Modifié

Guy Parmelin au chevet des secteurs les plus touchés par la mort de l'accord-cadre

La fin de l'accord-cadre avec l'UE présente des inconvénients pour la Suisse [RTS]
La fin de l'accord-cadre avec l'UE présente des inconvénients pour la Suisse / 19h30 / 1 min. / le 21 octobre 2021
Cinq mois après l'abandon des négociations sur l'accord-cadre avec l'Europe, trois secteurs sont particulièrement touchés: les technologies médicales, la recherche et l'électricité. Guy Parmelin, en visite jeudi dans des entreprises neuchâteloises, a dû répondre à l'inquiétude des patrons.

L'exercice était délicat pour le président de la Confédération et chef du Département de l'économie. En toile de fond, la menace qui pèse sur le marché européen pour de nombreuses entreprises qui craignent pour leur accès au marché européen (lire encadré).

Depuis la fin des négociations sur l'accord-cadre le 26 mai dernier, plusieurs perdants sont à signaler du côté suisse. Certains secteurs sont plus touchés que d'autres.

1. Le secteur des technologies médicales (medtech)

En perdant son libre accès au marché intérieur de l'Union européenne, ce secteur fait face à plusieurs problèmes, en premier lieu du côté des importations de dispositifs médicaux européens, en raison de nouvelles barrières.

Difficultés aussi du côté des exportations, avec l'obligation nouvelle pour tout fabricant suisse de se tourner vers un intermédiaire européen pour faire certifier ses produits, un processus à la fois plus compliqué et plus cher.

>> Lire à ce sujet: Discussions intenses entre la Suisse et l'UE sur les dispositifs médicaux

2. Le secteur de la recherche

L’abandon de l’accord-cadre a exclu de facto les chercheurs suisses de certains pans de programmes européens cruciaux, faisant de la Suisse un pays tiers du programme de recherche Horizon Europe.

Non seulement il n'y a plus de financement, mais il y a aussi l'impossibilité, pour les chercheurs suisses, de prendre la tête de ces recherches. Mercredi, Berne est venue à la rescousse des chercheurs suisses avec la promesse d'un financement à hauteur de 400 millions de francs pour 2021.

>> Lire à ce sujet: La Suisse financera directement les chercheurs d'Horizon Europe

3. Le secteur de l'électricité

Sans accord-cadre, la Suisse se retrouve exclue des décisions concernant le marché de l’électricité européen, d'où le problème de l'approvisionnement évoqué par le président de la Confédération Guy Parmelin cette semaine.

De plus, tous les pays européens devront, à partir de 2025, réserver au moins 70% des capacités aux Etats membres, ce qui mettra une grosse pression sur la Suisse.

>> Lire à ce sujet: Guy Parmelin appelle à se préparer à de possibles pénuries d'électricité

dg/vic

Publié Modifié

Guy Parmelin: "Nous ne nions pas les problèmes"

En visite dans une entreprise neuchâteloise - le canton est le deuxième exportateur de Suisse derrière Bâle - , Guy Parmelin a dû faire face à l'inquiétude du patron d'une entreprise chaux-de-fonnière de 500 employés qui traite les métaux précieux à destination, notamment, de l’horlogerie.

"Nous ne nions pas les problèmes. Ce matin, il y a encore eu dans mon département une rencontre au niveau des medtechs pour voir quelles solutions nous pouvons dégager dans les prochains mois, mais aussi à moyen et long terme", a-t-il indiqué jeudi en duplex dans le 19h30 de la RTS.

Dans le futur, il faut que tout le monde tire à la même corde. Nous y allons, mais nous devons être conscients que le temps est compté

La fiche d'identité de Guy Parmelin
Guy Parmelin

Pour lui, les éventuelles difficultés futures en matière d'approvisionnement énergétique sont liées au temps qu'il faut pour parvenir à une transition énergétique, et notamment pour arriver à compenser l'arrêt progressif des centrales nucléaires. "Prenez simplement le système d'autorisations pour construire telle ou telle unité. Souvent, on se heurte à des procédures très longues du fait d'oppositions. Cet aspect-là, on l'a peut-être sous-estimé", a reconnu Guy Parmelin. "Dans le futur, il faut que tout le monde tire à la même corde. Nous y allons, mais nous devons être conscients que le temps est compté".

A ses yeux, l'électricité fournie par l'UE, qui menace de manquer si les accords de fourniture ne sont pas reconduits, ne constitue pas le problème essentiel. "Ça aurait pu mettre de l'huile dans les rouages, mais ça ne règle pas le problème de la diminution de nos capacités de production", avance le chef du Département de l'économie.

Il y a peut-être des problèmes institutionnels que nous pouvons régler [avec l'UE] secteur par secteur, et l'électricité en est un

Guy Parmelin appelle à se préparer à de possibles pénuries d'électricité. [Association des Entreprises électriques Suisses (AES)]
Guy Parmelin

Il estime en outre qu'il est encore possible de négocier ces aspects avec l'Union européenne. "Il y a peut-être des problèmes institutionnels que nous pouvons régler secteur par secteur, et l'électricité en est un. Ce serait certainement au profit de la Suisse, naturellement, mais aussi de l'ensemble du continent européen".

>> Ecouter son interview dans le 19h30:

Guy Parmelin évoque les répercussions de la fin de l'accord-cadre [RTS]
Guy Parmelin évoque les répercussions de la fin de l'accord-cadre / 19h30 / 3 min. / le 21 octobre 2021

>> La visite de Guy Parmelin dans une entreprise de La Chaux-de-Fonds:

Guy Parmelin a visité des PME à La Chaux-de-Fonds [RTS]
Guy Parmelin a visité des PME à La Chaux-de-Fonds / 19h30 / 2 min. / le 21 octobre 2021