Modifié

L'interdiction de la pub pour le tabac bien partie, selon un sondage SSR. Avis partagés sur l'aide aux médias

Votations fédérales du 13 février: premiers sondages [RTS]
Votations fédérales du 13 février: premiers sondages / 19h30 / 3 min. / le 7 janvier 2022
Soumise au vote de la population le 13 février, l'interdiction de la publicité pour le tabac visant les enfants serait largement acceptée avec 73% d'avis favorables, selon le premier sondage SSR publié vendredi. Celle sur l'expérimentation animale peine en revanche à convaincre, avec 45% de soutien seulement. Les avis sont aussi partagés sur la suppression du droit de timbre et le paquet d'aide aux médias.

Les deux initiatives en votation dans cinq semaines semblent connaître des destins différents, selon l'enquête d'opinion de gfs.bern mandatée par la SSR. Si les votations avaient eu lieu fin décembre, le texte "Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac" aurait été soutenue par 73% de la population, alors que celle demandant l'interdiction de l'expérimentation animale et humaine n'aurait recueilli que 45% de soutien, contre 48% d'avis défavorables.

La suppression du droit de timbre obtiendrait pour l'instant une majorité relative défavorable, avec 49% de personnes interrogées qui s'y opposent contre 42% qui la soutiennent et 9% qui restent indécises. Enfin, quatrième et dernier objet, la loi fédérale sur un train de mesures en faveur des médias divise pour l'instant l'opinion, avec 48% d'avis favorables et autant de défavorables.

 

Expérimentation animale: nette différence femmes-hommes

L'initiative populaire "Oui à l'interdiction de l'expérimentation animale et humaine – Oui aux approches de recherche qui favorisent la sécurité et le progrès", qui demande également l'interdiction d'importation de produits développés à l'aide de telles expériences et un apport d'aides publiques pour la recherche sans expérimentation animale, peine donc pour l'instant à convaincre.

Selon le sondage SSR, le fossé entre les sexes est extrêmement marqué, puisque 60% des femmes veulent voter oui, contre 33% seulement des hommes. Il y a également des différences en fonction de la catégorie sociale. Plus le revenu du ménage est élevé, plus l'opposition au texte augmente.

Le soutien à l'initiative est un peu plus fort à gauche qu'à droite. Ainsi, les personnes se disant proches des Verts voteraient oui à 62%. Mais les sympathisantes et sympathisants du PS ne défendent qu'à 50% l'initiative et tous les autres partis la refusent.

A noter encore que dans les campagnes, l'approbation est pour l'instant plus élevée que dans les grandes villes (48% contre 40%).  De même, la Suisse italienne semble plus encline à glisser un oui dans les urnes (58% d'avis favorables), que la Suisse alémanique (46%) et la Suisse romande (38%).

Selon l'analyse de gfs.bern, le statu quo dans la réglementation suisse est ainsi jugé de façon relativement positive et, malgré des réserves vis-à-vis de l'expérimentation animale et humaine, il existe une certaine acceptation de la nécessité de ces expérimentations pour la recherche.

Publicité pour le tabac: l'opinion déjà bien formée

Largement soutenue par près de trois quarts des personnes ayant répondu au sondage (73%), l'initiative populaire "Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac" semble bien partie pour être acceptée le 13 février puisque l'opinion apparaît déjà bien formée, avec seulement 2% d'indécis.

Le texte, qui veut interdire toute publicité pour le tabac et la cigarette électronique là où des enfants ou des adolescents peuvent la voir, par exemple dans la presse, sur des affiches ou internet, au cinéma, dans les kiosques ou lors de manifestations, obtient le soutien de toutes les catégories interrogées.

Au niveau des affiliations partisanes, si les personnes sondées qui se déclarent proches du PLR sont les moins enthousiastes, le pourcentage d'avis favorables s'élève tout de même à 57%. Il atteint 90% pour les proches des Verts.

L'institut de sondage remarque toutefois que les principales critiques émanent des personnes qui ne font pas confiance dans le gouvernement, par un probable rejet de toute forme d'interdiction. Mais même cette catégorie soutient le texte à près des deux tiers, ce qui incite gfs.bern à prévoir une acceptation de l'initiative dans les urnes.

Suppression du droit de timbre: clivage gauche-droite

Les adversaires de l'abolition du droit de timbre d'émission sur capital propre, un impôt sur les entreprises qui rapporte quelque 250 millions de francs par an à la Confédération, font pour l'instant la course en tête (avec 49% de non contre 42% de oui), mais l'opinion ne semble pas encore formée puisque 9% des personnes interrogées se déclarent indécises.

Cet objet de votation affiche un net clivage gauche-droite, avec une claire approbation dans l'environnement du PLR (62% d'avis favorables) et du Centre (57%). L'électorat proche de l'UDC soutient en majorité relative le projet (47% de oui contre 42% de non). Mais ce dernier se heurte à un net refus dans les rangs du PS (64% d'intentions défavorables) et des Verts (67%).

A l'échelle régionale, c'est en Suisse germanophone que le rejet est le plus net. Les intentions de vote des personnes domiciliées en Suisse francophone et italophone arrivent presque à égalité. A noter encore que c'est dans les ménages à revenus élevés que la volonté de suppression du droit du timbre est la plus marquée.

Aides aux médias: égalité parfaite

C'est du 50-50. Ou du 48% - 48% pour être précis, puisque 4% des personnes sondées sont encore indécises concernant la loi fédérale sur un train de mesures en faveur des médias, qui prévoit une hausse des aides de 151 millions de francs par an par rapport au régime actuel, notamment pour la distribution des journaux et magazines et des aides directes pour les médias en ligne.

De nettes majorités des électorats proches des Verts, du PS, des Vert'libéraux et du Centre ont indiqué être pour cette loi. Toutefois, les sympathisantes et sympathisants du PLR, de l'UDC ainsi que les indépendants rejetteraient en majorité ces aides.

Autre facteur clivant, la confiance envers le gouvernement. Les personnes sondées qui font confiance au gouvernement sont pour ce train de mesures (57% de oui), celles qui ne lui font pas confiance sont nettement contre (76% de non).

Des effets régionaux sont par ailleurs visibles. La Suisse allemande (52% de non) et la Suisse italienne (51%) refuseraient en majorité ce soutien aux médias, alors que la Suisse romande est clairement pour, avec 62% d'avis favorables. De même, les personnes issues des territoires ruraux ainsi que des petites et moyennes agglomérations rejettent le projet, au contraire de celles habitant les territoires urbains.

A noter encore que les femmes sont de justesse en faveur de la loi, et les hommes de justesse contre. De même, les personnes d'âge moyen sont plutôt pour, les plus jeunes et les personnes âgées plutôt contre. Enfin, les personnes sondées qui détiennent un niveau d'éducation moyen sont aussi majoritairement opposées au train de mesures, celles respectivement d'un bas et d'un haut niveau d'éducation le soutiennent.

Vu la faiblesse des écarts entre le pour et le contre, il est pour l'heure impossible de dégager une tendance fiable sur le résultat du scrutin.

Victorien Kissling

Publié Modifié

Méthode

Première session de l'enquête Trend SRG-SSR sur les votations du 13 février 2022, réalisée par l'Institut de recherche gfs.bern entre le 17 décembre 2021 et le 3 janvier 2022 auprès de 10'083 titulaires du droit de vote. La plage d'erreur statistique est de +/- 2.8%.

Intention de participation

Fin décembre 2021, la volonté jusqu'à présent mesurée de participer le 13 février 2022 se situe, avec 41%, légèrement en dessous de la moyenne de ces nombreuses dernières années (46% entre 2011 et 2020).