Le suivi de la situation le 21 novembre. [Keystone]
Publié Modifié

Certains cantons durcissent les mesures contre le Covid-19, d'autres y réfléchissent

- Pour faire face à la nouvelle vague de Covid-19, les cantons discutent de nouvelles restrictions, a affirmé lundi dans la presse le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé Lukas Engelberger. Des mesures ont déjà été prises dans les Grisons, à Bâle et à Nidwald, alors que les cantons romands vont évoquer durant leurs séances hebdomadaires s'il y a lieu d'annoncer de nouvelles restrictions.

- A une semaine de la votation sur la loi Covid, aucune mesure supplémentaire n'est à l'ordre du jour pour le Conseil fédéral, qui fera ses recommandations seulement à fin novembre. Mais la question de la troisième dose de vaccin fait déjà débat dans les cantons.

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état lundi de 14'590 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. On déplore 18 décès supplémentaires et 156 malades ont été hospitalisés.

- Après un Noël 2020 privé de ses marchés à cause du Covid, c'est le grand retour cette années des stands et des petits chalets en bois dans les rues de Suisse. Un soulagement pour les artisans et commerçants puisque l'essentiel de leur chiffre d’affaires, entre 30 et 50%, se joue à ce moment de l’année.

- Les personnes non vaccinées contre le Covid-19 qui souhaitent entrer en France depuis la Suisse doivent présenter à partir de lundi un test PCR ou antigénique de moins de 24 heures avant le départ.

Suivi assuré par RTSinfo

20h45

Aglaé Tardin et la 3e dose: "Il faut agir vite avec les plus de 65 ans"

Alors que la Suisse connaît une augmentation des cas de Covid-19 et que de nouvelles restrictions ont été prises ou sont envisagées par les cantons, la médecin cantonale genevoise Aglaé Tardin a fait le point sur la situation sanitaire dans le 19h30.

Pour elle, nous nous trouvons aux portes de la cinquième vague. Ces derniers mois, l'ouest de la Suisse a été plutôt préservé, mais ce n'est plus le cas depuis quelques jours, a-t-elle déclaré. Elle affirme néanmoins que les hôpitaux "seront prêts et très réactifs". "Il est par contre préoccupant de voir que ce sont, une fois de plus, les soignants épuisés et éreintés qu'on va mettre sur le front, alors qu'on accueille [dans les hôpitaux] une très grande majorité de personnes Covid qui ne sont ni vaccinées, ni correctement protégées", a-t-elle souligné.

A Genève, des discussions sont en cours pour décider de nouvelles mesures sanitaires, a affirmé Aglaé Tardin. Sur le front de la vaccination, la médecin cantonale estime que la troisième dose est "particulièrement efficace" pour protéger des formes sévères de la maladie les personnes de plus de 65 ans, vaccinées depuis plus de six mois. Selon elle, il faut agir vite pour cette catégorie de la population. "Pour les moins de 65 ans, elle protège surtout contre les formes légères et donc contre la circulation du virus, et là on a un avantage plus populationnel qu'individuel, on est moins pressé", a précisé la Genevoise.

Aglaé Tardin regrette qu'une partie de la population ne se soit pas encore vaccinée. "Les outils sont sur la table et il n'y a pas suffisamment de gens qui s’en saisissent pour protéger à large échelle. Donc oui, on est déçus et on aurait eu peine à croire l'année passée qu'on allait se retrouver dans cette situation cette année, alors que le vaccin est disponible", a-t-elle déclaré.

>> L'entretien avec Aglaé Tardin dans le 19h30:

Entretien avec Aglaé Tardin, médecin cantonale genevoise, sur la préparation des hôpitaux aux conséquences de la nouvelle flambée de Covid-19 [RTS]
Entretien avec Aglaé Tardin, médecin cantonale genevoise, sur la préparation des hôpitaux aux conséquences de la nouvelle flambée de Covid-19 / 19h30 / 3 min. / lundi à 19:30

18h45

De nouvelles restrictions pourraient être décidées à Genève, selon Mauro Poggia

Pour faire face à la cinquième vague de Covid-19, plusieurs cantons envisagent de nouvelles mesures sanitaires. A Bâle, l'obligation de porter un masque sera réintroduite dès mercredi dans toutes les écoles à partir de la 5e année, sauf pour les personnes vaccinées ou guéries.

Interrogé dans Forum sur cette annonce, le conseiller d'Etat genevois en charge de la Santé Mauro Poggia n'a pas exclu l'instauration d'une telle mesure dans son canton. "Aujourd'hui, les clusters sont majoritairement et quasi exclusivement dans des lieux fermés. La marge de personnes non vaccinées ou guéries, qui propagent davantage le virus, est encore trop grande pour qu'on puisse oublier les gestes barrières. Le port du masque est central et il faut reprendre ces bonnes habitudes", a-t-il déclaré, en regrettant que certaines personnes aient déjà "tourné la page".

Si la mesure est jugée "problématique" par le Genevois pour les enfants, "à partir du cycle d'orientation, les élèves devraient pouvoir comprendre qu'il faut mettre un masque. La mesure prise à Bâle devra être discutée" également à Genève, a-t-il souligné.

Mauro Poggia a affirmé que le Conseil d'Etat allait débattre de ces mesures lors d'une réunion mercredi. "Si nous voyons que la situation a évolué comme ce week-end, il n'est pas impossible que des décisions soient prises avant la fin de la semaine", a-t-il déclaré.

>> L'interview de Mauro Poggia dans Forum:

La marge de manœuvre des cantons face à la cinquième vague: interview de Mauro Poggia [RTS]
La marge de manœuvre des cantons face à la cinquième vague: interview de Mauro Poggia / Forum / 4 min. / lundi à 18:00

18h00

De nombreux patients souffrent du Covid long encore un an après

L'image du Covid long s'affine de plus en plus. S'y ajoute désormais une étude de l'hôpital cantonal d'Aarau et de l'hôpital universitaire de Bâle, selon laquelle 70% des patients hospitalisés pour une infection au Covid-19 présentent encore des symptômes un an après.

Les symptômes les plus fréquents sont la fatigue (46%), des difficultés de concentration (31%), l'essoufflement (21%) et un mal-être après un effort (20%). En outre, 38% des patients affirment que les symptômes ressentis diminuent leur qualité de vie, comme le rapporte l'équipe de recherche dans la revue spécialisée Swiss Medical Weekly.

2 patients sur 10 souffrent d'anxiété ou de dépression

Environ deux patients sur dix disent souffrir d'anxiété ou de dépression. L'étude s'est basée sur des entretiens avec un total de 90 patients hospitalisés pour un Covid-19.

Les personnes qui présentent un risque accru de Covid long sont celles qui ont été hospitalisées longtemps, dont la maladie a été grave et qui jugent de manière générale leur état de santé comme "pas très bon".

Afin d'éviter les conséquences tardives potentielles d'une infection au coronavirus, des mesures préventives telles que la vaccination sont "vivement recommandées", déclare le médecin-chef à l'hôpital cantonal d'Aarau, Philipp Schütz, dans le communiqué.

17h20

Le rhume pourrait renforcer la protection contre le Covid

Les personnes ayant été atteints de coronavirus bénins comme le rhume auraient une meilleure protection contre le Sars-Cov-2 grâce à une réaction croisée. Elles développeraient des formes moins graves du Covid-19.

Une femme enrhumée durant l'hiver. [Chassenet / BSIP - afp]Une femme enrhumée durant l'hiver. [Chassenet / BSIP - afp]Même si elles n'offrent pas de protection complète, les réactions croisées raccourcissent le cycle de la maladie et en atténuent la gravité, indique Alexandra Trkola, professeure de virologie de l'Université de Zurich citée dans un communiqué de l'institution. "C'est le même effet que l'on obtient avec les vaccins, mais de manière beaucoup plus efficace".

La scientifique et son équipe ont analysé la quantité d'anticorps contre quatre coronavirus dans le sang de 825 personnes avant l'apparition du Sars-CoV-2. Elle a passé à la loupe 389 échantillons ayant subi une infection par le nouveau coronavirus.

Le résultat a montré qu'une immunité antérieure contre le rhume peut dans une certaine mesure protéger d'une contamination au Sars-Cov-2, favoriser une immunité spécifique à ce virus et réduire ainsi le risque d'hospitalisation. Cela expliquerait le nombre élevé d'infections asymptomatiques et légères liées au Covid-19.

>> Lire aussi: Le rhume pourrait renforcer la protection contre le Covid, selon une étude

16h30

Des mesures en Suisse alémanique

En Suisse alémanique, certains cantons ont déjà pris les devants et annoncé de nouvelles mesures. Dans les Grisons, dans les régions fortement touchées, le port du masque est obligatoire à partir de la troisième année primaire et les élèves sont parfois testés deux fois par semaine. Dans le canton de Nidwald, le port du masque est obligatoire depuis lundi au niveau secondaire I et pour tous les enseignants.

Bâle a prévu de réintroduire le port du masque à l'école dès la 5e année pour les personnes non vaccinées.

En Argovie, le département de la santé examine différentes pistes qui pourraient être soumises au Conseil d'Etat. Il s'agit entre autres de réintroduire une obligation d'autorisation pour les manifestations publiques à partir de 100 personnes. Une fermeture des restaurants et des bars est également en discussion.

A Lucerne, on ne voit actuellement aucune raison de renforcer les mesures en vigueur. Le Conseil d'Etat zurichois ne prévoit pas non plus de nouvelles mesures. Mais la situation est évaluée en permanence.

Dans le canton de Schaffhouse, aucun renforcement n'est non plus prévu pour le moment, a indiqué le directeur de la santé publique Walter Vogelsanger, qui souhaite une action coordonnée à l'échelle nationale.

A Soleure, un tour de vis est en discussion. De son côté, le canton de Zoug observe la situation avec "une grande inquiétude". Diverses mesures de renforcement sont en préparation.

>> Voir aussi le sujet du 19h30:

Les cantons romands restent dans l’expectative face à la nouvelle vague de coronavirus, alors que des cantons serrent la vis de l’autre côté de la Sarine [RTS]
Les cantons romands restent dans l’expectative face à la nouvelle vague de coronavirus, alors que des cantons serrent la vis de l’autre côté de la Sarine / 19h30 / 1 min. / lundi à 19:30

16h00

Les cantons romands surveillent la situation

Selon un tour d'horizon effectué lundi par Keystone-ATS, les cantons tiennent la situation sanitaire à l'oeil. En Suisse romande, le gouvernement jurassien discutera du Covid lors de sa séance hebdomadaire mardi et pourrait discuter d'éventuelles nouvelles mesures.

Vaud fera le point sur l'évolution de la situation épidémiologique et sanitaire lors d'une conférence de presse mercredi. Le canton évoquera aussi des mesures de lutte contre la pandémie, en particulier en faveur de la dose de rappel contre le Covid-19.

Vu la circulation du virus, le canton de Genève n'exclut pas la possibilité de prendre prochainement des mesures. Il y a trop de personnes non vaccinées et le risque d'une augmentation massive des infections est réel, estime Laurent Paoliello, porte-parole du département de la sécurité, de la population et de la santé.

Le Valais enfin dit étudier actuellement un éventuel durcissement des mesures contre le Covid-19. Le canton de Berne pourrait lui informer dans la semaine, la séance hebdomadaire du gouvernement ayant lieu mercredi.

Neuchâtel et Fribourg n'avaient pas encore donné de réponse lundi après-midi.

