Modifié

La transparence sur le financement des partis progresse dans les cantons

Zoom (vidéo) - Transparence pour le financement des partis? [RTS]
Zoom (vidéo) - Transparence pour le financement des partis? / La Matinale / 2 min. / le 2 septembre 2021
La transparence du financement des partis, serpent de mer de la vie politique suisse, est à nouveau empoignée dans des parlements cantonaux. Le Jura et Vaud veulent faire évoluer leurs pratiques, alors qu'au niveau fédéral le Parlement a décidé en juin de lever l'opacité sur l'argent en politique

La transparence du financement des partis a été débattu mercredi au Parlement jurassien, et mardi au Grand Conseil vaudois. Jura et Vaud pourraient bientôt rejoindre le Tessin, Genève, Neuchâtel, Schwyz et Fribourg, cantons qui disposent déjà d'un cadre légal qui réglemente le financement des partis politiques et des campagnes électorales.

Le Valais vient également de terminer la consultation d'un projet de loi pour plus de transparence, soumis au vote en 2022.

Au niveau national, les Chambres fédérales ont elles aussi adopté en juin un texte qui lève l'opacité sur l'origine de l'argent en politique.

Sur tout l'échiquier politique

Si la transparence est habituellement une revendication de la gauche, elle rencontre aujourd'hui l'adhésion même dans des parlements à majorité de droite. Sous la coupole fédérale, le texte du parlement est une réponse à une initiative de la gauche, qui avait de grandes chances de passer devant le peuple.

La transparence semble être dans l'air du temps. Pour preuve, à Fribourg en 2018, l'initiative des Jeunes socialiste a été acceptée par  68,5% des votants. En 2019, les Schwytzois ont quant à eux dit oui à 54%, dans un canton pourtant largement dominé par les partis bourgeois.

Le Groupe d’Etats contre la corruption (Greco) et d'autres instances internationales ont souvent pointé la Suisse comme un mauvais élève. Son rôle n'apparaît toutefois que marginal: les politiciens suisses restent relativement imperméables aux injonctions de l'étranger.

Une idée en route

Ce qui a joué un rôle, c'est qu'au sein du centre-droite et de la droite - Le Centre et le PLR notamment - l'idée de la transparence a mûri. Ces partis portaient avec l'UDC le soupçon de l'inégalité des moyens, alors même qu'ils ne disposent pas des moyens de cette dernière.

C'est surtout vrai au niveau fédéral, mais par ruissellement, cela influence les cantons. Certaines affaires, comme celles de Pierre Maudet à Genève, ont également alimenté la méfiance envers la classe politique. A droite aussi, on se dit que faire la lumière est un bon moyen de rétablir la confiance.

Concrètement, dans l'actualité récente des cantons, le peuple jurassien devra trancher dans les urnes entre une initiative socialiste et un contre-projet du parlement.

Dans le canton de Vaud, la révision de la loi sur l'exercice des droits politiques est en cours. Elle prévoit la publication des budgets de campagne 30 jours avant le vote, et celle de l'identité des donateurs de plus de 5000 francs. La gauche veut la publication pour les votations et les élections, la droite uniquement pour les votations. A voir où s'arrêtera le curseur, mais en tous les cas, la transparence progresse.

Xavier Alonso/kkub

Publié Modifié