Modifié

Les dons de vaccins de la Suisse au programme Covax ne sont toujours pas distribués

L'initiative Covax veut garantir un accès aux vaccins partout dans le monde. Les dons de vaccins de la Suisse tardent à partir [RTS]
L'initiative Covax veut garantir un accès aux vaccins partout dans le monde. Les dons de vaccins de la Suisse tardent à partir / 19h30 / 2 min. / le 7 septembre 2021
Plus de deux mois après l'annonce des dons, les vaccins anti-Covid promis par la Suisse au programme Covax n'ont toujours pas été distribués à des pays pauvres. Le système mis en place par l'OMS peine pour l'heure à supprimer les inégalités d'accès aux vaccins.

Trop lent, trop peu? Promise le 30 juin, l'aide de la Suisse à l'initiative Covax va enfin se concrétiser. Un accord a été signé fin août pour 4 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19. Celles-ci devraient partir vers des pays à bas revenus dans les semaines à venir.

Malgré l'urgence sanitaire avec l'émergence du variant Delta, quatre mois se sont écoulés pour arriver au terme du processus: examen du don, décision du Conseil fédéral et mise en oeuvre. Un délai étonnamment long pour un vaccin pas autorisé en Suisse, et donc jamais administré.

"On a tout fait pour que cela se passe le plus vite possible, mais évidemment on devait élaborer ce contrat pour la mise en oeuvre avec les différents partenaires concernés", se défend Virginie Masserey,  cheffe de la section contrôle des infections de l'OFSP, interrogée mardi dans le 19h30 de la RTS. Elle souligne aussi l'aide financière apportée par la Suisse à Covax: 20 millions de francs en 2020 et 125 millions cette année.

"La seule solution, c'est la solidarité internationale"

Le don de la Confédération reste trop timide, selon certaines voix critiques. La conseillère nationale genevoise Stefania Prezioso a interpellé le Conseil fédéral, lui demandant de faire profiter les pays pauvres des doses de vaccin excédentaires.

"Chaque pays est en train de calculer ses doses à lui comme si le virus ne circulait pas", regrette la parlementaire d'Ensemble à gauche. "Dans le contexte de la santé, la seule solution c'est la solidarité nationale et internationale. Et ça m'inquiète que le Conseil fédéral ne le comprenne pas."

Pour la Genevoise, le dernier mot devrait revenir aux politiques publiques de santé. "Mais ce n'est pas le cas. C'est la politique, ce sont les affaires, ce sont des contrats négociés sans aucune transparence. Face à ça, on n'est pas près de sortir de cette crise", déplore Stefania Prezioso.

"La Suisse aura des doses dont elle n'a pas besoin"

Avec deux millions de doses en réserve dans les frigos de l'armée et d'importants contrats signés, l’approvisionnement de la Suisse est plus qu'assuré. En août, la Confédération a même convenu avec Moderna de reporter la moitié de la livraison prévue pour ce mois. Ces 500'000 doses pourront “être aménagées” au quatrième trimestre, indique l'OFSP. Mais il n'est pas pour l'heure prévu de les donner à d'autres pays.

De nouveaux dons de la Suisse pourraient toutefois voir le jour ces prochains mois. "Maintenant, c'est vrai qu'avec tous les contrats d'achats et de réservations qu'on a fait pour la Suisse, on aura très vraisemblablement un certain nombre de doses dont on n'aura pas besoin", indique Virginie Masserey. Le Conseil fédéral peut, quand il le souhaite, réévaluer la situation.

Les inégalités persistent à travers le monde

La Suisse n'est pas le seul pays à temporiser la distribution de doses excédentaires. Comme elle, l'Allemagne, l'Italie et la Belgique n'ont pas encore transféré de doses via Covax, malgré les promesses qui s'étaient multipliées à la suite du G7 en juin.

Pour l'instant, une dizaine de pays ont envoyé des vaccins via le système. Les quantités restent modestes à une exception près: les dons en provenance des Etats-Unis. Ces derniers ont déjà distribué 77 millions de doses via Covax, en plus de soutiens financiers importants.

L'Afrique oubliée

A ce jour, Covax a livré 238 millions de doses: 103 millions proviennent de dons, 135 millions de leurs propres achats, d'après les données de l'Unicef. Cela reste très loin des 2 milliards de doses visées pour l'année 2021. Ces vaccins sont distribués dans près de 90 pays à bas revenus, qui représentent une population de 2,8 milliards de personnes.

Résultats, l'initiative Covax reste très loin d'effacer les inégalités à travers le monde dans l'accès au vaccin contre le Covid-19. Sur le continent africain, 5% de la population a reçu au moins une dose. Ce taux atteint 60% voire 70% dans les pays riches.

>> Lire aussi: "La Suisse soutient depuis le début le programme Covax", rappelle Alain Berset

Valentin Tombez avec Delphine Gianora

Publié Modifié

"Les pays riches ont acheté 4 à 5 fois le nombre de doses dont ils avaient besoin"

Aurélia Nguyen, la directrice du système Covax, explique dans le 19h30 que la structure multilatérale est efficace, mais qu'elle souffre du manque de solidarité internationale: "On a un modèle en place qui marche, mais on a besoin de plus de doses."

Avec 9 milliards de francs à disposition, Covax peut compter sur d'importantes ressources financières. Mais Aurélia Nguyen explique que le problème vient du manque de doses disponibles.

"Au début de la pandémie, en 2020, les pays riches ont pu faire des paris très conséquents en achetant des doses pour plusieurs vaccins sans savoir lesquels marcheraient. Ils ont donc acheté 4 à 5 fois le nombre de doses dont ils avaient besoin pour couvrir leur population. Pendant ce temps-là, Covax, qui est financé par des dons, avait d'abord besoin de lever de l'argent, et a donc pris du retard."

"Chaque troisième dose est une dose qui n'est pas donnée à une personne à risque du sud"

Certains pays lancent l'idée d'une troisième dose. Israël a franchi le pas, la France pourrait suivre mercredi, la Suisse y songe également. Pour la directrice de Covax, il faudrait utiliser ces doses plus intelligemment, en sachant que les études scientifiques actuelles montrent que les vaccins sont efficaces contre les formes sévères et mortelles de la maladie, y compris contre le variant Delta.

"Chaque dose qui est donnée en troisième dose en Occident est une dose qui n'est pas donnée en première dose à un médecin, à une personne âgée, à une personne immunodéprimée dans les pays du sud."

>> L'interview d'Aurélia Nguyen, la directrice du système Covax:

Les précisions de la directrice générale de Covax, Aurélia Nguyen [RTS]
Les précisions de la directrice générale de Covax, Aurélia Nguyen / 19h30 / 3 min. / le 7 septembre 2021

Une partie de l'aide internationale ne passe pas par Covax

Tous les Etats ne recourent pas au système Covax pour distribuer des vaccins à d'autres pays. D'autres programmes se mettent en place, notamment celui de l'Union africaine, mais pour l'heure de nombreux dons sont surtout négociés directement entre Etats.

D'après les données de l'Unicef, 96 millions de doses ont ainsi été données cette année. Quatre pays sont à l'origine de 90% de ces dons, il s'agit des Etats-Unis, la Chine, le Japon et l'Inde.