15h25

Dernières vagues particulièrement éprouvantes pour les soignants

La charge de travail du personnel soignant a encore augmenté pendant la deuxième et la troisième vague de Covid-19 par rapport à la première. L'épuisement mental a également fortement augmenté tandis que la satisfaction au travail a diminué.

Tels sont les résultats du dernier rapport hospitalier établi régulièrement depuis 2019 par l'Université de Berne. Pour la dernière édition, plus de 4000 soignants de 26 hôpitaux suisses ont été interrogés à la fin de l'été et au début de l'automne 2021.

61% de charge de travail supplémentaire

La charge de travail plus élevée a eu pour conséquence de mettre plus de pression sur le personnel soignant. Cela a des répercussions physiques et mentales négatives.

Les soignants des services d'urgence et de soins intensifs ont été particulièrement touchés: la charge de travail y a augmenté de 61% lors des deuxième et troisième vagues par rapport à 2019. La hausse est de 38% dans les autres services.

La satisfaction au travail a diminué de 7% chez les soignants par rapport à la première vague. Pour le salaire, elle recule de 9%. Sur l'ensemble de la pandémie, ces baisses sont de 6 et 15% respectivement. Selon l'étude, cette insatisfaction croissante entraîne une augmentation du risque de quitter la profession.

14h45

Les sections jeunes des partis politiques ont plus de succès

Les sections jeunes des partis politique connaissent un succès croissant depuis le début de la pandémie.

Les jeunes ont été particulièrement touchés par les mesures de restrictions liées à la pandémie et c'est l'une des raisons qui explique l'augmentation de leur intérêt pour la politique ces derniers mois.

Augmentation des adhésions en politique

Depuis 2020, l'ensemble des sections jeunes des partis a enregistré une progression du nombre d'adhésions. Chez les jeunes socialistes, on dénombre 1889 nouveaux membres, soit le double des années précédentes.

Du côté des jeunes Vert'libéraux, ce sont 1425 nouveaux membres, 1237 chez les jeunes vert.e.s et 1000 chez les jeunes UDC, soit plus 10%. Enfin, les jeunes du Centre ont enregistrés 800 nouvelles adhésions et 450 chez les jeunes libéraux-radicaux.

Pour les Verts, le mouvement pour le climat avait déjà suscité des adhésions à la hausse et la tendance a encore été renforcée par la pandémie.

>> Voir le reportage du 12h45:

Depuis le début de la pandémie, les sections jeunes des partis politiques rencontrent un succès croissant. [RTS]
Depuis le début de la pandémie, les sections jeunes des partis politiques rencontrent un succès croissant. / 12h45 / 2 min. / lundi à 12:45

>> Lire aussi: Les sections jeunes des partis politiques ont un succès croissant avec le Covid

13h40

Près de 15'000 nouveaux cas en 72 heures

L'Office fédéral de la santé publique a fait état lundi de 14'590 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. On déplore 18 décès supplémentaires et 156 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 112'865 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 12,93%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 60'773, soit 697,79 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,33. Les patients Covid-19 occupent 18,60% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 71,20%.

Au total, 11'608'042 doses de vaccin ont été administrées et 65,28% des personnes ont déjà reçu deux doses. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 74,28%. La Suisse a reçu jusqu'à présent 13'559'700 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 955'800 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 12'452'736 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 11'017 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 34'850.

Le pays dénombre par ailleurs 30'915 personnes en isolement et 21'176 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

13h00

Le Covid pourrait changer la perception de la douleur

Le Covid pourrait changer la perception de la douleur des personnes souffrant de cancer. Certains patients ont vu leurs douleurs diminuer, voire disparaître, durant la phase aigüe de leur infection au SARS-COV2, rapporte une équipe des Hôpitaux universitaires de Genève qui a publié ses observations dans la revue Pain.

L'étude suggère que le virus, ou la tempête inflammatoire qu'il déclenche, pourrait interférer avec les signaux nerveux, directement dans le cerveau ou en périphérie. Cela pourrait donner de nouvelles pistes pour le traitement de la douleur.

Être en manque d'oxygène sans s'en rendre compte

Trois hommes infectés durant la deuxième vague de Covid ont interpellé les médecins. Ces patients étaient déjà traités pour des douleurs oncologiques. Dans certains cas, les opiacés n'arrivaient pas à calmer les douleurs.

Or pendant la phase aigües de leur infection au Covid, les douleurs de ces patients ont nettement diminué, voire disparu. L'un d'entre eux a même pu arrêter les opiacés.

Les scientifiques mettent ces observation en parallèle avec un autre phénomène des patients Covid sévères, qui sont en manque d'oxygène, mais qui ne s'en rendent pas compte. Ils n'ont pas de peine à respirer comme si leurs perceptions internes étaient alterées.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

Des travailleurs médicaux traitent un patient atteint de COVID-19 dans l'unité de soins intensifs des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG). [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Le Covid pourrait changer la perception de la douleur / Le 12h30 / 1 min. / lundi à 12:35

12h30

Des cantons pourraient annoncer de nouvelles mesures

Pour faire face à la nouvelle vague de Covid-19, les cantons discutent actuellement de nouvelles restrictions. Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé Lukas Engelberger l'affirme lundi dans la presse.

Les cantons ne peuvent pas être plus souples que la Confédération, par contre ils peuvent aller plus loin.

Concrètement, ils pourraient étendre l'obligation de présenter un certificat Covid pour accéder à certains établissements et secteurs, comme les hôpitaux ou les EMS. Le retour du port du masque sanitaire obligatoire est également une option, notamment dans les écoles, énumère-t-il.

Agir localement fait "sens"

"Au niveau épidémiologique, ça a du sens d'agir localement", selon Antoine Flahaut, directeur de l'institut de santé globale à la faculté de médecine de l'Université de Genève.

Pour Jacques Gerber, ministre de l'Economie et de la Santé du canton du Jura, les cantons sont prêts à prendre des mesures rapidement si la situation continue à se dégrader.

"Ce n'est pas parce que les cantons agissent que la Confédération doit se désengager de la crise. Il y a des mesures qui doivent être prises au niveau national", explique-t-il.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

La stratégie de port du masque dans les écoles valaisannes a du mal à convaincre. [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
Des cantons pourraient annoncer de nouvelles mesures sanitaires / Le 12h30 / 2 min. / lundi à 12:34

LUNDI 22 NOVEMBRE

Le retour des marchés de Noël sous conditions

Après avoir annulé leur tenue en 2020, les marchés de Noël sont de retour depuis la fin de la semaine dernière pour la plupart. Toutefois, c'est un retour sous conditions.

Les mesures sanitaires doivent toujours être respectées. Certains marchés, comme à Genève, demandent le certificat Covid à l'entrée. La plupart l’exigent uniquement pour certaines zones de restauration. C’est le cas de Bienne ou Montreux, par exemple.

Hors catégories

La situation n’est pas toujours claire car les marchés de Noël échappent aux catégories traditionnelles. Ils se trouvent entre les marchés et les manifestations.

L’année passée, plusieurs organisateurs s'étaient unis pour échanger sur les mesures et présenter une voix unie au Conseil fédéral ou encore pour s’affirmer comme une force économique de la fin d’année. Cette association, informelle pour l’instant, pourrait bien survivre à la pandémie.

Selon les organisateurs, c’est tout le tissu local qui profite des apéros au vin chaud. A Lausanne, la consigne du verre est chargée sur une carte de réduction valable chez plusieurs commerçants. Au marché de Genève, les produits dégustés proviennent quasi exclusivement du canton.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Les marchés de Noël ouvrent sous surveillance en Suisse romande (ici à Lausanne jeudi). [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Les marchés de Noël sont de retour / La Matinale / 1 min. / lundi à 06:19

20h30

La troisième dose pour toute la population fait débat

A une semaine de la votation sur la loi Covid, aucune mesure supplémentaire n'est à l'ordre du jour pour le Conseil fédéral, qui fera ses recommandations seulement à fin novembre.

Face à la cinquième vague, il invite les cantons à prendre leurs responsabilités. Lorsque les populations vulnérables auront reçu leur troisième injection, "il serait effectivement souhaitable d'élargir la troisième dose à un cercle plus large", souhaite ainsi dans le 19h30 Nicolas Troillet, médecin cantonal remplaçant du canton du Valais.

"La situation dans les hôpitaux nous prouve qu'on a raison de préconiser cette troisième dose pour les 65 ans et plus, et pour les personnes vulnérables", rappelle pour sa part le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia, qui cite les études démontrant la faiblesse immunitaire pour ces populations n'ayant reçu que deux doses. "Pour l'instant, on n'a pas la preuve que ce soit le cas pour les classes d'âge inférieures."

>> Voir le sujet du 19h30:

Sur le front des mesures sanitaires, le Conseil fédéral joue la carte de l’attentisme et enjoint les cantons à prendre leurs responsabilités. Tour d’horizon [RTS]
Sur le front des mesures sanitaires, le Conseil fédéral joue la carte de l’attentisme et enjoint les cantons à prendre leurs responsabilités. Tour d’horizon / 19h30 / 2 min. / le 21 novembre 2021

18h30

Qui a acheté des faux certificats Covid?

Début octobre, un réseau de pass sanitaires frauduleux était démantelé à Genève. Plus de 400 personnes non vaccinées ont déboursé plusieurs centaines de francs pour se procurer un faux certificat Covid. Qui sont-elles et quelles étaient leurs motivations? La RTS a enquêté.

>> Lire en détail: "C’était le prix à payer pour une vie normale", témoigne un acheteur de faux pass Covid

Parmi ces personnes, près de 60% sont des hommes et plusieurs sont membres de la même famille. La moyenne d'âge est de 35 ans et toutes et tous viennent de milieux sociaux variés: cadres d'entreprise, professeurs de sport, étudiants, ancien footballeur professionnel ou encore le fils d'une star mondialement connue. L'ensemble des acheteurs et acheteuses a pour point commun la peur du vaccin.

>> Voir le sujet de Forum:

Qui sont les utilisateurs de faux certificats Covid à Genève? (vidéo) [RTS]
Qui sont les utilisateurs de faux certificats Covid à Genève? (vidéo) / Forum / 2 min. / le 21 novembre 2021

17h30

Les cantons confiants pour leur campagne de vaccination de rappel

La Confédération a fait une priorité de la vaccination de rappel contre le coronavirus pour les plus de 65 ans et les personnes à risque, mais des voix critiques estiment que cette campagne est trop lente. Les cantons devraient pouvoir élargir le booster aux moins de 65 ans avant la fin de l'année, à des dates échelonnées selon leur situation.

"Des vaccins de rappel sont déjà administrés dans toute la Suisse aux personnes âgées de 65 ans et plus, aux résidents des EMS ainsi que, dans certains cas, aux personnes de moins de 65 ans particulièrement vulnérables et souffrant de maladies chroniques à haut risque", a indiqué dimanche le porte-parole de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS), Tobias Bär, à l'agence Keystone-ATS.

Dans une prochaine étape, d'autres groupes suivront, conformément à la recommandation de la Commission fédérale pour les vaccinations, qui est encore en cours d'élaboration. Dès que les groupes prioritaires auront eu accès à la vaccination de rappel, les cantons mettront les boosters à la disposition de tous, assure Tobias Bär.

Différences cantonales

Dans le canton de Vaud par exemple, la priorité est pour l'heure de tout mettre en oeuvre pour qu'un maximum de personnes de plus de 65 ans reçoivent la vaccination de rappel, qu'elles puissent conserver une bonne immunité contre les formes graves du Covid-19 et éviter l'hospitalisation, a indiqué dimanche le Département de la santé et de l'action sociale (DSAS).

Plus de 15'730 doses de rappel ont été administrées à ce jour, précise le DSAS. Environ 26'000 personnes se sont annoncées depuis l'ouverture des inscriptions le 5 novembre. La vaccination en EMS, réalisée par des équipes mobiles du canton, se déroule bien, selon le département.

A Genève, les autorités genevoises ont affirmé vendredi lors d'un point de presse sanitaire qu'il n'y a pas d'urgence concernant le booster pour les moins de 65 ans, le contexte n'étant pas le même. Selon le directeur de la santé Adrien Bron, le canton a les quantités de vaccins nécessaires et dispose jusqu'à l'été prochain pour faire ces rappels. L'opération peut être échelonnée dans le temps. "Le canton est prêt à ouvrir de nouvelles structures si nécessaire", a-t-il ajouté.

Pour sa part, le canton de Berne a adapté les capacités de vaccination à environ 35'000 vaccinations par semaine, dont 25'000 boosters, a précisé à Keystone-ATS un porte-parole de la direction cantonale bernoise de la santé, confirmant une information de la SonntagsZeitung. Actuellement, pas plus de 5000 personnes par jour entrent en ligne de compte dans le canton de Berne pour un rendez-vous pour la vaccination de rappel. C'est-à-dire des personnes âgées de 65 ans ou plus ou qui ont besoin du booster pour des raisons de santé. Les EMS vaccinent déjà de manière autonome depuis plus de 10 jours.

15h30

L'artisanat bénéficie du retour des marchés de Noël

Après un Noël 2020 privé de ses marchés à cause du Covid, c'est le grand retour cette années des stands et des petits chalets en bois dans les rues de Suisse.

Les marchés de Noël représentent un vrai gagne-pain pour les artisans et commerçants. L'essentiel de leur chiffre d’affaires, entre 30 et 50%, se joue à ce moment de l’année.

>> Voir le sujet du 19h30:

En terrain connu: La période des fêtes est cruciale pour les petits artisans des marchés de Noël. Mais la location des stands est conséquente pour ces indépendants [RTS]
En terrain connu: La période des fêtes est cruciale pour les petits artisans des marchés de Noël. Mais la location des stands est conséquente pour ces indépendants / 19h30 / 3 min. / le 20 novembre 2021

Mais la situation sanitaire fait planer une ombre sur le mois à venir. La Bavière et la Saxe ont par exemple décidé vendredi d'annuler leurs marchés de Noël face à la cinquième vague de Covid-19.

En Suisse, les organisatrices et organisateurs suivent attentivement la situation sanitaire. Du côté des mesures prévues, si les zones de marché restent en libre accès, il faut présenter un certificat Covid et une pièce d’identité pour accéder aux lieux de restauration assise.

A Lausanne, les organisateurs ont cherché à simplifier les contrôles en mettant en place un système de bracelet pour les détenteurs du certificat Covid. Genève va un cran plus loin puisque le certificat est nécessaire pour accéder à l'ensemble du marché de Noël, situé du côté de la rade.

>> Voir les précisions d'Ana Silva:

La hausse des contaminations de coronavirus met en péril les marchés de Noël. Ana Silva fait le point sur les mesures sanitaires mises en place pour ces événements [RTS]
La hausse des contaminations de coronavirus met en péril les marchés de Noël. Ana Silva fait le point sur les mesures sanitaires mises en place pour ces événements / 19h30 / 1 min. / le 20 novembre 2021

15h15

Il y a urgence pour le rappel contre le Covid-19, dit un infectiologue

La campagne d'administration de la dose de rappel contre le Covid-19 est beaucoup trop lente en Suisse, avertit l'infectiologue Huldrych Günthard dimanche dans la SonntagsZeitung. Les personnes de plus de 65 ans devraient déjà avoir reçu la troisième injection, estime le Zurichois.

"Il est incompréhensible que les cantons n'entreprennent pas tout pour injecter maintenant et non pas d'ici à la fin décembre la dose de rappel aux personnes âgées et vulnérables", précise Huldrych Günthard dans un entretien publié par le journal dominical alémanique.

>> Lire: Il y a urgence pour le rappel contre le Covid-19, dit un infectiologue

14h45

750 recours déposés contre la loi Covid

Un total de 750 recours ont été déposés auprès des cantons contre la votation du 28 novembre sur la loi Covid-19, indique la NZZ am Sonntag. Beaucoup d'entre eux sont identiques.

L'un, par exemple, émane de l'association "Wir sind Menschen", un autre de l'élu UDC au Grand Conseil thurgovien Hermann Lei, un avocat de profession qui a formulé une requête au nom de 95 personnes. L'absence de la mention du certificat Covid pour les personnes vaccinées, guéries ou testées, qui est le principal point de friction des opposants au projet, dans la question posée sur le bulletin de vote est notamment dénoncée.

Les cantons ne sont pas entrés en matière sur les recours et, selon le journal, ils n'ont que peu de chances de succès devant le Tribunal fédéral. Plusieurs recours avaient déjà été déposés avant la première votation sur la loi Covid-19 en juin. La haute cour les a tous rejetés.

14h30

Peu de risque de débordements en Suisse, selon Béatrice Métraux

Alors que des opposants à la loi Covid ont manifesté sans incident samedi à Lausanne, les violences contre les restrictions sanitaires se multiplient à l'étranger. La conseillère d'Etat vaudoise en charge de la sécurité Béatrice Métraux juge toutefois peu probables des débordements de la sorte en Suisse.

A Lausanne, les sonneurs de cloches et Action Suisse avaient convoqué les manifestants dès 14h30 lors de la dernière grande action de protestation avant la votation du 28 novembre sur la loi Covid. La manifestation autorisée a rassemblé entre 1000 et 1500 personnes, selon les estimations de la police municipale, contactée par Keystone-ATS.

>> Lire en détail: Des violences contre les mesures Covid sont peu probables en Suisse, selon Béatrice Métraux

Interrogée dans le 19h30, la conseillère vaudoise en charge de la sécurité Béatrice Métraux a salué le fait que la manifestation se soit déroulée dans le calme. Elle estime que des violences telles qu'observées à l'étranger ne sont pas imaginables en Suisse, du fait de la particularité de son système politique.

"Il n'y a pas eu de débordements à Lausanne et il n'y en a pas eu non plus la semaine dernière à Genève. Il y a en Suisse une autre culture de la contestation, car nous avons des outils de démocratie directe qui permettent à la population de se prononcer. C'est ce que nous allons faire le 28 novembre et ce que nous avions fait au printemps dernier", a déclaré la Verte.

>> Voir l'interview de Béatrice Métraux:

En Suisse, les manifestations contre la loi Covid se sont déroulées sans heurts. Entretien avec Béatrice Métraux, conseillère d’État vaudoise en charge de la sécurité [RTS]
En Suisse, les manifestations contre la loi Covid se sont déroulées sans heurts. Entretien avec Béatrice Métraux, conseillère d’État vaudoise en charge de la sécurité / 19h30 / 3 min. / le 20 novembre 2021

14h15

L'entrée en France se complique pour les non-vaccinés

Les personnes non vaccinées contre le Covid-19 qui souhaitent entrer en France depuis la Suisse devront présenter à partir de lundi un test PCR ou antigénique de moins de 24 heures avant le départ. Le délai pour les tests était jusqu'ici de 72 heures.

La mesure ne s’applique pas aux frontaliers dans un rayon de 30 kilomètres autour de leur domicile qui voyagent pour une durée inférieure à 24 heures, aux chauffeurs routiers dans l'exercice de leur activité ainsi que pour les déplacements professionnels dont l'urgence ou la fréquence est incompatible avec la réalisation d'un tel test.

>> Lire en détail: L'entrée en France depuis la Suisse se complique pour les non-vaccinés

DIMANCHE 21 NOVEMBRE

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus