Le suivi du 15 octobre [Keystone]
Publié Modifié

L'application du certificat Covid est brièvement tombée en panne vendredi soir

- L'application du passeport Covid est brièvement tombée en panne vendredi soir. Pendant près d'une heure, le certificat ne pouvait pas être actualisé et indiquait une "signature non valable".

- Le Conseil fédéral justifie le maintien du certificat Covid par mesure de précaution afin d’éviter une possible surcharge des hôpitaux. Mais le nombre d’infections ne cesse de diminuer et certains élus cantonaux souhaitent abandonner rapidement le pass, peut-être déjà pour les Fêtes de fin d’année, sous certaines conditions.

- La Suisse reste sous la barre des 1000 contaminations quotidiennes, avec vendredi 952 cas de plus de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore sept décès supplémentaires et 22 malades ont été hospitalisés.

- Les opposants aux mesures de lutte contre le coronavirus se sont à nouveau rassemblés jeudi soir à Berne. La manifestation n'était pas autorisée. La police a cerné environ 200 personnes devant la gare et procédé à des contrôles.

Suivi assuré par RTSinfo

22h00

Des manifestants devant la RTS à Genève

Une centaine de personnes ont manifesté ce vendredi soir devant la Tour de la RTS à Genève. Elles répondaient à l'appel de l'organisation anti-pass Actions Suisse.

Durant plus d'une heure, les protestataires ont clamé que la RTS diffusait de la propagande depuis le début de la pandémie de Covid-19. Ils ont exhorté les journalistes à dire la vérité et à rejoindre ce qui est, selon eux, le "bon côté de l'Histoire".

>> Voir le reportage du 12h45

Environ 120 personnes ont manifesté hier soir devant la RTS qui serait "partiale" dans le traitement de la pandémie. [RTS]
Environ 120 personnes ont manifesté hier soir devant la RTS qui serait "partiale" dans le traitement de la pandémie. / 12h45 / 1 min. / le 16 octobre 2021

21h00

L'application du certificat Covid est tombée en panne

L'application du passeport Covid est brièvement tombée en panne vendredi soir. Pendant une heure, le certificat ne pouvait pas être actualisé et indiquait une "signature non valable".

La panne a duré de 19h30 à 20h30 et est due à des travaux de maintenance.

La panne a d'abord été signalée sur Twitter par 20 Minuten et le Blick. Contacté par l'agence Keystone-ATS, l'Office fédéral de la santé publique a renvoyé à l'Office fédéral de l'informatique et de la télécommunication (OFIT), qui a développé l'application.

Selon l'OFIT, les applications suisses n'ont pas pu valider les certificats Covid suite à des travaux de maintenance sur la passerelle européenne. Ces derniers ont rendu toutes les clés de la liste temporairement indisponibles, a indiqué l'office dans un communiqué en fin de soirée.

L'OFIT a pu rétablir les clés suisses et les certificats Covid émis en Suisse fonctionnent à nouveau. Mais la panne a aussi affecté le fonctionnement en Suisse des certificats émis dans l'UE. Ceux-ci ne fonctionnent pas encore sur le territoire helvétique. L'OFIT a dit travailler d'arrache-pied pour les rétablir.

>> Voir le reportage du 12h45

L'application du certificat covid est tombée en panne pendant environ une heure hier soir. En cause: un problème technique. [RTS]
L'application du certificat covid est tombée en panne pendant environ une heure hier soir. En cause: un problème technique. / 12h45 / 1 min. / le 16 octobre 2021

17h30

Chiffre d'affaires des restaurants en baisse de plus d'un quart

Les cafés et restaurants ont perdu plus d'un quart de leur chiffre d'affaires en moyenne depuis la mi-septembre, quand un certificat est devenu nécessaire pour consommer dans ces établissements. Selon une enquête de Gastrosuisse, leur faîtière, quatre sur cinq sont touchés par une telle baisse des recettes.

Les établissements publics des régions rurales sont les plus touchés (87% d'entre eux, contre 81% en moyenne suisse), avec des baisses de ventes moyennes de 31,5% (27,5% en moyenne suisse). Les restaurants proches des lacs (72,5% touchés pour une baisse de 24,5%) ou des villes (77%/25%) s'en sortent à peine mieux, a indiqué Gastrosuisse vendredi dans un communiqué.

