Le suivi de la situation le 10 octobre. [Keystone]
Publié Modifié

La Suisse repasse sous la barre des 1000 cas par jour, une première depuis début août

- La Suisse a enregistré 2262 cas supplémentaires de Covid-19 entre vendredi et dimanche, indiquent les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore huit décès supplémentaires et 38 malades ont été hospitalisés. En moyenne sur les deux dernières semaines, 984 personnes par jour ont été contaminées. C'est la première fois depuis le début de la 4e vague début août que ce nombre repasse sous la barre des 1000.

- Un vaccin contre le SRAS-CoV-2 pour les moins de 12 ans devrait bientôt être commercialisé, estime la cheffe de la task force scientifique Covid-19 de la Confédération Tanja Stadler. Le fabricant Pfizer/Biontech a présenté des données préliminaires pour les enfants de 5 à 11 ans.

- Toute personne qui passe un test Covid (antigénique ou PCR) devra le payer de sa poche dès lundi s'il veut pouvoir bénéficier d'un certificat Covid temporaire. Seuls les moins de 16 ans et les personnes vaccinées pour la première fois ne sont pas concernés par cette nouvelle mesure.

- Alors que la campagne vaccinale s'essouffle, la question se pose d’étendre l'obligation du certificat Covid aux entreprises. Interrogé dans le 19h30 de la RTS dimanche, le directeur général de la Fédération des Entreprises Romandes Genève Blaise Matthey relève que les employeurs ne sont "plutôt pas favorables" à cette mesure.

- Les experts s'interrogent dans la presse dominicale sur le temps qu'il faudra encore passer avant de dompter le Covid-19. Sous conditions, un infectiologue zurichois table sur l'été 2022, alors que la scientifique en chef de l'OMS se montre moins optimiste.

Suivi assuré par RTSinfo

19h20

En Suisse romande, le prix des tests varie beaucoup

Le prix des tests antigéniques rapides, qui sont payants depuis lundi pour les personnes qui désirent obtenir un certificat Covid provisoire, n'est plus imposé par la Confédération. Chaque centre de test, cabinet médical ou pharmacie est libre de pratiquer son propre tarif.

Selon une enquête de la RTS en Suisse romande, le prix de ces tests est proche de la recommandation émise par la Confédération, soit 50 francs. Quelques-uns dépassent ce montant: un prix de 57 francs a ainsi été relevé dans une pharmacie de Sierre. Mais en moyenne, les officines, hôpitaux ou centres médicaux facturent 46 francs.

Pour l'heure, un phénomène généralisé de prix cassés n'a pas été observé, même si quelques très bonnes affaires en matière de dépistage ont été relevées dans des centres médicaux à Lyss (25 fr.) et surtout à Bienne (11 fr.), ce qui donne du grain à moudre à ceux qui dénoncent les prix trop élevés pratiqués en Suisse (lire aussi notre brève de 07h30).

Charges administratives lourdes selon les pharmacies

D'autres pharmacies ont lancé un système de fidélité, avec le 5ème test gratuit dès 4 tests payants, ce qui ramène le coût moyen du test à 32 francs.

Achetés en gros, les dispositifs de test coûtent environ 7,70 fr./pièce. Mais "il y a beaucoup de saisie" derrière un test, s'est défendu lundi soir dans Forum un pharmacien lausannois. Il décrit des charges nombreuses et coûteuses en personnel et estime la marge finale à 30% environ, quelque chose de "conventionnel" dans ce secteur.

>> L'enquête de Forum sur le prix des tests:

Chaque prestataire peut dorénavant fixer le prix des tests Covid [RTS]
Chaque prestataire peut dorénavant fixer le prix des tests Covid / Forum / 2 min. / le 11 octobre 2021

17h40

La Suisse repasse sous la barre des 1000 cas par jour, une première depuis début août

Au cours des 14 derniers jours, 13'771 personnes ont contracté le Covid-19 en Suisse, soit 984 personnes par jour en moyenne. C'est la première fois que ce nombre repasse sous la barre des 1000 depuis le début du mois d'août.

Cette barre des 1000 contaminations (qui correspond à une incidence de nouveaux cas de 160) a déjà été franchie en Suisse à quatre reprises, la première en mars 2020 (1ère vague), la deuxième entre octobre 2020 et janvier 2021 (2ème vague), la troisième entre mars et mai 2021 (3ème vague) et la quatrième entre août et début octobre 2021 (4ème vague).

Le nombre maximal de décès enregistré au cours de ces 4 vagues a nettement baissé entre la 2ème et la 3ème. Entre ces deux vagues, les groupes à risque ont été vaccinés. Lors de la première vague, un maximum de 55 décès par jour (en moyenne sur 7 jours) a été enregistré. La deuxième vague a fait jusqu'à 95 décès par jour. La troisième, en revanche, n'a jamais dépassé les 12 décès par jour, et la quatrième les 8 décès.

Ainsi, si les différentes vagues de la pandémie sont toujours bien visibles sur le graphique du nombre de nouveaux cas, elles sont plus difficilement perceptibles sur le graphique du nombre de décès à partir de la troisième vague.

>> Nombre de cas:

Nombre de nouvelles contaminations au Covid-19 depuis le début de l'épidémie: [RTS - admin.ch]Nombre de nouvelles contaminations au Covid-19 depuis le début de l'épidémie: [RTS - admin.ch]

>> Nombre de décès:

Nombre de décès liés au Covid-19 depuis le début de l'épidémie: [RTS - admin.ch]Nombre de décès liés au Covid-19 depuis le début de l'épidémie: [RTS - admin.ch]

16h45

La Foire du Valais 2021 a été un "réel succès" malgré une affluence en baisse

La cuvée 2021 de la Foire du Valais a attiré 169'177 visiteurs durant ses dix jours d'ouverture. Malgré cette fréquentation en baisse de 27,6% par rapport à 2019, année record, les organisateurs estiment lundi dans un communiqué que l'édition 2021, qui a fermé ses portes dimanche, est "un réel succès". Elle s'inscrit dans les scénarios "les plus optimistes envisagés" et permet "d'imaginer sereinement l'avenir de l'institution Foire du Valais".

Quelque quatorze mille tests Covid ont été effectués, indique aussi le directeur de la foire Samuel Bonvin dans l'édition de lundi du quotidien Le Nouvelliste. "Moins de 15 étaient positifs", précise-t-il.

Le Covid a coûté 250'000 francs

Il souligne que l'exigence du certificat Covid a été bien accueillie, plus facilement qu'attendu. "A l'entrée, les gens avaient déjà sorti leur carte d'identité et leur application" avant le passage des postes de contrôle.

Ces mesures anti-Covid-19 ont cependant eu un coût, "en personnel, infrastructures, communication et matériel", soit près de 250'000 francs, précise le directeur de la foire. "Ce chiffre englobe également les infrastructures du centre de tests qui nous ont coûté 60'000 francs". La prochaine édition se tiendra du 30 septembre au 9 octobre 2022.

16h10

Pas de "Nez Rouge" à Neuchâtel à Noël et Nouvel An

Pour la deuxième année consécutive, l'opération Nez Rouge n'aura pas lieu dans le canton de Neuchâtel durant les fêtes de fin d’année, a annoncé lundi son comité directeur. Il a pris cette décision à l'unanimité.

Le comité aurait dû exiger un certificat Covid de tous ses bénévoles, ce qu'il n’a pas voulu faire, a déclaré lundi le président de Nez Rouge Neuchâtel Alain Müller sur les ondes de RTN. "Nous ne voulions pas scinder les bénévoles en deux. C'était difficile à mettre en place et on ne voulait pas créer une ségrégation entre eux", a-t-il expliqué.

Solution en discussion pour les soupers d'entreprise

L'organisation a songé à mettre en place des petits groupes qui partiraient directement de leur propre domicile, mais y a renoncé pour "ne pas perdre l'essence même de la section" neuchâteloise, à savoir un repas partagé "et un gros moment de convivialité pour les bénévoles" en début de soirée.

Les discussions sont aussi en cours pour éventuellement proposer des services de raccompagnement aux entreprises pour leur souper de fin d'année.

Il y a quelques jours, la section Jura bernois avait elle aussi annoncé l'annulation de l'opération de fin d'année.

15h00

La Suisse compte 2262 nouveaux cas de Covid-19 en 72 heures

La Suisse compte lundi 2262 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore huit décès supplémentaires et 38 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 99'573 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 2,27%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 13'771, soit 159,3 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,89. Les patients Covid-19 occupent 16,70% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 72,60%.

Au total 10'711'332 doses de vaccin ont été administrées et 60,50% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 12'517'425 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 850'679 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'212'163 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'751 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'120.

Le pays dénombre par ailleurs 8434 personnes en isolement et 5932 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

14h20

Retard dans la publication des nouveaux cas

La publication des chiffres quotidiens de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) en lien avec le Covid-19 a connu un retard d'une durée indéterminée lundi. Un problème technique en est la cause, selon l'OFSP.

09h15

Les touristes non-vaccinés, nouvelle cible pour les stations de ski

Les non-vaccinés deviennent un marché à ne pas rater pour les stations de ski, puisqu'ils représentent tout de même 43% de la population. Arosa, Grindelwald, Gstaad, Crans-Montana ou encore St-Moritz ont déjà mis en place leur propre centre de tests, révélait vendredi le Tages Anzeiger.

Qu'en est-il du côté romand? En Valais, par exemple, des centres de tests en station feront clairement partie de l'offre cet hiver. D'ailleurs, c'est déjà le cas depuis quelques jours à Zermatt, à Saas-Fee ou à Crans-Montana. "Pour donner le meilleur accès aux certificats Covid, nous mettons à disposition des centres de tests dans les destinations", explique le directeur de Valais-Wallis Promotion Damian Constantin, lundi dans La Matinale.

Avant d'ajouter: "Mais nous partons du principe que les remontées mécaniques seront traitées comme les transports publics, donc qu'il n'y aura pas besoin de certificat Covid."

L'obligation du certificat Covid en suspens

Dans le canton de Vaud, l'idée de monter des centres de tests sur place fait aussi son chemin. Par contre, aux Paccots, dans le canton de Fribourg, des centres de tests sur place ne sont pour l'instant pas à l'ordre du jour.

Le certificat Covid obligatoire pour skier fait débat. La question n'est pas encore tranchée. La Suisse pourrait aussi très vite se retrouver sous pression de ses voisins avec qui elle partage certains domaines skiables. En effet, l'Italie et l'Autriche imposeront le document. La France, elle, résiste encore.

>> Les précisions dans La Matinale:

Des skieurs sans la station de ski de Verbier. [Jean-Christophe Bot - Keystone]Jean-Christophe Bot - Keystone
Les touristes non-vaccinés, nouvelle cible pour les stations de sports d'hiver / La Matinale / 1 min. / le 11 octobre 2021

08h30

Toutes les entreprises ne profitent pas du retour de la croissance

La croissance est de retour en Suisse. D'ailleurs, le produit intérieur brut (PIB) devrait augmenter de 3,2% cette année. Mais derrière ce chiffre réjouissant, il y a des réalités plus contrastées.

Une partie des entreprises n'arrivent en effet pas à sortir la tête de l'eau et elles ne font pas les grands titres. C'est le cas de la menuiserie Mathez dans le Chablais. Elle se portait bien, quand la crise a éclaté, puis des chantiers ont été annulés.

"J'ai vidé mes comptes pour payer les loyers, les factures, les charges. Les comptes sont à secs. Avant de me retrouver en poursuite, j'ai préféré tout arrêter", explique le patron Stéphane Matthey lundi dans La Matinale.

10% de faillites en plus en 2022

Ce n'est pas un cas unique. Mais comment expliquer ce contraste entre ces destins brisés et l'économie qui se porte plutôt bien? Car il ne s'agit pas de grandes entreprises, de fleurons de l'économie, mais de petites sociétés, d'indépendants. Ils sont très nombreux en Suisse, mais ils ne pèsent pas lourd.

L'espérance de vie de ces petits commerces est assez brève. Beaucoup d'entreprises se vendent et s'achètent chaque année. Jusqu'ici, les faillites avaient plongé grâce au gel des poursuites et aux mesures de soutien de l'Etat. Mais elles ont recommencé à augmenter.

La Suisse est l'un des premiers pays à connaître ce rebond, selon la société Euler Hermes, du groupe Allianz. Elle prédit même une augmentation de 10% l'an prochain.

>> Les explications dans La Matinale:

Ces entreprises qui ne parviennent pas à sortir de la crise malgré la reprise économique (vidéo) [RTS]
Ces entreprises qui ne parviennent pas à sortir de la crise malgré la reprise économique (vidéo) / La Matinale / 3 min. / le 11 octobre 2021

08h15

Faut-il arrêter d'essayer de convaincre les gens à se faire vacciner?

"Stoppez l'exercice. Nous avons fait tout ce que nous pouvions." Le médecin cantonal d'Appenzell Rhodes-Intérieures Markus Schmidli baisse les bras face à la vaccination contre le Covid-19.

Dans le Sonntagsblick de dimanche, il estime avoir fait tout ce qu'il pouvait pour convaincre la population appenzelloise à se faire vacciner. "Ceux qui le voulaient ont été vaccinés. Les autres n'en veulent pas", ajoute-t-il.

Markus Schmidli rappelle que samedi dernier moins de 20 personnes sont venues se faire vacciner, dans un canton qui compte environ 20'000 habitants.

Alors, faut-il arrêter d'essayer de convaincre les gens à se faire vacciner? Les avis sont partagés sous la Coupole fédérale.

>> "Il faut encore essayer de convaincre", estime la conseillère aux Etats Johanna Gapany (PLR/FR) dans La Matinale:

Johanna Gapany. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Fin de la gratuité des tests: "il faut encore essayer de convaincre", estime Johanna Gapany / La Matinale / 48 sec. / le 11 octobre 2021

>> Pour le conseiller national Albert Rösti (UDC/BE), il est temps d'arrêter l'incitation à la vaccination. Son interview dans La Matinale:

Le conseiller national Albert Rösti (UDC/BE) [Walter Bieri - Keystone]Walter Bieri - Keystone
Fin de la gratuité des tests: Pour Albert Rösti, il est temps d'arrêter l'incitation à la vaccination / La Matinale / 1 min. / le 11 octobre 2021

08h00

Les pharmacies n'auront pas un rôle de gendarme, estime un responsable

Alors que la gratuité du dépistage du Covid-19 prend fin lundi, les pharmacies s'attendent à une nette diminution des inscriptions pour les tests. "Dans mon planning sur sept semaines, je remarque déjà une diminution des inscriptions en début de semaine; la fin de semaine, du jeudi au samedi, restant des jours où il y a des fortes demandes pour des tests", indique Christophe Berger, président de la Société vaudoise des pharmacies, lundi dans La Matinale.

Juste avant cela, les pharmacies ont enregistré une brève augmentation des inscriptions aux tests, "pour profiter encore de la gratuité", précise le responsable.

>> L'interview de Christophe Berger dans La Matinale:

Fin de la gratuité des tests Covid pour les non-vaccinés: interview de Christophe Berger (vidéo) [RTS]
Christophe Berger commente la fin de la gratuité des tests Covid pour les non-vaccinés (vidéo) / La Matinale / 8 min. / le 11 octobre 2021

Pour les personnes avec des symptômes, qui doivent continuer de pouvoir se faire tester gratuitement selon la volonté de la Confédération, un document sera émis attestant de la positivité ou de la négativité au virus, mais ce dernier ne pourra pas faire office de certificat sanitaire, et sera dépourvu du fameux QR-code d'identification, explique Christophe Berger.

"Pas de QR-code" pour les visites dans un EMS ou un hôpital

Une autre exception, elle aussi gratuite, prévue pour les personnes désireuses de rendre visite à un proche dans un EMS ou un hôpital sera traitée de la même manière: "On donnera à ces personnes des attestations sur leur positivité ou négativité, mais pas le QR-code", précise-t-il.

Le pharmacien ne s'attend toutefois pas à une recrudescence de tensions ou d'incivilités, ni à devoir arbitrer des situations compliquées. "Je n'ai pas l'impression que les pharmaciens feront la police, car lorsque l'on fait le test, on émet différents documents, et il est assez clair quel document on émet à quel moment. Je pense en revanche qu'on aura un rôle d'explication des différences de prise en charge, même si de manière générale, les gens sont déjà très bien informés."

07h30

Les tests sont "trop chers", dénonce la Fédération romande des consommateurs

Dès ce lundi 11 octobre, les tests gratuits, c'est fini en Suisse, sauf pour les moins de 16 ans, pour les personnes qui ont des symptômes ou pour ceux qui sont en attente de leur seconde dose de vaccin.

Le prix de référence actuellement est d'environ 50 francs pour un test. Ce qui est beaucoup "trop cher" pour le responsable Santé de la Fédération romande des consommateurs (FRC) Yannis Papadaniel. "Il est légitime de demander des prix plus raisonnables", estime-t-il lundi dans La Matinale. "Finalement, nous avons affaire à un phénomène qu'on rencontre aussi pour d'autres dispositifs médicaux ou de denrées de santé en Suisse: les prix sont toujours plus chers."

Selon lui, cet îlot de cherté s'explique "en partie" par le prix des analyses en laboratoire, car les salaires sont plus élevés. "Mais le décalage en matière de salaire ne justifie pas tout. Parce qu'il y a aussi du matériel, par exemple le réactif du test, qui est vendu plus cher sans que cela se justifie."

>> L'interview complète de Yannis Papadaniel dans La Matinale:

Yannis Papadaniel,  responsable santé à la FRC. [RTS]RTS
Fin de la gratuité des tests: le prix pour les consommateurs est trop élevé, selon le responsable Santé de la FRC / La Matinale / 1 min. / le 11 octobre 2021

07h15

La gratuité des tests Covid prend fin ce lundi 11 octobre

Les tests rapides pour détecter le Covid-19 sont payant depuis ce lundi 11 octobre. Après avoir consulté les cantons, les partenaires sociaux et d'autres milieux, le Conseil fédéral a décidé de maintenir son cap: la gratuité des tests ne sera pas prolongée au-delà de lundi comme l'auraient souhaité plusieurs milieux, ainsi que des commissions parlementaires.

>> Les explications dans La Matinale:

Depuis ce lundi 11 octobre, toute personne qui passe un test Covid devra le payer de sa poche. Accès aux tests de dépistage et tarifs, RTSinfo répond aux principales questions.  [LAURENT GILLIERON - KEYSTONE]LAURENT GILLIERON - KEYSTONE
La gratuité des tests Covid prend fin ce lundi 11 octobre / La Matinale / 1 min. / le 11 octobre 2021

Exception pour les jeunes

Les tests resteront en revanche gratuits pour certains groupes. Les personnes qui ont reçu une dose de vaccin et sont de fait privées de certificat pourront profiter de la gratuité des tests rapides antigéniques et tests PCR salivaires groupés jusqu'à la fin novembre.

>> Lire aussi: Ce qui change dès ce lundi en Suisse pour les tests de dépistage du Covid-19

Et le dépistage pour toutes les personnes de moins de 16 ans restera gratuit. Les certificats pour les moins de 16 ans sont utiles pour partir à l'étranger comme en Italie, a rappelé le ministre de la santé Alain Berset.

Les familles n'ont ainsi pas à payer les tests exigés par certains pays pour les enfants. La gratuité jusqu'à 25 ans n'a en revanche pas été retenue, car les catégories deviennent difficilement justifiables, a indiqué le conseiller fédéral en réponse à une question.

>> Le reportage du 19h30 lundi:

En raison de la fin du remboursement des tests antigéniques depuis lundi, l’accès aux établissements publics coûte cher aux personnes non vaccinées. [RTS]
En raison de la fin du remboursement des tests antigéniques depuis lundi, l’accès aux établissements publics coûte cher aux personnes non vaccinées. / 19h30 / 2 min. / le 11 octobre 2021

07h00

La Journée oser tous les métiers à nouveau entre parenthèses

La Journée oser tous les métiers (JOM), qui aura lieu le 11 novembre prochain, se heurte une nouvelle fois aux restrictions liées à la pandémie de Covid-19. En effet, certains employeurs renoncent à accueillir des jeunes sur leur site pour la JOM, dont l'objectif est de permettre aux jeunes d'aller dans une entreprise pour découvrir un métier.

Ainsi, le CHUV n'accueillera pas d'élèves, tout comme la RTS, "afin de protéger le personnel et la capacité de production du service public". D'autres entreprises ont choisi un modèle hybride. Les employés d'UBS pourront emmener leurs enfants, mais pas leurs neveux ou leurs voisins, et la banque renonce aux ateliers en groupe.

Journée virtuelle pour les CFF

De leur côté, les CFF misent sur un événement uniquement virtuel. "Les sites des CFF sont assez sensibles, explique le porte-parole des CFF Frédéric Revaz, lundi dans La Matinale. Si on a des cas de Covid-19 dans les ateliers, par exemple, on peut rapidement avoir des répercussions qui pourraient avoir comme conséquences des suppressions de trains."

Du côté de l'école, on estime que cette journée est essentielle, comme toutes les autres activités organisées dans le cadre scolaire. "C'est vraiment important que les entreprises qui participent à ces manifestations puissent revenir, autrement, on aura des enfants qui n'auront pas eu accès à ces activités pendant plus de deux ans. Et c'est très dommageable pour la suite de leur parcours", estime la conseillère d'Etat vaudoise en charge de la Formation Cesla Amarelle.

>> Les explications dans La Matinale:

Un infirmier montre son métier en expliquant le fonctionnement d'un robot patient "Jean-Pierre" a des enfants lors d'un atelier de la Journée Oser tous les métiers ce jeudi 12 novembre 2015 dans les locaux du Centre des pratiques de la Haute Ecole de la Santé La Source à Lausanne. [LAURENT GILLIERON - KEYSTONE]LAURENT GILLIERON - KEYSTONE
La journée des métiers pour les jeunes se heurte à nouveau aux restrictions liées à la pandémie / La Matinale / 1 min. / le 11 octobre 2021

06h45

Bientôt un vaccin anti-Covid-19 pour les moins de 12 ans

Tanja Stadler, la présidente de la Task force scientifique de la Confédération, lors de la conférence de presse de l'OFPS le 17 août 2021.  [Peter Klaunzer - Keystone]Tanja Stadler, la présidente de la Task force scientifique de la Confédération, lors de la conférence de presse de l'OFPS le 17 août 2021. [Peter Klaunzer - Keystone]Le vaccin contre le Covid-19 pour les moins de 12 ans devrait bientôt être commercialisé, estime la cheffe de la task force scientifique Covid-19 de la Confédération Tanja Stadler. Le fabricant Pfizer/Biontech a présenté des données préliminaires pour les enfants de 5 à 11 ans.

Les données devraient bientôt être soumises aux autorités sanitaires pour approbation, explique Tanja Stadler dans un entretien diffusé lundi par le journal alémanique Blick. Si le virus est moins dangereux pour les enfants que pour les personnes âgées, il existe aussi des formes graves de la maladie chez les enfants et le Covid long, ajoute-t-elle.

"Les enfants et leurs parents doivent avoir le choix de se faire vacciner ou non", déclare cette mère de deux enfants, qui les fera vacciner dès qu'il y aura une autorisation et une recommandation de l'autorité de surveillance Swissmedic.

"Difficiles" prévisions pour Noël

Elle espère qu'il y aura moins de foyers de coronavirus dans les écoles après les vacances d'automne. Après les vacances d'été, la population a été sensibilisée et il existe des restrictions supplémentaires pour les personnes non vaccinées lorsqu'elles voyagent, ajoute Tanja Stadler. Mais, poursuit-elle, avec le changement de saison, la circulation du SARS-CoV-2 ne va pas diminuer, mais augmenter.

Quant à savoir si les Suisses pourront fêter Noël normalement cette année, il est "difficile de faire des prévisions précises", indique-t-elle. La situation semble cependant plutôt bonne pour les personnes vaccinées ou immunisées, selon elle.

LUNDI 11 OCTOBRE

Moins de 15 tests positifs au Covid-19 à la Foire du Valais

Les mesures anti-coronavirus ont coûté près de 250'000 francs à la Foire du Valais, qui a fermé ses portes dimanche, indique son directeur Samuel Bonvin dans Le Nouvelliste. Quatorze mille tests contre le Covid-19 ont été effectués durant les dix jours d'ouverture.

"Moins de 15 étaient positifs", précise Samuel Bonvin, interrogé lundi dans le journal valaisan. Il souligne que l'exigence du certificat Covid a été bien accueillie, plus facilement qu'attendu. "A l'entrée, les gens avaient déjà sorti leur carte d'identité et leur application" avant le passage des postes de contrôle.

Ces mesures anti-coronavirus ont cependant eu un coût, "en personnel, infrastructures, communication et matériel", soit près de 250'000 francs, précise-t-il. "Ce chiffre englobe également les infrastructures du centre de tests qui nous ont coûté 60'000 francs".

>> Revoir le reportage du 19h30:

Un goût de liberté retrouvée à Martigny à l’occasion de la Foire du Valais, dont l’organisation est conditionnée à un strict plan de protection sanitaire [RTS]
Un goût de liberté retrouvée à Martigny à l’occasion de la Foire du Valais, dont l’organisation est conditionnée à un strict plan de protection sanitaire / 19h30 / 2 min. / le 3 octobre 2021

19h45

Le certificat Covid aussi pour les entreprises?

Nécessaire pour se rendre au restaurant, au théâtre ou encore au cinéma, le certificat Covid est maintenant entré dans nos vies. La question se pose désormais d’étendre son application pour les entreprises.

Interrogé dans le 19h30 de la RTS, Blaise Matthey, directeur général de la Fédération des Entreprises Romandes Genève, serait personnellement favorable à l’usage du certificat Covid au sein des entreprises.

Toutefois, celui qui est également membre des comités d’Economiesuisse et de l’Union Patronale Suisse (UPS), ainsi que de l'Union suisse des arts et métiers (USAM), relève que les employeurs ne sont "plutôt pas favorables" à cette extension. "On a consulté les membres de l’union des associations patronales genevoises vendredi à ce sujet, il y a clairement des réticences à généraliser le certificat", relate-t-il.

Blaise Matthey comprend cette position, car cette introduction peut être compliquée à mettre en place. "Les prescriptions des autorités fédérales pour introduire un certificat Covid dans les entreprises sont telles que je ne peux pas le recommander aux entreprises", explique-t-il.

Dès lors, le représentant patronal appelle à des directives plus claires de la part du Conseil fédéral. "On a les dispositions, mais sans explications, donc ça met les entreprises dans le flou le plus total et ça n’est pas acceptable", dénonce-t-il.

>> Ecouter son interview dans le 19h30:

Blaise Matthey réagit au certificat Covid obligatoire dans le monde du travail [RTS]
Blaise Matthey réagit au certificat Covid obligatoire dans le monde du travail / 19h30 / 5 min. / le 10 octobre 2021

19h30

Les tests payants dès lundi

Toute personne qui passe un test Covid devra le payer de sa poche dès lundi. Seuls les moins de 16 ans et les personnes vaccinées pour la première fois ne sont pas concernés par cette nouvelle mesure.

>> Voir le sujet du 19h30 sur l'impact de cette nouvelle sur les centres de test et de vaccination:

À partir de lundi, les tests Covid deviennent payants, mais il n'y a pas eu de ruée dans les centres de tests et de vaccination [RTS]
À partir de lundi, les tests Covid deviennent payants, mais il n'y a pas eu de ruée dans les centres de tests et de vaccination / 19h30 / 2 min. / le 10 octobre 2021

Les tests répétés dans les écoles et dans les entreprises resteront gratuits. Si la majorité de la population est favorable à l'obligation de payer, l'UDC et les milieux économiques en particulier s'y opposent.

Les plus de 16 ans risquent de souffrir du fait qu'ils devront puiser davantage dans leur porte-monnaie s'ils veulent sortir. Depuis le 13 septembre, un certificat Covid est déjà obligatoire pour entrer dans les restaurants, les théâtres, les salles de concert, les cinémas ainsi que pour tous les loisirs en salle, sportifs compris.

A la mi-septembre, le groupe parlementaire de l'UDC au Parlement fédéral s'était opposé à des tests obligatoires dans une motion, à laquelle se sont joints des représentants des Verts, du PS et du Centre. L'argument principal: les personnes à faibles revenus seraient les plus durement touchées. Et surtout, la restauration et l'hôtellerie continueraient de payer le prix fort.

"Les tests n'immunisent pas les gens"

Le Conseil fédéral est passé à l'"offensive vaccinale" le 1er octobre: les 150 millions de francs suisses que le Conseil fédéral veut y consacrer sont "un très bon investissement", selon le conseiller fédéral en charge de la Santé Alain Berset. Surtout si l'on considère les 50 millions de francs que la Confédération consacre chaque semaine aux tests, alors que "ceux-ci n'immunisent personne".

Cette "offensive vaccinale" repose sur plusieurs piliers: une semaine nationale de vaccination, une augmentation de 50 à 220 bus de vaccination pour un accès à bas seuil, et un nouveau service avec environ 1700 conseillères et conseillers formés pour des entretiens individuels.

Le Conseil fédéral veut également inciter les entreprises et les institutions à effectuer des tests régulièrement. Malgré l'ampleur de cette offensive, une décision de vaccination négative serait "bien sûr respectée".

L'idée, qu'Alain Berset lui-même a qualifiée de "non conventionnelle" - le versement de 50 francs pour chaque nouvelle personne disposée à se faire vacciner sous la forme d'un bon - a été rejetée par les cantons. Ce n'est pas une bonne incitation, selon eux.

Certificat obligatoire dans les stations de ski

Le secteur du tourisme a besoin de pouvoir planifier à long terme, en offrant la meilleure sécurité sanitaire possible. Certaines stations de ski ont d'ores et déjà annoncé leur exigence du certificat Covid pour dévaler leurs pistes enneigées.

18h30

Une immunité vaccinale à deux vitesses?

Les cantons ne vaccinent pas à la même vitesse, au point que certains se montrent résignés. En Suisse alémanique, certains cantons baissent les bras face à la vaccination. Il faut "stopper l'exercice", affirme aujourd’hui le médecin cantonal d'Appenzell Rhodes-Intérieures dans le Sonntagsblick. Il estime avoir fait tout ce qu'il pouvait pour convaincre la population appenzelloise à se faire piquer.

En moyenne, presque deux tiers des Suisses sont vaccinés, si l'on tient aussi compte des enfants. En revanche, en Appenzell Rhodes-Intérieures, ils ne sont qu'un peu plus de la moitié à l'être.

>> Les explications de Muriel Ballaman dans Forum:

Vaccination en Suisse: une immunité à 2 vitesses? [RTS]
Vaccination en Suisse: une immunité à 2 vitesses? / Forum / 2 min. / le 10 octobre 2021

Interrogé dans Forum, le conseiller aux Etats du canton de Saint-Gall Benedikt Würth estime quant à lui qu'il faudrait plutôt "renforcer les mesures de vaccination".

L'élu du Centre explique la différence du taux de vaccination entre cantons romands et suisses alémaniques par les "différences culturelles entre les régions urbaines et rurales". Plutôt que de se résigner, le conseiller aux Etats appelle ainsi à renforcer les mesures pour ces régions rurales.

>> Revoir l'interview de Benedikt Würth, conseiller aux Etats st-gallois:

Certains cantons ne veulent pas continuer la campagne de vaccination: interview de Benedikt Würth [RTS]
Certains cantons ne veulent pas continuer la campagne de vaccination: interview de Benedikt Würth / Forum / 5 min. / le 10 octobre 2021

16h15

Près de 200 amendes distribuées

Près de 200 amendes ont été distribuées depuis le 20 septembre à des personnes n'ayant pas le formulaire obligatoire pour entrer en Suisse, instauré par les nouvelles règles contre le coronavirus, selon la SonntagsZeitung, qui se base sur des données de l'administration fédérale des douanes. Tout contrevenant encourt une amende de 100 francs.

Frontière franco-suisse à Thonex. [Christian Beutler - Keystone]Frontière franco-suisse à Thonex. [Christian Beutler - Keystone]Sara Stalder, directrice de l'association alémanique de protection des consommateurs SKS, se montre critique face aux données récoltées par les autorités. "Même le numéro du passeport ou de la carte d'identité ainsi que le lieu de départ et le numéro d'immatriculation du véhicule sont enregistrés", note-t-elle.

Elle s'insurge en outre contre la transmission de ces données aux autorités sanitaires cantonales. Elle réclame que les cantons ne puissent pas avoir accès à toutes ces informations.

16h00

La science médicale peine à recruter

La science médicale peine à recruter avec le coronavirus, assure la SonntagsZeitung. De nombreux patients refusent de participer à la recherche, indique dans le journal Huldrych Günthard, chef de la division des maladies infectieuses de l'hôpital universitaire de Zurich.

Dans les études sur le VIH, 70 à 80% des malades acceptent généralement d'y participer, ajoute-t-il. Avec le Covid-19, la participation n'est que de 30% environ.

Pour le médecin, cette situation reflète une méfiance croissante à l'égard de la médecine. "Ce n'est que si un nombre suffisant de personnes communiquent leurs données que la science pourra savoir si les nouvelles thérapies sont utiles ou non", rappelle-t-il, soulignant que le manque de soutien des politiciens et des institutions est également un problème pour les chercheurs.

15h45

Mais quand prendra fin la crise du Covid?

Les experts s'interrogent dans la presse dominicale sur le temps qu'il faudra encore passer avant de dompter le Covid-19. Sous conditions, un infectiologue zurichois table sur l'été 2022 alors que la scientifique en chef de l'OMS se montre moins optimiste.

>> Lire: Mais quand prendra fin la crise du Covid? A l'été 2022... ou plus tard?

15h30

Essoufflement de la campagne de vaccination

L'essoufflement de la campagne de vaccination contre le SARS-CoV-2 en Suisse laisse les médecins cantonaux perplexes, indique le SonntagsBlick.

Les médecins ont fait tout leur possible, déclare dans le journal Markus Schmidli, médecin cantonal d'Appenzell Rhodes-Intérieures. "Ceux qui souhaitaient être vaccinés, l'ont été. Les autres ne le veulent pas", ajoute-t-il.

Craintes pour l'hiver

Avec un taux de vaccination de seulement 60%, des hôpitaux s'inquiètent d'une hausse des hospitalisations en hiver.

Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé, Lukas Engelberger, se dit toutefois opposé à un objectif de vaccination, à partir duquel un allègement des mesures de restrictions visant à lutter contre la propagation du virus serait possible. Il réclame que les règles les plus importantes s'appliquent dans toute la Suisse, sans de grandes différences cantonales.

>> Voir aussi les explications de Pierre Nebel:

La revue de presse avec Pierre Nebel [RTS]
La revue de presse avec Pierre Nebel / 12h45 / 1 min. / le 10 octobre 2021

15h15

Nouvelles manifestations samedi

Une manifestation contre le certificat Covid et les "restrictions des libertés" a rassemblé près de 3000 personnes samedi après-midi à Genève. Parti de la place de Neuve, le cortège a traversé les rues basses jusqu'à la place des Nations.

>> Voir le sujet du 19h30:

Près de 3000 personnes manifestent à Genève contre le certificat Covid [RTS]
Près de 3000 personnes manifestent à Genève contre le certificat Covid / 19h30 / 2 min. / le 9 octobre 2021

>> Lire en détail: Environ 3000 personnes défilent à Genève contre le certificat sanitaire

Plus de 1000 personnes opposées aux mesures de lutte contre le coronavirus ont également manifesté à Bâle samedi après-midi dans un rassemblement autorisé par la police.

Au même moment, près de 200 personnes participaient à une contre-manifestation non autorisée dans le Petit-Bâle. Elle était organisée par le groupe antifasciste "Basel nazifrei" (Bâle sans nazis), qui dénonce notamment la porosité entre les mouvements anti-Covid et les discours d'extrême-droite, notamment les théories complotistes antisémites.

DIMANCHE 10 OCTOBRE

Le dossier

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus