Le suivi du 12 octobre. [Keystone]
Publié Modifié

Le nombre de tests en baisse au lendemain de la fin de leur prise en charge

- La Suisse compte mardi 923 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore neuf décès supplémentaires et 39 malades ont été hospitalisés.

- Le nombre de test effectués est en recul, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) communiqués mardi, au lendemain de la fin de leur prise en charge par la Confédération. Durant les dernières 24 heures, les résultats de 23'882 tests ont été transmis. Mardi dernier, l'OFSP avait indiqué que les résultats de 31'142 tests avaient été transmis durant les dernières 24 heures.

- Faut-il continuer à délivrer un certificat Covid après un test? Dans la stratégie TGV - testé, guéri, vacciné - pour obtenir un pass, on pourrait renoncer au test si la situation sanitaire l'exigeait. Il faudrait être soit guéri, soit vacciné pour y accéder. La Task force de la Confédération l'envisage. Certains cantons également, à l’image de Berne. Le cas échéant, ce serait au Conseil fédéral de trancher.

- En moyenne sur les deux dernières semaines, 984 personnes par jour ont été contaminées. C'est la première fois depuis le début de la 4e vague début août que ce nombre repasse sous la barre des 1000.

Suivi assuré par RTSinfo

20h40

Lancement de campagne pour les opposants à la loi Covid

Le vaccin est la condition principale pour obtenir le certificat sanitaire, sur lequel le peuple suisse votera le 28 novembre prochain. La loi Covid soumise au peuple inclut en effet ce passeport Covid, que les opposants jugent discriminatoire.

>> Lire à ce sujet: Les opposants à la loi Covid craignent un "apartheid sanitaire"

Le Comité référendaire estime en effet que le pass sanitaire créerait une discrimination anticonstitutionnelle entre vaccinés et non-vaccinés. Il craint aussi que l’utilisation du certificat Covid mène à une surveillance de masse.

Dans le camp des partisans de la loi Covid, on juge au contraire que le pass est un instrument pour permettre un retour à la vie normale.

>> Revoir les explications du 19h30:

Le comité référendaire contre la loi Covid-19 a lancé sa campagne en vue de la votation du 28 novembre prochain. [RTS]
Le comité référendaire contre la loi Covid-19 a lancé sa campagne en vue de la votation du 28 novembre prochain. / 19h30 / 2 min. / le 12 octobre 2021

>> Et l'interview d'Agnès Aedo, porte-parole des "Amis de la Constitution" et opposée à cette loi Covid:

Les réactions d’Agnès Aedo, porte-parole des "Amis de la Constitution". [RTS]
Les réactions d’Agnès Aedo, porte-parole des "Amis de la Constitution". / 19h30 / 3 min. / le 12 octobre 2021

20h35

Vaccination possible dans les cycles d'orientation genevois

Après Zurich, l'Argovie ou encore les Grisons, la vaccination sera bientôt disponible dans les cycles d'orientation du canton de Genève.

Le canton devient le premier en Suisse romande à proposer la vaccination dans les écoles. Une mesure qui passe pour l'instant plutôt bien, tant auprès des parents que des enseignants. Car comme le rappelle la fédération des associations de parents d'élèves, l'idée n'est pas nouvelle.

>> Revoir le reportage du 19h30:

Après Zurich, l'Argovie ou les Grisons, Genève propose aux adolescents de se faire vacciner directement dans les écoles. [RTS]
Après Zurich, l'Argovie ou les Grisons, Genève propose aux adolescents de se faire vacciner directement dans les écoles. / 19h30 / 1 min. / le 12 octobre 2021

17h15

Le CHUV et l'EPFL découvrent un anticorps neutralisant contre le Covid-19

Le CHUV et l'EPFL ont fait une importante découverte pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Ils ont trouvé un anticorps monoclonal très puissant ciblant la protéine Spike du SARS-CoV-2, l'actuel coronavirus. Il peut largement neutraliser ses différents variants.

"Le développement de ce nouvel anticorps neutralisant marque une étape décisive dans la lutte contre la pandémie de Covid-19", indiquent mardi le CHUV et l'EPFL dans un communiqué commun. "Il ouvre la voie à une amélioration de la prise en charge des formes sévères de la maladie et à de nouvelles mesures prophylactiques prometteuses, en tant que médicament, en particulier pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli", disent-ils.

L'anticorps découvert pourrait aussi être utilisé dans le cadre d'une thérapie combinée pour réduire la sévérité de la maladie chez les personnes infectées par le SARS-CoV-2, affirment-ils. Les essais cliniques doivent démarrer fin 2022.

>> Lire à ce sujet: Le CHUV et l'EPFL ont découvert un super anticorps neutralisant contre le Covid-19

>> Et le reportage du 19h30:

Le CHUV et l'EPFL ont découvert un anticorps monoclonal très efficace contre le Covid-19. [RTS]
Le CHUV et l'EPFL ont découvert un anticorps monoclonal très efficace contre le Covid-19. / 19h30 / 2 min. / le 12 octobre 2021

15h05

Contrôles intensifiés dans les centres de tests privés

Des contrôles ont montré certains manquements dans les centres de tests privés. Les cantons intensifient leurs contrôles dans ces établissements, a indiqué Linda Nartey, médecin cantonal bernois, devant les médias.

Les offres moins onéreuses de tests sont bienvenues, a relevé Linda Nartey. Mais les tests doivent être menés dans les conditions correctes. Et la médecin cantonal de rappeler que la présence d'un professionnel de la santé, à savoir un médecin, un pharmacien ou un laborantin, est nécessaire lors des tests par voie nasale.

Or ce n'est pas toujours le cas, comme l'ont montré des contrôles. Les cantons exigent d'abord des explications à ces manquements, avant d'éventuellement fermer les établissements. Les conditions seront précisées là où elles peuvent être encore floues, a-t-elle ajouté.

Concernant la vaccination, la médecin cantonal a rappelé que divers moyens de vaccination sont désormais à disposition de la population. Outre les centres de tests, des équipes mobiles et des pop ups sont mis sur pied. Le vaccin Johnson & Johnson est également disponible. Mais la demande est encore très restreinte.

14h35

Une stabilisation à "haut niveau"

Avec un nombre de nouveaux cas de coronavirus en recul, la situation est relativement bonne en Suisse, selon Patrick Mathys, expert de l'OFSP. Une stabilisation à "un haut niveau" semble se dessiner. Le virus circule particulièrement chez les jeunes de moins de 20 ans.

Dans certains cantons, notamment dans la région alpine, le nombre d'infections est cependant à nouveau à la hausse. Mais on ne peut pas encore parler d'un renversement de la tendance, a indiqué le chef de section Gestion de crise et collaboration internationale de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) mardi devant les médias.

Les incidences les plus fortes parmi les jeunes

Les incidences les plus fortes se rencontrent auprès d'une population jeune et mobile, a ajouté Patrrick Mathys. Chez les jeunes entre 10 et 19 ans, l'incidence est de 50% plus élevée que dans les catégories suivantes. L'épidémie pourrait repartir à la hausse après les vacances d'automne et le retour des températures plus fraîches dans la population la moins âgée.

Dans les unités de soins intensifs, la situation reste tendue. Environ 17% des lits sont encore occupés par des patients Covid-19. L'âge médian des patients hospitalisés à cause du Covid-19 est de 57 ans. La majorité n'est pas vaccinée.

14h05

Moins d'un millier de nouveaux cas

La Suisse compte mardi 923 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore neuf décès supplémentaires et 39 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 23'882 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,86%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 13'040, soit 150,84 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,89. Les patients Covid-19 occupent 16,90% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 70,50%.

Au total 10'736'789 doses de vaccin ont été administrées et 60,73% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 12'517'425 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 851'609 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'235'990 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'762 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'156.

Le pays dénombre par ailleurs 8386 personnes en isolement et 5889 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

14h00

Nombre de tests en recul

Le nombre de test effectués est en recul, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) communiqués mardi, au lendemain de la fin de leur prise en charge par la Confédération.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 23'882 tests ont été transmis. Mardi dernier, l'OFSP avait indiqué que les résultats de 31'142 tests avaient été transmis durant les dernières 24 heures.