A contrario, il s'est trouvé 3,4% des patrons de restaurants à avoir augmenté leur chiffre d'affaires, malgré l'obligation du certificat. Au total, 2337 restaurateurs de tous les cantons ont répondu au questionnaire de leur faîtière entre le 6 et le 11 octobre.

Selon Gastrosuisse, les entreprises sont très préoccupées par la baisse des températures, la vague d'annulations et l'épuisement des réserves. En outre, l'exigence du certificat oblige près de 86% des cafés-restaurants sondés à embaucher plus ou moins davantage de personnel pour réaliser les contrôles.

17h00

Faux certificats Covid: les prévenus restent en détention

Les quatre personnes arrêtées vendredi dernier à Genève dans le cadre d'une enquête sur un trafic de certificats Covid frauduleux restent en prison. Parmi ces individus figurent des astreints de la Protection civile qui officiaient dans un centre de vaccination.

Sollicité par le Ministère public, le Tribunal des mesures de contrainte a ordonné la détention provisoire de trois prévenus pour une durée de deux mois et d'un prévenu pour une durée d'un mois, indique vendredi le pouvoir judiciaire revenant sur une information de la Tribune de Genève. Cette décision est tombée samedi dernier.

Les suspects, des trentenaires, auraient écoulé près de 200 faux certificats à 400 francs pièce minimum. Les astreints de la PC agissaient avec des rabatteurs chargés de trouver des clients, rassembler les informations et encaisser l'argent. Les acquéreurs de ces certificats frauduleux risquent aussi des poursuites pénales.

16h00

Un modèle inoffensif de SARS-CoV-2 pour la recherche

Des chercheurs bernois et américains ont présenté dans la revue Science un modèle non contagieux et inoffensif du coronavirus SARS-CoV-2 développé aux fins de recherche. Cela permet notamment de se passer de mesures de sécurité draconiennes, et ainsi de tester plus rapidement et de manière réaliste des médicaments.

Un des aspects qui a freiné la recherche sur le coronavirus jusqu'ici est le degré élevé de sécurité biologique requis pour les tests en laboratoire. Certaines expériences touchant à la multiplication du virus étaient même carrément impossibles.

L'équipe du Prix Nobel de médecine 2020 Charles Rice, de la Rockefeller University à New York, et de Volker Thiel, de l'Université de Berne, a trouvé la parade. Les scientifiques ont divisé le génome du virus en deux composantes, la protéine Spike d'une part et la machinerie de réplication du virus de l'autre.

Les chercheurs peuvent ainsi étudier en laboratoire toutes les étapes du cycle de vie de ce virus génétiquement modifié, incapable de produire de nouvelles particules infectieuses. Ce qu'il produit, ce sont des particules dépourvues de la partie du génome nécessaire à la fabrication de la protéine Spike, qui reste dans la cellule.

Ces particules peuvent néanmoins être utilisées pour infecter de nouvelles cellules et imiter une infection naturelle, sans danger de contagion, a indiqué l'alma mater bernoise vendredi dans un communiqué.

15h30

Un tiers des effets indésirables jugés graves

Un tiers des effets indésirables (34%), liés à la vaccination contre le Covid-19, est jugé grave. Mais pour la majorité des cas, ceux-ci se sont révélés inoffensifs, selon Swissmedic.

A la mi-octobre, 8757 déclarations d’effets indésirables présumés, pour lesquels un lien temporel avec la vaccination a été constaté, ont été évaluées, a indiqué vendredi Swissmedic dans un communiqué.

Un peu plus de la moitié des déclarations ont été effectués par des professionnels de la santé et 4206 (48%) provenaient directement de personnes concernées ou de patients.

Les personnes concernées étaient âgées en moyenne de 53,3 ans, et parmi elles, 14,7% avaient 75 ans ou plus. Dans les cas considérés comme graves, l'âge moyen était de 56,1 ans et dans les déclarations faisant état de décès concomitants à la vaccination, la moyenne s'établissait à 79,8 ans.

Les déclarations d'effets indésirables que l'institut a reçues et analysées jusqu'à présent ne modifient pas le profil bénéfice-risque positif des vaccins contre le Covid-19 utilisés en Suisse.

13h50

La Suisse reste sous la barre des 1000 contaminations

La Suisse reste sous la barre des 1000 contaminations quotidiennes, avec vendredi 952 cas de plus de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore sept décès supplémentaires et 22 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 27'545 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,46%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 12'416, soit 143,62 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,89. Les patients Covid-19 occupent 14,9% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 74%.

Au total 10'825'881 doses de vaccin ont été administrées et 61,52% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 12'517'425 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 854'590 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'314'175 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'791 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'280.

Le pays dénombre par ailleurs 5914 personnes en isolement et 4451 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

13h00

L'UDC se mobilise contre la loi Covid

Après les comités référendaires, l'UDC est entrée en campagne contre la loi Covid-19. Le texte divise la société, marginalise la jeunesse et viole les droits fondamentaux, ont critiqué vendredi le parti conservateur et sa jeunesse devant la presse à Berne.

>> Lire aussi: Les opposants à la loi Covid craignent un "apartheid sanitaire"

A sept semaines de la votation, l'UDC et son parti jeune entrent dans l'arène pour lutter contre la nouvelle mouture de la loi Covid et rejettent en particulier l'exigence du certificat. La nouvelle loi Covid sert de base légale à l'utilisation du certificat depuis le 13 septembre dernier pour accéder aux restaurants, cinémas, théâtres, salles de concerts et installations sportives.

L'UDC craint une "division de la société" et estime que les familles et les personnes à faibles revenus ne peuvent pas se permettre de payer les tests Covid pour obtenir un certificat provisoire.

Avec la loi Covid et le certificat sanitaire, l'UDC craint une "division de la société". [Peter Klaunzer - Keystone]Avec la loi Covid et le certificat sanitaire, l'UDC craint une "division de la société". [Peter Klaunzer - Keystone]

L'UDC et les Jeunes UDC dénoncent aussi un certificat "détourné et transformé en un moyen de pression étatique pour contraindre la population à se faire vacciner".

Outre le certificat Covid, les modifications de la loi portent sur l'extension des aides financières, la révision des dispositions touchant à la recherche des contacts et la promotion des tests Covid.

L'UDC est le seul parti membre du gouvernement à s'opposer à ce projet. Trois mouvements citoyens ont rassemblé 187'239 signatures contre la loi Covid en juillet.

>> Lire: L'UDC lance sa campagne contre la nouvelle mouture de la loi Covid

>> Votations fédérales du 28 novembre: participez à notre premier sondage

12h05

Pas de concours bovin Swiss Expo à Genève en janvier

Le concours bovin Swiss Expo n'aura pas lieu en 2022 en raison des incertitudes liées à la pandémie. Cette manifestation qui attire généralement plus de 20'000 personnes devait se dérouler du 12 au 15 janvier à Palexpo à Genève.

Les organisateurs ne voulaient pas présenter une édition 2022 réduite pour le 25e anniversaire du salon, indiquent-ils vendredi dans un communiqué. Ils préfèrent passer leur tour. En attendant, ils travaillent sur un nouveau concept qui vise à consolider le caractère international de ce concours.

11h35

Des cantons compensent la baisse du forfait pour les vaccinations

Plusieurs cantons ont décidé de compenser la baisse du forfait payé aux cabinets médicaux pour les vaccinations contre le Covid-19. Les négociations entre cantons et assureurs n'ont pas permis de le maintenir au même niveau dès le 1er octobre.

La rémunération de la vaccination est définie dans une convention tarifaire nationale conclue entre la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS) et les assureurs. Cette convention prévoyait initialement un forfait de 14,50 francs par injection qui a été transitoirement augmenté à 24,50 francs pour les cabinets médicaux jusqu’à fin septembre 2021.

Des seringues contenant le vaccin contre le Covid-10 de la firme Moderna. [Laurent Gillieron - Keystone]Des seringues contenant le vaccin contre le Covid-10 de la firme Moderna. [Laurent Gillieron - Keystone]

Il s’agissait notamment de compenser le rendement inférieur dû au volume journalier moins important que dans un centre de vaccination. Le montant du forfait par injection est ainsi réduit à 16,50 depuis le 1er octobre. Afin d’encourager les médecins en cabinet à poursuivre la vaccination, l’Etat du Valais leur versera un complément de 8 francs par injection, a-t-il fait savoir dans un communiqué jeudi.

Cette mesure, recommandée par la CDS, vise à encourager les cabinets médicaux à poursuivre la vaccination. En Valais, plus d'un tiers des vaccinations sont réalisées dans des cabinets médicaux.

Le Valais rejoint ainsi certains cantons comme Fribourg, qui ont déjà fait savoir qu'ils compléteraient le tarif par un supplément de 8 francs. D'autres n'ont pas encore décidé ou communiqué, a précisé vendredi à Keystone-ATS le porte-parole de la CDS Tobias Bär, qui ajoute cependant ne pas disposer d'une vue d'ensemble.

10h50

Vaud suggère aux moins de 18 ans de se faire vacciner avec Pfizer

Le canton de Vaud va recommander de privilégier dès vendredi de vacciner les jeunes de 12 à 18 ans avec Pfizer plutôt que Moderna. C'est pour l'instant le seul canton à proposer cette "priorisation" en Suisse, a indiqué à Keystone-ATS Blaise Genton, chef de la campagne vaudoise de vaccination, confirmant une information du Courrier.

Cette décision des autorités politiques et sanitaires vaudoises se veut avant tout "un principe de précaution", souligne Blaise Genton. Elle devait être mise en pratique et communiquée aux jeunes dès vendredi après-midi, précise encore le médecin-chef d'Unisanté.

Risque d'inflammations cardiaques

Cette recommandation fait suite à des études en Europe et surtout aux Etats-Unis montrant des cas de risques d'inflammations cardiaques, soit myocardites et péricardites. Blaise Genton tient toutefois à souligner que "l'incidence n'est que très légèrement supérieure" pour le vaccin de Moderna par rapport à celui de Pfizer. "La différence est donc très faible et les données des études pas forcément toujours très solides", insiste-t-il.

Un adolescent sur le point de recevoir une injection du vaccin anti-Covid de la firme Pfizer. [Zurab Kurtsikidze - Keystone]Un adolescent sur le point de recevoir une injection du vaccin anti-Covid de la firme Pfizer. [Zurab Kurtsikidze - Keystone]

"Mais puisque cette alternative Pfizer existe, nous proposons de prioriser ce vaccin pour les jeunes de moins de 18 ans", dit-il. Il reconnaît volontiers que le choix vaudois est en décalage avec la position de l'autorité de surveillance Swissmedic, pour qui il n'est actuellement pas justifié d'adapter l'autorisation du vaccin Moderna.

Informations systématiques

Vaud va aussi désormais systématiquement informer les personnes qui viennent se faire vacciner des éventuels risques de myocardites et péricardites. Le canton va surtout les sensibiliser aux symptômes (douleurs thoraciques, essoufflement ou palpitations) qui nécessitent une consultation médicale. Swissmedic demande d'ailleurs depuis mi-août aux professionnels de la santé de faire passer cette information.

10h30

Prolifération de chats errants

La Société fribourgeoise pour la protection des animaux lance un cri d'alarme face à la prolifération des chats errants. La pandémie semble aggraver ce phénomène en raison de la diminution des castrations et de la stérilisation des chats.

La SPA-Fribourg participe à la castration/stérilisation d'environ 800 chats par an, un chiffre qui n'est pas prêt de diminuer à son avis. Le semi-confinement et les restrictions liés au Covid-19 semblent avoir provoqué une diminution des castrations et des stérilisations, a souligné vendredi la SPA.

Cette situation a pour conséquence une prolifération des chats errants, souffrant de la faim ou victimes de maladies ou de blessures. La SPA rappelle à chaque propriétaire de chat qu'il est nécessaire de le castrer ou de le stériliser pour endiguer cette "misère animale".

08h30

Le certificat Covid pourrait être abandonné avant les Fêtes

Le nombre d'infections au Covid ne cesse de diminuer en Suisse alors que la colère continue de gronder contre ce que certains surnomment le "pass de la honte". Même si le Conseil fédéral justifie son maintien par mesure de précaution afin d'éviter une possible surcharge des hôpitaux, certains élus n'hésitent pas aujourd'hui à souhaiter qu'il soit abandonné rapidement, peut-être déjà pour les Fêtes de fin d'année, sous certaines conditions.

C'est le cas par exemple de la conseillère d'Etat vaudoise en charge de la santé, Rebecca Ruiz. Son homologue bernois Pierre Alain Schnegg acquiesce. Pour eux, inutile de garder de telles mesures si on n'en a pas besoin. Encore faut-il que les hôpitaux ne soient pas sous pression pour suspendre rapidement ce "pass".

Le conseiller d'Etat neuchâtelois en charge de la santé Laurent Kurth se montre plus réservé. Il pense qu'il faudra plutôt attendre le printemps.

>> Le sujet de La Matinale:

Le certificat Covid pourrait être abandonné avant les Fêtes. [Pierre Albouy - KEYSTONE]Pierre Albouy - KEYSTONE
Le pass Covid pourrait être abandonné avant les Fêtes / La Matinale / 1 min. / le 15 octobre 2021

08h15

Des Suisses vont se faire tester en France

A la veille du week-end, certains Romands pourraient traverser la frontière pour se faire tester à bon marché. En Suisse, en général, il faut compter 134 francs pour un test PCR et 47 pour un test rapide antigénique, si l'on veut obtenir le précieux sésame. En France, les personnes qui ne sont pas du tout vaccinées ou qui n'ont pas d'ordonnance doivent débourser 47 francs pour un test PCR en laboratoire, 27 francs pour un test antigénique en pharmacie.

C'est pourquoi, depuis lundi, certains n'hésitent pas à passer la frontière, comme le confirme vendredi dans La Matinale un des pharmaciens frontaliers contactés.

>> Le sujet de La Matinale:

Des Romands vont se faire tester en France, où les tarifs sont meilleur marché. [Gaetan Bally - KEYSTONE]Gaetan Bally - KEYSTONE
Les Suisses vont-ils en France pour se faire tester? / La Matinale / 1 min. / le 15 octobre 2021

08h00

Nouveau rassemblement non-autorisé à Berne

Les opposants aux mesures de lutte contre le coronavirus se sont à nouveau rassemblés jeudi soir à Berne. La manifestation n'était pas autorisée. La police a cerné environ 200 personnes devant la gare et procédé à des contrôles.

Les manifestants brandissaient des drapeaux suisses et scandaient "liberté", a constaté un journaliste de l'agence d'information Keystone-ATS. Certains avaient allumé des torches. De nombreux passants ont regardé la manifestation. Ils ont été sommés à plusieurs reprises par la police de quitter le périmètre. La police a indiqué sur Twitter avoir recouru au gaz irritant lorsque certains manifestants ont perturbé les contrôles.

 

A Berne, depuis le mois de septembre, douze manifestations d'opposants aux mesures ont déjà eu lieu. Une seule avait été autorisée. Des violences ont éclaté à plusieurs reprises devant le Palais fédéral. La police a dû utiliser des canons à eau, du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc.

07h45

La pénurie en Suisse

Pénurie de canapés, de lits, de cuisines, de vélos, de matériaux de construction, mais aussi de chaussures et de papier: la pénurie commence à avoir de effets palpables aussi en Suisse. Des usines fermées, des ports embouteillés, et c'est toute la chaîne d'approvisionnement mondiale qui se grippe.

Dans l'émission Forum, Sébastien Aeschbach, patron des magasins de chaussures du même nom, et Andreas Schaffner, co-directeur de Tamedia, expliquent les enjeux de la difficulté d'approvisionnement dans leurs secteurs respectifs.

>> Les explications sur la pénurie de chaussures et de papier dans Forum:

Diverses pénuries touchent la Suisse [RTS]
Diverses pénuries touchent la Suisse / Forum / 9 min. / le 14 octobre 2021

07h15

Journée de vaccination contre la grippe saisonnière le 5 novembre

La pandémie de Covid-19 ne doit pas occulter la grippe saisonnière. Les autorités recommandent aux personnes à risques et à leurs proches de se faire vacciner. Elles pourront le faire sans rendez-vous dans de nombreux cabinets médicaux ou pharmacies le 5 novembre.

Les personnes intéressées pourront se faire vacciner ce jour-là spontanément au prix forfaitaire recommandé de 30 francs, tout compris, écrit jeudi dans un communiqué l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), co-organisateur de l'événement. Il restera bien sûr possible de se faire vacciner après le 5 novembre. La période de vaccination court de la mi-octobre jusqu’au début de la vague de grippe, en janvier dans les années "normales", précise l'OFSP.

La grippe n’est pas une maladie anodine. Dans de nombreux cas, elle provoque des complications nécessitant une hospitalisation et entraîne parfois le décès, rappelle l'office. Ainsi le vaccin est recommandé aux personnes dès l’âge de 6 mois qui souffrent d’une maladie chronique, telle qu’une affection respiratoire ou cardiaque, aux femmes enceintes, aux enfants nés prématurément et aux personnes de 65 ans et plus. Leurs proches, en particulier ceux vivant sous le même toit, ainsi que le personnel médical sont également visés.

L'hiver dernier, le nombre de cas de grippe est resté très modeste et n'a jamais franchi le seuil épidémiologique. [Andreas Gebert - Keystone/DPA]L'hiver dernier, le nombre de cas de grippe est resté très modeste et n'a jamais franchi le seuil épidémiologique. [Andreas Gebert - Keystone/DPA]

L'OFSP juge important de souligner qu'il n’existe pas de contre-indication à se voir administrer le vaccin contre la grippe en même temps - ou dans un intervalle proche - que celui contre le Covid-19. Et vacciné ou non, que ce soit contre la grippe ou le coronavirus, celui qui présente des symptômes grippaux est invité à prendre les précautions d’usage et à se faire tester dès que possible pour le coronavirus.

L'hiver dernier, le nombre de cas de grippe est resté très modeste et n'a jamais franchi le seuil épidémiologique. Durant l'hiver 2019/20, la grippe influenza n'a connu qu'un bref pic d'épidémie au début février. Les gestes barrières et le port du masque introduit dès mars 2020 à cause du Covid ont certainement contribué à contenir la propagation d'autres virus, dont l'influenza.

07h00

Infections, hospitalisations et décès continuent de baisser

La situation épidémiologique continue de s'améliorer en Suisse. Du 4 au 10 octobre, les nombres de cas déclarés et des hospitalisations ont baissé par rapport à la semaine précédente. Il y a moins de patients Covid aux soins intensifs. Le nombre de décès a également diminué.

La semaine dernière, 6367 cas confirmés en laboratoire ont été déclarés, contre 7639 une semaine auparavant, indique jeudi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans son rapport hebdomadaire. La classe d'âge de 10 à 19 ans continue d'être la plus touchée. Les personnes de 60 ans et plus ont au contraire été les plus épargnées.

Les hôpitaux ont enregistré durant la semaine sous revue 144 patients en lien avec le coronavirus, contre 159 la semaine précédente. La tendance est à la baisse, même si des déclarations sont encore attendues, note l'OFSP. L'âge médian des personnes hospitalisées était de 67 ans contre 63 la semaine précédente. Même son de cloche dans les unités de soins intensifs, qui ont accueilli 14% de moins de patients Covid (de 181 à 155).

Cette baisse se reflète également sur les décès: 24 décès ont été confirmés dans onze cantons, contre 25 dans douze cantons une semaine auparavant. L'âge médian était de 85 ans. En Suisse romande, Vaud, Genève, Valais, Fribourg et Neuchâtel n'ont enregistré aucun décès. Le Jura comptait quant à lui un décès.

06h45

Le coronavirus pèse toujours sur les budgets cantonaux

La crise du Covid-19 continue de laisser des traces dans les caisses de nombreux cantons. Sur les 23 budgets pour 2022 connus à l'heure actuelle, environ la moitié prévoient une perte, selon un tour d'horizon de Keystone-ATS. Les perspectives financières tendent toutefois à s'améliorer.

"La situation est empreinte d'une grande incertitude, mais de manière générale, les recettes ne semblent pas évoluer aussi négativement qu'on ne le craignait", explique Simon Berset, secrétaire général suppléant de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des finances (CDF).

Du côté des dépenses, les coûts d'exécution, ainsi que les conséquences à moyen terme de la crise sur les services sociaux et de santé constituent un défi. L'ampleur de ces effets est susceptible de varier fortement d'un canton à l'autre.

06h30

Retour sur la journée de jeudi

La Suisse compte jeudi 972 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore trois décès supplémentaires et il n'y a pas de nouvelle hospitalisation.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 25'537 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,81%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 12'666, soit 146,52 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,89. Les patients Covid occupent 15,6% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 73%.

Au total 10'795'743 doses de vaccin ont été administrées et 61,25% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 12'517'425 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 853'637 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'286'658 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'784 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'258.

Le pays dénombre par ailleurs 6707 personnes en isolement et 4966 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

>> Retour sur la journée de jeudi: Nouveau rassemblement à Berne des opposants aux mesures Covid

06h00

Le dossier

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus