Modifié

Réunie en assemblée générale, l'UDC prône un triple non le 28 novembre

Les délégués UDC se sont prononcés contre la loi covid pour les prochaines votations [RTS]
Les délégués UDC se sont prononcés contre la loi covid pour les prochaines votations / 19h30 / 2 min. / le 23 octobre 2021
Les 215 délégués et déléguées de l'UDC suisse réunis samedi à Montricher (VD) ont prôné un triple non lors des votations du 28 novembre prochain. Ils ont également adopté à une large majorité une résolution "face à la politique parasite des villes de gauche rose-verte".

En vue des votations fédérales de novembre, l'UDC a plébiscité un triple non aux trois objets soumis au peuple. Les délégués ont rejeté les initiatives populaires "Pour des soins infirmiers forts" et "Désignation des juges fédéraux par tirage au sort".

Le parti avait déjà affirmé son opposition à la seconde version de la loi Covid lors d'une précédente assemblée à Granges-Paccot (FR), par 181 voix contre 23.

Opposition au pass, pas au vaccin

Dans une tente ouverte, prévue pour ne pas avoir à exiger de certificat sanitaire, le président du parti Marco Chiesa a répété en long et en large son opposition à la politique sanitaire du gouvernement, qu'il juge arbitraire. Le ton était féroce, y compris face au président UDC de la Confédération Guy Parmelin, qui a tenu un discours destiné à prôner l'unité du pays.

Le président de l'UDC a critiqué les "contradictions" de la politique sanitaire du gouvernement et la division de la société entre "bons vaccinés" et "mauvais non vaccinés". "Les concepts d'hygiène fonctionnent. Les secteurs de la restauration, du sport et de la culture l'ont prouvé depuis des mois", a-t-il argumenté.

Marco Chiesa a cependant déclaré que le parti n'était pas opposé à la vaccination, ni au pass sanitaire pour les voyages ou les grands événements. "Hélas, la majorité du Conseil fédéral a transformé ce certificat en un outil de discrimination", a-t-il ajouté, précisant que le Conseil fédéral doit désormais "présenter une stratégie concrète pour une sortie progressive de la crise".

Quasi-unanimité contre le texte sur les juges fédéraux

En présence du millionnaire thurgovien Adrian Gasser, invité à Montricher pour y défendre l'initiative sur les juges fédéraux dont il est à l'origine, ce texte a été refusé à la quasi-unanimité, par 179 voix contre 1. L'initiative réclame que les juges fédéraux soient désignés par tirage au sort, et non plus par le Parlement, afin d'accroître la séparation des pouvoirs.

Une fondue pour Marco Chiesa lors de la réunion de l'UDC à Montricher. [Cyril Zingaro - Keystone]Une fondue pour Marco Chiesa lors de la réunion de l'UDC à Montricher. [Cyril Zingaro - Keystone]"L'élection des juges est une responsabilité importante de l'Etat qui ne doit pas être déléguée à l'appréciation du hasard", a argumenté la conseillère nationale Barbara Steinemann (UDC/ZH).

Le texte sur les soins infirmiers, qui demande notamment à la Confédération et aux cantons de garantir des salaires adéquats, des conditions de travail décentes pour les infirmiers et les infirmières, et qu'il y ait suffisamment de diplômés en Suisse, a lui été balayé par 185 voix contre 14.

La vice-présidente du parti Céline Amaudruz avait auparavant appelé les délégués à s'y opposer, au profit du contre-projet indirect élaboré par le Parlement. Ce dernier prévoit un investissement d'un milliard de francs dans la formation des soignants, mais recale d'autres exigences des initiants portant sur les salaires et les conditions de travail.

Contre la politique des villes de gauche

La stratégie de s'appuyer fortement sur la fracture ville-campagne était aussi au menu de cette assemblée générale. "Au coeur des villes gouvernées par la gauche rose-verte règne une forme d'arrogance et de condescendance envers tous ceux qui pensent différemment. Ces noyaux urbains sont les nids des socialistes caviar qui, avec mépris, veulent dicter le mode de vie et de penser aux populations rurales et des agglomérations", peut-on lire dans le texte de la résolution.

L'UDC estime en outre que "leur politique se radicalise toujours plus, restreignant grandement les libertés individuelles et déresponsabilisant davantage les citoyens." Le parti entend "mettre un terme à cette situation" par le biais d'une série de demandes.

Le parti réclame par exemple que les "coûts réels et les montants d'impôts entre les citadins et les populations rurales" soient "clarifiés", ou encore que les centres urbains soient gérés comme des régions indépendantes.

Le parti veut également modifier le système de répartition des sièges au Conseil national, afin que celle-ci soit basée sur le nombre de citoyennes et de citoyens suisses, et non sur la population résidente permanente.

>> Assemblées de l'UDC et des Femmes socialistes: interviews de Kevin Grangier et de Martine Docourt dans Forum:

Martine Docourt, co-présidente des femmes socialistes suisses, candidate au Conseil des Etats neuchâtelois. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
L’UDC et les femmes socialistes réunies en assemblée: interview de Martine Docourt et Kevin Grangier / Forum / 9 min. / le 23 octobre 2021

ats/jop

Publié Modifié