Les jours suivants, le nombre de tests dépassait à chaque fois la barre des 30'000 (mercredi: 32'538 / jeudi: 32'682 / vendredi: 36'447).

13h45

Budget lausannois impacté par la pandémie

Le budget 2022 de la Ville de Lausanne est à nouveau très marqué par la crise sanitaire. Son déficit se monte à 61,9 millions de francs, en baisse toutefois par rapport à 2021 (74,6 mio). Environ 40% sont imputables aux effets de la pandémie, soit 25 millions de francs.

Le budget est en amélioration de 19,3 millions de francs par rapport à 2021, ses charges sont "une nouvelle fois" maîtrisées (- 0,1%) et les revenus sont en légère croissance (+1%), a détaillé la municipale des finances Florence Germond. Elle a reconnu que le déficit restait malgré tout encore "très important".

Dans le détail, sur les 25 millions de l'effet Covid qui pèseront sur le résultat projeté l'an prochain, 13 millions concernent des pertes fiscales, 5,4 millions la contribution au déficit des transports publics et 5 millions la participation à la cohésion sociale. Le soutien à l'apprentissage ou l'appui financier à Lausanne Tourisme sont aussi évalués à environ 500'000 francs chacun.

Deux priorités

La mise en oeuvre du Plan climat communal est budgétée à 5,2 millions de francs. Il comprend notamment la subvention aux transports publics, le financement de l'unité climat et observatoire de l'environnement, le renforcement du transfert modal ainsi que le soutien à l'assainissement et à la rénovation de bâtiments.

S'agissant de la petite enfance, la Ville prévoit 429 places supplémentaires en pré- et parascolaire et 160 places à midi et 72 le soir en plus pour trois projets-pilotes d'accueil parascolaire en 7 et 8P. Leur montant total est évalué à 5,8 millions de francs. La création de 55 emplois à plein temps est prévue en lien avec l'accueil de jour.

12h55

Vaccins AstraZeneca partagés en Sierra Leone

Les premières doses du vaccin d'AstraZeneca partagées par la Suisse sont arrivées samedi dernier en Sierra Leone. Parmi les 4 millions promises au dispositif international Covax, ce premier chargement a acheminé 24'000 d'entre elles à Freetown.

Plus de 400'000 doses supplémentaires doivent être envoyées dans les prochaines semaines en Afrique et en Asie, avait précisé lundi l'Alliance mondiale du vaccin (GAVI) à Genève.

En Suisse, après avoir débloqué un soutien financier à Covax, le Conseil fédéral avait décidé fin juin que quatre millions de doses seraient partagées avec Covax.

Mais il avait fallu encore près de deux mois avant que les documents ne soient signés avec GAVI et le fabricant, pour garantir cet effort à un accès équitable au vaccin contre le coronavirus. Côté financier, la Suisse avait promis 20 millions de francs l'année dernière, auxquels se sont ajoutés 125 millions cette année, pour aider à acheter des doses pour les populations des pays pauvres.

Des centaines de millions de doses ont elles déjà été promises à Covax par plusieurs pays. Les acteurs de ce dispositif international s'attendent à en recevoir 1,5 milliard au total d'ici la fin de l'année et deux milliards en mars prochain.

10h30

L'opposition au second volet de la loi Covid affiche ses arguments

Les opposants et les opposantes à la loi Covid-19 ont présenté mardi leurs arguments contre les modifications de mars, qui seront soumises le 28 novembre au peuple. Ils dénoncent notamment la discrimination, la "vaccination forcée" ou encore une "surveillance de masse".

La loi "divise la société en deux", dénoncent-ils sur leur site Internet. Selon les groupes des "Amis de la Constitution", du "Réseau choix vaccinal", de "l'Alliance des cantons primitifs" et de "la Coupe est pleine", le passeport sanitaire est une "tactique pour forcer les citoyens à aller se faire vacciner". Certains peuvent même perdre leur emploi, assurent-ils.

Les opposants au texte voient encore dans la loi une extension des pouvoirs du Conseil fédéral aux dépens du Parlement et des citoyens.

Aides financières en jeu

Ces arguments ont déjà été réfutés par le gouvernement, qui rappelle que la loi Covid-19 est le principal instrument de lutte contre les conséquences sociales et économiques de la pandémie. Elle prolonge notamment plusieurs aides financières.

Si le référendum est accepté en novembre, plus aucun certificat ne pourra être émis à partir du 19 mars 2022. Toutes les autres adaptations de mars tomberont également à cette date. Les autres mesures contenues dans la loi Covid-19 seraient maintenues.

08h30

Un traitement prometteur enfin développé contre le Covid-19 ?

L'entreprise pharmaceutique Merck a demandé lundi l'autorisation en urgence, aux Etats-Unis, de son médicament Molnupiravir développé spécifiquement contre le Covid-19. Selon le laboratoire américain, cette simple pilule à administrer par voie orale dès le début de la maladie réduirait par deux les risques d'hospitalisation et de décès.

Depuis l'apparition du nouveau virus, les équipes scientifiques aux quatre coins de la planète tentent de trouver des molécules capables de diminuer les effets graves de la maladie. De nombreux traitements déjà existants ont été testés, comme le Remdesivir ou l'hydroxychloroquine, mais aucun n'a fait preuve d'efficacité, si bien que les laboratoires ont cherché à développer des traitements spécialement contre le SARS-CoV-2 et ses variants.

Il ne s'agira cependant pas d'un traitement miracle. En outre, les résultats des essais cliniques ne sont pas encore publiés, et on ne sait pas si le médicament sera indiqué pour tous les patients ou patientes. Le coût du traitement, près de 700 dollars, pourrait s'avérer également problématique.

>> Plus de détails:

Une salle de surveillance des patients en soins intensifs (HUG) [Olivier Hagon]Olivier Hagon
Une pilule pour lutter contre le coronavirus, la promesse des laboratoires américain Merck / La Matinale / 3 min. / le 12 octobre 2021

08h15

Les tests pourraient ne plus donner droit à un certificat Covid

Faut-il continuer à délivrer un certificat Covid après un test? Dans la stratégie TGV - testé, guéri, vacciné - pour obtenir un pass, on pourrait renoncer au test si la situation sanitaire l'exigeait. Il faudrait être soit guéri, soit vacciné pour y accéder. La Task force de la Confédération l'envisage. Certains cantons également, à l’image de Berne.

Le cas échéant, ce serait une décision du Conseil fédéral. Le gouvernement a suivi le débat dans les autres pays: cette stratégie de renoncer au test a déjà été adoptée en Autriche et dans certaines villes allemandes. Mais pour l'instant, le Conseil fédéral n'est pas prêt à faire le pas. Il préfère se concentrer sur les incitations à la vaccinations. Il dira mercredi quelles pistes il a retenues pour tenter de convaincre les vaccino-hésitants.

>> Le sujet de La Matinale:

Les tests pourraient ne plus donner droit à un certificat Covid. [Christian Beutler - KEYSTONE]Christian Beutler - KEYSTONE
Faut il continuer à délivrer un certificat COVID après un test? / La Matinale / 1 min. / le 12 octobre 2021

08h00

Première journée pour les tests payants

Les tests de dépistage Covid sont désormais payants, pour pouvoir accéder aux restaurants, cinémas, salles de sports ou musées. Mais avec cette nouvelle contrainte financière, les gens se font-ils toujours tester aussi volontiers? Reportage dans un centre de tests lausannois, pour voir comment s'est déroulée cette première journée.

>> Le reportage de La Matinale:

Depuis lundi, les tests sont payants. [Gaetan Bally - KEYSTONE]Gaetan Bally - KEYSTONE
Toute personne qui passe un test Covid (antigénique ou PCR) doit le payer de sa poche depuis lundi / La Matinale / 1 min. / le 12 octobre 2021

07h45

En Suisse romande, le prix des tests varie beaucoup

Le prix des tests antigéniques rapides, qui sont payants depuis lundi pour les personnes qui désirent obtenir un certificat Covid provisoire, n'est plus imposé par la Confédération. Chaque centre de test, cabinet médical ou pharmacie est libre de pratiquer son propre tarif.

Selon une enquête de la RTS en Suisse romande, le prix de ces tests est proche de la recommandation émise par la Confédération, soit 50 francs. Quelques-uns dépassent ce montant: un prix de 57 francs a ainsi été relevé dans une pharmacie de Sierre. Mais en moyenne, les officines, hôpitaux ou centres médicaux facturent 46 francs.

Pour l'heure, un phénomène généralisé de prix cassés n'a pas été observé, même si quelques très bonnes affaires en matière de dépistage ont été relevées dans des centres médicaux à Lyss (25 fr.) et surtout à Bienne (11 fr.), ce qui donne du grain à moudre à ceux qui dénoncent les prix trop élevés pratiqués en Suisse.

Charges administratives lourdes selon les pharmacies

D'autres pharmacies ont lancé un système de fidélité, avec le 5ème test gratuit dès 4 tests payants, ce qui ramène le coût moyen du test à 32 francs.

Achetés en gros, les dispositifs de test coûtent environ 7,70 fr./pièce. Mais "il y a beaucoup de saisie" derrière un test, s'est défendu lundi soir dans Forum un pharmacien lausannois. Il décrit des charges nombreuses et coûteuses en personnel et estime la marge finale à 30% environ, quelque chose de "conventionnel" dans ce secteur.

>> L'enquête de Forum sur le prix des tests:

Chaque prestataire peut dorénavant fixer le prix des tests Covid [RTS]
Chaque prestataire peut dorénavant fixer le prix des tests Covid / Forum / 2 min. / le 11 octobre 2021

07h30

La Suisse repasse sous la barre des 1000 cas par jour, une première depuis début août

Au cours des 14 derniers jours, 13'771 personnes ont contracté le Covid-19 en Suisse, soit 984 personnes par jour en moyenne. C'est la première fois que ce nombre repasse sous la barre des 1000 depuis le début du mois d'août.

Cette barre des 1000 contaminations (qui correspond à une incidence de nouveaux cas de 160) a déjà été franchie en Suisse à quatre reprises, la première en mars 2020 (1ère vague), la deuxième entre octobre 2020 et janvier 2021 (2ème vague), la troisième entre mars et mai 2021 (3ème vague) et la quatrième entre août et début octobre 2022 (4ème vague).

Le nombre maximal de décès enregistré au cours de ces 4 vagues a nettement baissé entre la 2ème et la 3ème. Entre ces deux vagues, les groupes à risque ont été vaccinés. Lors de la première vague, un maximum de 55 décès par jour (en moyenne sur 7 jours) a été enregistré. La deuxième vague a fait jusqu'à 95 décès par jour. La troisième, en revanche, n'a jamais dépassé les 12 décès par jour, et la quatrième les 8 décès.

Ainsi, si les différentes vagues de la pandémie sont toujours bien visibles sur le graphique du nombre de nouveaux cas, elles sont plus difficilement perceptibles sur le graphique du nombre de décès à partir de la troisième vague.

>> Nombre de cas:

Nombre de nouvelles contaminations au Covid-19 depuis le début de l'épidémie: [RTS - admin.ch]Nombre de nouvelles contaminations au Covid-19 depuis le début de l'épidémie: [RTS - admin.ch]

>> Nombre de décès:

Nombre de décès liés au Covid-19 depuis le début de l'épidémie: [RTS - admin.ch]Nombre de décès liés au Covid-19 depuis le début de l'épidémie: [RTS - admin.ch]

07h15

La gratuité des tests Covid prend fin ce lundi 11 octobre

Les tests rapides pour détecter le Covid-19 sont payant depuis ce lundi 11 octobre. Après avoir consulté les cantons, les partenaires sociaux et d'autres milieux, le Conseil fédéral a décidé de maintenir son cap: la gratuité des tests ne sera pas prolongée au-delà de lundi comme l'auraient souhaité plusieurs milieux, ainsi que des commissions parlementaires.

>> Les explications dans La Matinale:

Depuis ce lundi 11 octobre, toute personne qui passe un test Covid devra le payer de sa poche. Accès aux tests de dépistage et tarifs, RTSinfo répond aux principales questions.  [LAURENT GILLIERON - KEYSTONE]LAURENT GILLIERON - KEYSTONE
La gratuité des tests Covid prend fin ce lundi 11 octobre / La Matinale / 1 min. / le 11 octobre 2021

Exception pour les jeunes

Les tests resteront en revanche gratuits pour certains groupes. Les personnes qui ont reçu une dose de vaccin et sont de fait privées de certificat pourront profiter de la gratuité des tests rapides antigéniques et tests PCR salivaires groupés jusqu'à la fin novembre.

>> Lire aussi: Ce qui change dès ce lundi en Suisse pour les tests de dépistage du Covid-19

Et le dépistage pour toutes les personnes de moins de 16 ans restera gratuit. Les certificats pour les moins de 16 ans sont utiles pour partir à l'étranger comme en Italie, a rappelé le ministre de la santé Alain Berset.

Les familles n'ont ainsi pas à payer les tests exigés par certains pays pour les enfants. La gratuité jusqu'à 25 ans n'a en revanche pas été retenue, car les catégories deviennent difficilement justifiables, a indiqué le conseiller fédéral en réponse à une question.

>> Le reportage du 19h30:

En raison de la fin du remboursement des tests antigéniques depuis lundi, l’accès aux établissements publics coûte cher aux personnes non vaccinées. [RTS]
En raison de la fin du remboursement des tests antigéniques depuis lundi, l’accès aux établissements publics coûte cher aux personnes non vaccinées. / 19h30 / 2 min. / le 11 octobre 2021

06h45

Bientôt un vaccin anti-Covid-19 pour les moins de 12 ans

Tanja Stadler, la présidente de la Task force scientifique de la Confédération, lors de la conférence de presse de l'OFPS le 17 août 2021.  [Peter Klaunzer - Keystone]Tanja Stadler, la présidente de la Task force scientifique de la Confédération, lors de la conférence de presse de l'OFPS le 17 août 2021. [Peter Klaunzer - Keystone]Le vaccin contre le Covid-19 pour les moins de 12 ans devrait bientôt être commercialisé, estime la cheffe de la task force scientifique Covid-19 de la Confédération Tanja Stadler. Le fabricant Pfizer/Biontech a présenté des données préliminaires pour les enfants de 5 à 11 ans.

Les données devraient bientôt être soumises aux autorités sanitaires pour approbation, explique Tanja Stadler dans un entretien diffusé lundi par le journal alémanique Blick. Si le virus est moins dangereux pour les enfants que pour les personnes âgées, il existe aussi des formes graves de la maladie chez les enfants et le Covid long, ajoute-t-elle.

"Les enfants et leurs parents doivent avoir le choix de se faire vacciner ou non", déclare cette mère de deux enfants, qui les fera vacciner dès qu'il y aura une autorisation et une recommandation de l'autorité de surveillance Swissmedic.

"Difficiles" prévisions pour Noël

Elle espère qu'il y aura moins de foyers de coronavirus dans les écoles après les vacances d'automne. Après les vacances d'été, la population a été sensibilisée et il existe des restrictions supplémentaires pour les personnes non vaccinées lorsqu'elles voyagent, ajoute Tanja Stadler. Mais, poursuit-elle, avec le changement de saison, la circulation du SARS-CoV-2 ne va pas diminuer, mais augmenter.

Quant à savoir si les Suisses pourront fêter Noël normalement cette année, il est "difficile de faire des prévisions précises", indique-t-elle. La situation semble cependant plutôt bonne pour les personnes vaccinées ou immunisées, selon elle.

06h30

Retour sur la journée de lundi

La Suisse comptait lundi 2262 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore huit décès supplémentaires et 38 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 99'573 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 2,27%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 13'771, soit 159,3 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,89. Les patients Covid-19 occupent 16,70% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 72,60%.

Au total 10'711'332 doses de vaccin ont été administrées et 60,50% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 12'517'425 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 850'679 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'212'163 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'751 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'120.

Le pays dénombre par ailleurs 8434 personnes en isolement et 5932 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

>> Retour sur la journée de lundi: La Suisse repasse sous la barre des 1000 cas par jour, une première depuis début août

06h00

Le dossier

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus