Modifié

Pierre Alain Schnegg: "Les mesures proposées peuvent être comprises"

Un retour aux restrictions sanitaires plus contraignantes en Suisse ? Interview de Pierre Alain Schnegg (vidéo) [RTS]
Un retour aux restrictions sanitaires plus contraignantes en Suisse ? Interview de Pierre Alain Schnegg (vidéo) / L'invité-e d'actualité / 7 min. / le 1 décembre 2021
Le Conseil fédéral propose une série de nouvelles mesures pour faire face au Covid-19 cet hiver sans devoir recourir à de nouvelles fermetures. Pour le conseiller d'Etat bernois Pierre Alain Schnegg, il faut les mettre en oeuvre mais compter avant tout sur la responsabilité individuelle.

Le gouvernement a mis en consultation mardi diverses mesures comme le port du masque pour tous dans les lieux publics fermés, le certificat Covid obligatoire pour toutes les réunions privées de plus de dix personnes, ou encore des tests répétés dans les écoles.

>> Lire: Pass Covid et masque généralisés: le détail des mesures proposées par le Conseil fédéral

Interrogé mercredi dans La Matinale de la RTS, le conseiller d'Etat bernois en charge de la Santé, Pierre Alain Schnegg, constate que "la plupart des mesures proposées par le Conseil fédéral sont celles qui sont d'ores et déjà en place dans la plupart des cantons sous une forme ou sous une autre". Et on peut se poser la question de savoir s'il était nécessaire de refaire une consultation auprès d'eux, souligne-t-il.

Le ministre UDC, membre du comité de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé, "pense que les mesures proposées vont dans le bon sens, elles peuvent être comprises".

Doutes sur l'utilité de certaines mesures

Mais pour certaines, on peut se demander si elles vont réellement apporter quelque chose, s'interroge Pierre Alain Schnegg en citant notamment le pass sanitaire dans les événements privés. "Je peux tout à fait comprendre l'objectif de cette mesure, mais alors on devrait aussi se mettre à contrôler le pass et demander des tests PCR lorsque les avions atterrissent sur le territoire suisse, ce qui n'est toujours pas fait à grande échelle. Et de nombreux citoyens et citoyennes se fâchent de cette situation", relève-t-il.

Le conseiller d'Etat bernois estime surtout qu'il faut miser avant tout, désormais, sur la responsabilité individuelle. "La situation est complexe, difficile, mais nous ne sommes pas du tout dans une situation identique à celle qui prévalait il y a une année", souligne-t-il.

"A chacune et chacun de prendre ses responsabilités"

"Aujourd'hui, 75% de la population vaccinable a été vaccinée. Donc les personnes qui le désiraient ont toutes pu recevoir le vaccin", rappelle l'élu. "Et maintenant, c'est à chacune et à chacun de prendre ses responsabilités: pour celles et ceux qui ne sont peut-être pas encore vaccinés, de se vacciner, et pour ceux qui ne veulent pas se faire vacciner, de se protéger correctement".

Revenant sur le moment choisi par le Conseil fédéral pour annoncer les nouvelles mesures qu'il propose, dans la foulée de l'apparition du nouveau variant Omicron et après la votation sur la loi Covid-19, Pierre Alain Schnegg estime "à titre tout à fait personnel que ces mesures auraient pu être annoncées avant.

"De toute façon certains auraient été contre"

"D'ailleurs, c'est ce que les cantons ont fait", fait-il remarquer. "Les annoncer deux jours après la votation laissera pour certaines personnes un goût amer. Mais de toute façon, qu'on le fasse avant ou après, certains auraient été pour et certains auraient été contre".

Pour le ministre bernois de la Santé, l'important désormais est de mettre en oeuvre les mesures. "Il est important que toute la population fasse avec", insiste-t-il. "Il est dans l'intérêt de chacune et chacun de pouvoir sortir de cette crise, même si certaines mesures ne nous conviennent pas".

Propos recueillis par Valérie Hauert/oang

Publié Modifié