Modifié

L'année hydrologique 2020-2021 a été excessivement humide

Promenade sous la pluie à Lucerne, le 12 juin 2021. [Urs Flueeler - Keystone]
L'année hydrologique 2020-2021 a été excessivement humide en Suisse / Le Journal horaire / 34 sec. / le 4 octobre 2021
L'année hydrologique 2020-2021, qui s'est achevée au mois de septembre, a été excessivement humide, notamment dans le nord de la Suisse. A Bâle et à Saint-Gall, il est tombé près d'un tiers de précipitations en plus que la moyenne.

Après un printemps humide et un été avec des pluies record à certains endroits, l'année hydrologique a connu sans surprise un excès de précipitations, écrit lundi SRF Meteo. L'année hydrologique commence le 1er octobre et se termine le 30 septembre.

A Bâle, 1064 millimètres d'eau par mètre carré sont tombés, contre une moyenne à long terme de 780. Seules les années record de 1939 (1200 millimètres), 1992 et 1999 ont dépassé cette valeur. A Saint-Gall aussi, les précipitations ont été supérieures de plus de 30% à la moyenne.

>> Relire également: Un niveau de précipitations inédit depuis 70 ans en ce début d'été

Grandes différences locales

Contrairement aux températures assez uniformément réparties, il existe de grandes différences locales dans les quantités de précipitations, note SRF Meteo. A Genève, les 950 millimètres enregistrés correspondent assez bien à la moyenne à long terme.

A Lugano également, la météo n'a été que légèrement plus pluvieuse que d'habitude, alors que les précipitations ont été supérieures à la moyenne au Tessin. A Braunwald (GL), les pluies ont même été inférieures à la moyenne, alors que le reste du canton a enregistré des excédents.

Les mois de juin et juillet, en particulier, ont donné lieu à des précipitations record dans de nombreux endroits. A contrario, l'année hydrologique a également enregistré des mois secs, comme février ou avril. Le mois de novembre a même été beaucoup trop sec.

ats/cab

Publié Modifié