Modifié

La validation de la dose de rappel contre le Covid-19 attendue rapidement en Suisse

Validation de la dose de rappel contre le Covid-19 attendue rapidement en Suisse.  [PETER KLAUNZER - KEYSTONE]
Validation de la dose de rappel contre le Covid-19 attendue rapidement en Suisse / La Matinale / 1 min. / le 19 octobre 2021
Pfizer et Moderna ont déposé une demande d'homologation à Swissmedic pour une 3e dose de vaccin contre le Covid-19. Une décision est attendue d'ici à la fin octobre. La 3e dose pour les seniors est "une évidence", selon Alessandro Diana, pédiatre et expert pour la plateforme Infovac, interrogé mardi dans La Matinale.

Le président de l'Association des médecins cantonaux de Suisse, Rudolf Hauri, espère que la troisième dose de vaccin contre le Covid-19 sera bientôt validée. Les autorités sanitaires ne doivent cependant pas être mises sous pression, ajoute-t-il.

L'organe de surveillance Swissmedic et la commission fédérale pour les vaccinations doivent "décider uniquement sur la base des données et des faits disponibles", déclare Rudolf Hauri dans un entretien diffusé mardi par le journal alémanique Tages-Anzeiger. Mais la Suisse ne devrait pas trop attendre, poursuit-il. Dans certains pays européens et aux États-Unis, la troisième injection du vaccin est en cours d'administration.

Cette dose de rappel n'est pas nécessaire pour tout le monde, indique pour sa part dans le Blick Christoph Berger, le président de la commission fédérale pour les vaccinations (CFV). "La population normale n'a certainement pas besoin d'un rappel cette année". Il n'y a pas d'indication que la protection des vaccins à ARN messager s'affaiblisse pour ce groupe, ajoute-t-il.

>> Le reportage dans l'un des plus grands EMS du canton de Neuchâtel dans La Matinale:

Une fiole du vaccin de Johnson & Johnson (Janssen) sans ARNm et à dose unique. [DPA/Wolfgang Kumm - Keystone]DPA/Wolfgang Kumm - Keystone
La Suisse n’autorise toujours pas l’injection d’une 3e dose de vaccin contre le COVID aux personnes âgées / La Matinale / 3 min. / le 19 octobre 2021

Légère baisse pour les plus de 80 ans

La situation est cependant différente pour les plus de 80 ans, relève-t-il. Les données anglaises ont montré une tendance à une légère diminution de la protection vaccinale dans ce groupe, poursuit-il. L'efficacité du vaccin "probablement en légère baisse" dans cette catégorie devrait augmenter de 85 à 95% avec la dose de rappel. Mais il est difficile de savoir combien de temps durera cette protection accrue, précise Christoph Berger.

>> Relire: Les cantons s'organiseraient pour une troisième dose de vaccin dans les EMS

Pour les plus 65 ans présentant des facteurs de risque, la situation n'est pas claire. Les résultats sont différents, mais aucun d'entre eux ne montre une diminution significative de la protection, note le président de la CFV. Dans le cas des personnes à risque âgées de moins de 65 ans, il n'y a aucune diminution de la protection vaccinale, ajoute-t-il.

>> Ecouter aussi l'interview du directeur de Pro Senectute Fribourg Emmanuel Michielan dans La Matinale:

Le canton de Vaud mise sur une large démarche participative pour affronter les défis liés au vieillissement de sa population. Un appel à projets sera notamment lancé en janvier prochain. [GAETAN BALLY - KEYSTONE]GAETAN BALLY - KEYSTONE
Validation de la dose de rappel contre le Covid-19 attendue rapidement / Interview d'Emmanuel Michialan / La Matinale / 52 sec. / le 19 octobre 2021

Une "évidence" pour les seniors

Depuis janvier 2021, 138 personnes ayant reçu les deux doses du vaccin sont décédées du virus en Suisse et au Liechtenstein. La grande majorité de ces personnes avait plus de 80 ans. La troisième dose de vaccin pour les seniors est donc "une évidence"  et "efficace" pour Alessandro Diana, pédiatre et expert pour la plateforme Infovac. "La question n'est pas de savoir s'il faut une troisième dose, mais quand", ajoute-t-il, mardi dans La Matinale de la RTS.

Selon lui, on s'approche d'un "schéma connu" de trois doses comme pour l'hépatite B. "On réalise toujours les deux premières doses à zéro-un mois d'intervalle. C'est la dose de l''induction immunitaire'. Une immunité qui peut durer six mois, dix mois ou une année. Le système immunitaire a souvent besoin d'une dose de rappel, qui est donné plus loin dans le temps. pour imprimer la mémoire du système immunitaire."

>> L'interview complète d'Alessandro Diana dans La Matinale:

Alessandro Diana, vaccinologue expert à InfoVac et chargé de cours à l’Unige (vidéo) [RTS]
Alessandro Diana, vaccinologue expert à InfoVac et chargé de cours à l’Unige (vidéo) / L'invité-e d'actualité / 8 min. / le 19 octobre 2021

De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) continue de recommander un moratoire jusqu'à la fin de l'année, pour libérer des doses et les donner aux pays où le taux de vaccination reste beaucoup trop faible. "Nous aurions intérêt à ce que le plus grand nombre de personnes puissent bénéficier des deux premières doses, qui induisent une bonne immunité pour une année, deux ans. Mais, malheureusement, il y a une disparité vaccinale."

Avant d'ajouter: "Alors que nous avons vacciné plus de 80% de nos personnes à risque, nous évoquons la troisième dose, tandis que le reste du monde n'a vacciné que 2,6% de leurs personnes vulnérables. L'OMS souhaiterait avoir avec ce moratoire une immunité mondiale avec deux doses à 40%."

vajo avec ats

Publié Modifié

Décision de Swissmedic d'ici la fin octobre

La troisième dose est actuellement autorisée en Suisse pour les personnes immunodéprimées qui n'ont pas pu acquérir une protection suffisante après les deux injections du vaccin anti-Covid-19. Elle fait partie de l'immunisation de base et non d'une vaccination de rappel, explique Rudolf Hauri, président de l'Association des médecins cantonaux de Suisse.

Une décision de Swissmedic sur la troisième injection pourrait tomber d'ici à la fin octobre, a indiqué lundi soir dans l'émission "10 vor 10" de la télévision alémanique SRF le chef de la section autorisation de l'organe de surveillance, Claus Bolte.

Dès que Swissmedic a donné son accord, il faut environ deux semaines à la commission fédérale pour les vaccinations pour émettre une recommandation, note Christoph Berger, président de la commission fédérale pour les vaccinations. La plupart des cantons sont prêts à commencer à administrer la troisième dose immédiatement, selon Rudolf Hauri.