview complète de Alain Amherd dans La Matinale:

Le Conseil fédéral prévoit de restreindre les cas de rigueur, ce qui pose problème à la branche des fitness: l'interview d'Alain Amherd. [Sebastian Gollnow - Keystone]Sebastian Gollnow - Keystone
En attendant les aides pour cas de rigueur, les cantons tentent de venir en aide / Interview d'Alain Amherd / La Matinale / 56 sec. / le 24 janvier 2022

07h15

Autorisé en France, le médicament Paxlovid suscite de nombreuses questions en Suisse

Pfizer est surtout connu pour son vaccin contre le Covid-19. Mais la firme commercialise aussi un médicament pour traiter le coronavirus.

Destiné aux personnes testées positives, le Paxlovid est vendu sur ordonnance en pharmacie. En France, il est autorisé depuis vendredi. La Suisse n'a pas donné son feu vert.

Médecin-chef au Service de pharmacologie clinique du CHUV, Thierry Buclin évoque dans La Matinale une avancée, mais refuse de s'emballer.

"Il est remarquablement efficace s'il est donné au début de l'infection. Il va empêcher le virus de se multiplier. Cela va diminuer la gravité de l'infection chez les gens qui ont une immunité affaiblie." Toutefois, combiné à d'autres médicaments, le Paxlovid peut poser des problèmes. "Le fabricant s'est donc fendu d'une liste de médicaments contre-indiqués."

>> Ecouter l'interview complète de Thierry Buclin dans La Matinale:

Thierry Buclin. [RTS Info - RTS]RTS Info - RTS
La France autorise le traitement oral de Pfizer contre le Covid-19 / Interview de Thierry Buclin / La Matinale / 1 min. / le 24 janvier 2022

DIMANCHE 23 JANVIER 2022

La campagne de vaccination des enfants peine à décoller

Aucun canton romand n'atteint le seuil des 2% d'enfants de 5 à 11 ans vaccinés, à l'exception de Berne. Mais beaucoup sont en attente d'un rendez-vous. Dans le centre de Granges-Paccot (FR), 170 enfants ont reçu leur première dose samedi.

Même si la vaccination des plus jeunes est recommandée, les pédiatres comprennent les réticences de nombreux parents. "La grande majorité des pédiatres est favorable au vaccin", indique le pédiatre François Besson. "Mais beaucoup pensent aussi que ce n'est pas le rôle des enfants de résoudre le problème de la pandémie, surtout en sachant qu'entre 20 et 30% des adultes ne sont toujours pas vaccinés."

>> Regarder le sujet du 19h30:

La vaccination pour les jeunes enfants entre 5 et 11 ans peine à décoller en Suisse romande [RTS]
La vaccination pour les jeunes enfants entre 5 et 11 ans peine à décoller en Suisse romande / 19h30 / 2 min. / le 23 janvier 2022

20h50

Le masque à l'école survivra-t-il aux vacances de février?

La mesure avait provoqué une levée de boucliers, mais pourrait bientôt appartenir au passé. Selon la médecin cantonale genevoise Aglaé Tardin, le masque pourrait ne plus être obligatoire à l’école dès la rentrée de février.

Les enfants sont "les moins à risque et les moins impactés par la maladie elle-même", explique-t-elle. "Il semble logique si on commence à alléger les mesures et à renoncer à certaines choses, typiquement le port du masque, que ce soit eux qui en bénéficient en premier pour retourner vers une normalité."

Les cantons romands vont se concerter lundi pour savoir comment évolue la situation, a indiqué Christophe Darbellay, conseiller d’Etat valaisan en charge de la formation.

>> Regarder le sujet du 19h30:

Covid-19: Le port du masque obligatoire à l’école pourrait bientôt faire partie du passé [RTS]
Covid-19: Le port du masque obligatoire à l’école pourrait bientôt faire partie du passé / 19h30 / 1 min. / le 23 janvier 2022

20h45

Les cantons aident les entreprises

Les entreprises frappées de plein fouet par les restrictions attendent impatiemment les annonces de la Confédération début février sur le retour des cas de rigueur. Même si ceux-ci s'annoncent déjà bien plus contraignants que les aides accordées l'an passé.

En attendant leur mise en oeuvre par la Confédération, les cantons tentent d'aider certains secteurs au bord du gouffre. Mais les aides, appréciées, ne suffisent pas toujours.

>> Le reportage du 19h30

L’aide pour les "cas de rigueur", les secteurs frappés durement par la pandémie, devrait être prolongée par la Confédération [RTS]
L’aide pour les "cas de rigueur", les secteurs frappés durement par la pandémie, devrait être prolongée par la Confédération / 19h30 / 2 min. / le 23 janvier 2022

>> Plus de détails: En attendant les aides pour cas de rigueur, les cantons tentent de venir en aide

19h00

Laurent Kurth sur la levée des restrictions: "il faut rester prudent"

Une alliance des milieux économiques et de politiciens bourgeois veut demander au Conseil fédéral une levée des principales restrictions en février, rapporte ce dimanche la NZZ am Sonntag. Est-ce souhaitable?

Interrogé dans Forum, le conseiller d’Etat neuchâtelois en charge de la santé Laurent Kurth se montre prudent. D’un côté, certains signaux sont positifs: peu de gens se trouvent en soins intensifs, les hospitalisations restent stables malgré le nombre de cas.

De l’autre, la charge hospitalière actuelle et le report des opérations incitent à la retenue. "On ne peut pas se permettre une reprise encore plus marquée de cette épidémie", affirme-t-il. "Donc, vraisemblablement, il faudra un peu de patience: de mon point de vue, février est un peu tôt". La situation devrait être examinée selon lui dans le courant du mois de février.

Quid du certificat Covid? Sa période semble toucher à sa fin, disait hier Alain Berset dans la presse. "Encore une fois, il faut rester prudent", tempère Laurent Kurth, qui estime toutefois que les certificats et quarantaines ont perdu de leur importance. "Je pense que dans les semaines qui viennent, on pourrait les lever". A une condition cependant: "qu'il n'y ait pas de nouvelle évolution surprise avec cette pandémie".

>> Ecouter toute l’interview:

Une affiche de l'OFSP dans le canton de Genève en août 2021. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Les appels pour lever les mesures sanitaires se multiplient en Suisse / Forum / 4 min. / le 23 janvier 2022

17h15

La pandémie a accru la vulnérabilité des jeunes

Durant la pandémie, il y a eu davantage de jeunes en situation de détresse psychologique nécessitant une aide médicale. Des chiffres du canton de Zurich et Berne montrent notamment une hausse des pensées suicidaires.

Au premier semestre 2019, le centre des urgences psychiatriques pour enfants et adolescents de la clinique psychiatrique universitaire de Zurich a recensé 321 consultations d'urgence. Entre janvier et juin 2020, ce chiffre est passé à 450, a indiqué dimanche à Keystone-ATS le médecin-chef Gregor Berger.

La proportion de jeunes qui disent avoir eu des pensées suicidaires a augmenté durant la période étudiée de 69 à 86%. Dans le même temps, la proportion de patients faisant état d'automutilations est passée de 31 à 48%. Les tentatives de suicide en font notamment partie.

Pointe de l'iceberg

Zurich n'est pas le seul canton à faire face à cette situation. La clinique universitaire de psychiatrie pour enfants et adolescents à Berne a pris en charge en 2021 plus de 50% de mineurs suicidaires de plus que l'année précédente, selon la Sonntagszeitung.

Pour Gregor Berger, la pression sur les jeunes s'est renforcée depuis le tournant du millénaire. Cela commence dès l'école primaire en vue de futures études. Dans le sport aussi, les enfants doivent souvent fournir des performances dès leur plus jeune âge pour pouvoir continuer.

Globalement, l'expert estime que 10 à 20% des jeunes sont particulièrement vulnérables sur le plan psychique. Chez eux, les nouvelles contraintes entraînent une augmentation des problèmes. Et les tendances suicidaires ne sont que la partie émergée de l'iceberg.

13h00

Zurich veut faire payer les cantons voisins pour les patients Covid

Environ 200 patients atteints du Covid-19 sont actuellement traités dans des hôpitaux zurichois. Entre 50 et 60 de ces personnes sont dans des unités de soins intensifs. Entre 10 et 15% de ces malades viennent des cantons voisins (20% dans les services de soins intensifs), a indiqué lundi le département de la santé du canton de Zurich.

Ces patients extra-cantonaux occasionnent un surcroît de travail pour le personnel, car il s'agit souvent de cas graves. Ils engendrent aussi des coûts supplémentaires non couverts.

Jusqu'à présent, seul le canton de Zoug s'est déclaré prêt à payer. Les autres voisins de Zurich, comme Argovie et  Schwyz,  ne veulent pas mettre la main au portemonnaie.

Pour l'exécutif zurichois, il n'est plus question de couvrir des prestations pour des patients d'autres cantons "sans que ceux-ci y participent de manière appropriée". Les hôpitaux zurichois doivent donc facturer les coûts des patients extra-cantonaux directement aux cantons concernés.

>> Regarder le sujet du 12h45

Facturation dans les hôpitaux: Zurich demande aux cantons qui lui ont envoyé des patients de payer [RTS]
Facturation dans les hôpitaux: Zurich demande aux cantons qui lui ont envoyé des patients de payer / 12h45 / 1 min. / le 23 janvier 2022

12h30

Une alliance veut la fin des restrictions

Une alliance composée de l'Union suisse des arts et métiers (usam), d'autres associations de branches et de politiciens bourgeois veut demander mardi au Conseil fédéral de lever dès février la plupart des restrictions liées au coronavirus, comme l'obligation de présenter le certificat Covid ou les limitations du nombre de personnes, indique la NZZ am Sonntag, s'appuyant sur plusieurs sources non nommées.

L'alliance trouve que la prolongation des mesures n'est pas acceptable pour l'industrie. Elle appelle aussi à un "Freedom Day" (journée de la liberté - jour où la plupart voire toutes les restrictions seront levées), sur le modèle d'autres pays. L'UDC s'engage également en faveur d'une telle journée et exige la suppression du port du masque obligatoire dès mars.

12h15

Un tiers des camps de ski annulés

Cet hiver, environ un tiers des 360 camps de ski prévus ont été annulés en Suisse en raison d'Omicron. Rien qu'en décembre et janvier, sur plus de 100 camps scolaires réservés auprès de l'association Initiative sports de neige Suisse, 80% ont été annulés, expose son directeur Ole Rauch dans la SonntagsZeitung.

"Pour les élèves, c'est le deuxième voire le troisième hiver sans camp", regrette sa présidente Tanja Frieden, championne olympique en snowboard. Elle relève que, si cela continue ainsi, "tout un degré d'école secondaire" n'aura jamais participé à un camp de neige.

Les camps sont actuellement fortement déconseillés par la Confédération. Celle-ci devrait donner son feu vert à partir de février pour des camps "en petits groupes de maximum deux classes".

12h00

Près de 1800 demandes AI pour un Covid long

L'an dernier, 1775 personnes ont déposé une demande auprès de l'assurance invalidité (AI) pour des suites d'un Covid long. Cela correspond à 3,6% des inscriptions, a indiqué samedi l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS), revenant sur une information du journal Schweiz am Wochenende.

Un peu plus de 70% des inscriptions concernent des personnes de 46 à 65 ans. Les autres proviennent de patients plus jeunes, a précisé le porte-parole de l'OFAS Rolf Camenzind. Les personnes concernées souffrent de fatigue extrême et d'essoufflement, mais aussi de difficultés de concentration.

Certains perçoivent déjà une rente AI. Dans leur cas, il s'agit de déterminer si le Covid-19 a entraîné de nouveaux handicaps et si le degré d'incapacité de travail doit être adapté.

11h45

Manifestation à Berne

Plus de 2000 personnes opposées aux mesures destinées à endiguer le coronavirus se sont réunies samedi après-midi à Berne lors d'une manifestation non autorisée. La police a déployé un gros dispositif, mais est restée en retrait.

Le cortège des manifestants, arborant des drapeaux suisses, est parti à 14h00 de la place de la gare aux cris de "Liberté". Il n'y avait cette fois pas de sonneurs de cloches, mais le président du mouvement Massvoll (La coupe est pleine) Nicolas Rimoldi y était.

Les manifestants se sont rendus sur la Place fédérale. Plus de 2000 personnes étaient rassemblées, selon une estimation de l'agence Keystone-ATS sur place. La police était déployée devant le Palais fédéral, équipée de canons à eau.

Des autonomistes de gauche ont organisé une contre-manifestation à vélo. Une centaine de personnes pour la plupart masquées se sont postées sur l'itinéraire des anti-Covid et ont scandé des slogans anti-fascistes. La police n'a pas dû intervenir entre les deux groupes. Cette contre-manifestation n'était pas non plus autorisée. Il n'y a pas eu de dégâts notables.

11h30

Y a-t-il une pénurie d'enseignants en Romandie?

La rentrée scolaire, combinée à la vague du variant Omicron, laissait présager une pénurie d'enseignants. Les cantons avaient anticipé ce manque de main-d'oeuvre en prévoyant des renforts. Etudiants et même retraités étaient sur le qui-vive pour pallier les éventuelles absences.

Deux semaines après les vacances d'hiver, quelle est situation en Suisse romande? Dans le canton de Vaud, le Covid-19 semble avoir mis à mal le système de remplacement. Un enseignant sur dix manquait à l'appel et au moins 2300 remplaçants sont déjà intervenus depuis le 10 janvier, devenant un bien très recherché.

Dans le Jura, la situation est compliquée, mais pas désespérée, selon les autorités. Les choses ont même tendance à s'améliorer.

Le son de cloche est identique à Neuchâtel, selon Jean-Claude Marguet, directeur de l'enseignement du canton. "Nous avons environ 9% des enseignants qui sont positifs au Covid ou en quarantaine. La situation est tendue, mais elle reste maîtrisée. Nous nous attendons encore à une augmentation des cas la semaine prochaine", explique-t-il dans le 12h30.

Fribourg connaît pour sa part une amélioration depuis les vacances de Noël. Sur 3500 enseignants, le canton comptait 175 absents vendredi dernier.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

Les cantons romands prévoient d'introduire dès 2023 des nouveaux manuels de français dans les écoles obligatoires de Suisse romande qui donnera plus de place à l'écriture inclusive. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
Vaud: pénurie de 10% du corps enseignant à cause d’Omicron / Le 12h30 / 1 min. / le 22 janvier 2022

11h15

Alain Berset évoque la fin du pass sanitaire

L'obligation de présenter le pass Covid pourrait bientôt être supprimée en Suisse. "La période du certificat semble toucher à sa fin", a déclaré le ministre de la santé Alain Berset dans une interview publiée samedi par la presse alémanique.

Si la situation sanitaire évolue favorablement, le Conseil fédéral "pourrait, dans les prochaines semaines, transformer l'obligation de télétravail en recommandation et supprimer la quarantaine", a-t-il ajouté.

Dans le journal "Schweiz am Wochenende", le conseiller fédéral socialiste reste tout de même prudent: "Je pense que nous sommes sur la bonne voie, mais le virus s'est déjà révélé imprévisible à plusieurs reprises".

>> Plus d'informations: Alain Berset évoque la fin du certificat Covid en Suisse

11h00

Les crèches mises à rude épreuve

La pandémie met à rude épreuve les crèches de Suisse romande qui, pour certaines, doivent momentanément fermer leurs portes faute de personnel.

Dans le canton de Vaud, sur 803 lieux d'accueil collectif, au moins six structures ont annoncé leur fermeture complète. La faîtière vaudoise des réseaux d'accueil de jour a lancé un appel aux volontaires.

>> Voir le reportage du 19h30:

La pandémie met à rude épreuve les crèches de Suisse romande. Certaines doivent fermer leurs portes faute de personnel [RTS]
La pandémie met à rude épreuve les crèches de Suisse romande. Certaines doivent fermer leurs portes faute de personnel / 19h30 / 1 min. / le 21 janvier 2022

10h45

Un casse-tête pour les restaurateurs

Dans ce contexte de pandémie, les restaurateurs doivent prendre de nouvelles habitudes pour éviter les pertes de nourriture en cas de fermeture soudaine de leur établissement pour cause de quarantaine. La gestion des stocks est devenue un véritable numéro d’équilibriste.

>> Voir le sujet du 19h30:

Dans ce contexte de pandémie, gérer les stocks est devenu un véritable numéro d’équilibriste pour les restaurateurs [RTS]
Dans ce contexte de pandémie, gérer les stocks est devenu un véritable numéro d’équilibriste pour les restaurateurs / 19h30 / 1 min. / le 21 janvier 2022

10h30

Dose de rappel recommandée aux 12-15 ans

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Commission fédérale de vaccination recommandent la vaccination de rappel à tous les jeunes de 12 à 15 ans. La troisième dose vise à protéger des formes graves de la maladie et à freiner la propagation du virus.

Pour ce groupe d’âge, le vaccin à ARNmessager de Pfizer (Comirnaty) doit être utilisé pour l’injection de rappel. La vaccination de rappel est recommandée au plus tôt quatre mois après la première vaccination complète et lorsqu'aucune infection confirmée n’est survenue entretemps, a indiqué vendredi l'OFSP.

Cette recommandation se fait en dehors de l’autorisation délivrée par Swissmedic. Elle se base sur les données concernant l’efficacité du rappel pour les jeunes adultes et sur les données concernant la sécurité qui ont motivé l'autorisation de l'agence américaine des médicaments (FDA).

Rappel Janssen

L'OFSP et la commission de vaccination recommandent aussi une seconde dose du vaccin Janssen, produit basé sur une technologie plus classique. Ce rappel est autorisé depuis fin décembre par Swissmedic. Compte tenu de la situation épidémiologique, cette deuxième dose devrait être administrée au plus tôt deux mois après la primovaccination.

Cette recommandation s'adresse aux personnes de plus de 18 ans qui ont reçu une dose de vaccin Janssen ou un vaccin à ARNm et qui ne peuvent pas recevoir de vaccins de rappel à ARNm pour des raisons médicales ou qui les refusent.

En cas d'infection confirmée au moins quatre semaines après la première dose de vaccin Janssen, la deuxième dose de vaccin Janssen ou une vaccination de rappel avec un vaccin à ARNm est recommandée quatre mois après l'infection.

10h15

Les chiffres de vendredi

La Suisse comptait vendredi 37'992 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 22 décès supplémentaires et 138 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 32'150 cas, soit 5842 de moins. Le même jour, il dénombrait 20 décès et 151 hospitalisations supplémentaires.

230 personnes atteintes du Covid se trouvent actuellement aux soins intensifs. Elles occupent 26,70% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 72,70%.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 265'710 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 32,9%, contre 30,9% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,19.

Au total, 68,11% des Suisses ont déjà reçu deux doses de vaccin. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans, la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 77,49%, indique l'OFSP. Par ailleurs, 72,82% des personnes âgées de 65 ans et plus et 37,37% de la population ont déjà reçu une dose de rappel.

10h00

Le dossier

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus