Modifié

Berne autorise les cantons de Vaud et du Valais à tirer deux loups chacun

Le loup a recolonisé les contrées sauvages de Suisse.
WWF/GIANCARLO MANCORI
Keystone [WWF/GIANCARLO MANCORI - Keystone]
La Confédération autorise les cantons de Vaud et du Valais pour tirer deux loups chacun / Le Journal horaire / 12 sec. / le 30 août 2021
Vaud et Valais ont reçu le feu vert de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) pour des tirs de régulation du loup. Chaque canton pourra abattre deux jeunes individus, issus respectivement des meutes du Marchairuz et du Val d'Hérens.

Les autorités vaudoises avaient déposé leur demande le 3 août après plusieurs attaques sur des troupeaux de bovins dans le Jura vaudois. Celle du Valais, envoyée quelques jours plus tard, était fondée sur des attaques de moutons.

>> Relire: Vaud sollicite un tir de deux jeunes loups auprès de la Confédération

Dans les deux cas, le tir de deux jeunes loups vise à "induire un changement de comportement au sein de la meute", explique lundi l'OFEV dans un communiqué. Il précise que l'autorisation court jusqu'au 31 mars prochain.

Pour que les loups redeviennent craintifs, l'OFEV recommande aux deux cantons de tirer, si possible, les jeunes individus lorsqu'ils se trouvent dans un groupe et à proximité d'habitations ou de troupeaux d'animaux de rente.

Une première pour le canton de Vaud

Côté vaudois, c'est la première fois que le canton est autorisé à effectuer de tels tirs sur des loups. Ils sont nécessaires "pour répondre aux pertes des éleveurs et permettre le maintien d'une activité pastorale tout en facilitant à long terme l'acceptation du loup dans la région", relève l'Etat de Vaud dans son communiqué.

En faisant leur demande à Berne, les autorités vaudoises avaient mentionné au moins six attaques sur des veaux depuis la mi-juin dans la région du Marchairuz, dont la majorité était imputable au loup. Or, selon l'ordonnance fédérale sur la chasse, il suffit que deux bovins soient tués sur une période de quatre mois pour permettre un tir de régulation. Il faut également que des mesures de protection "raisonnables" aient été mises en place.

Les tirs seront effectués par le corps des surveillants de la faune de la Direction générale de l'environnement (DGE). En Valais, ce sont les gardes-faune du Service de la chasse, de la pêche et de la faune (SCPF) qui pourront abattre les deux jeunes loups. La mesure vise, là aussi, à effrayer une meute qui a tué onze moutons au cours des quatre derniers mois dans le Val d'Hérens, en dépit de mesures de protection.

Des recours possibles

Les décisions de tir seront publiées vendredi dans le Bulletin officiel (pour le Valais) et la Feuille des avis officiels (Vaud). Des recours sont possibles.

"Ce tir ne met pas en danger la survie de l'espèce sur notre territoire", souligne encore l'Etat de Vaud. Il mentionne notamment que le loup ne peut être régulé que si la meute concernée s'est reproduite avec succès pendant l'année durant laquelle la régulation a été autorisée. Il rappelle aussi que son objectif consiste toujours à favoriser la cohabitation des grands prédateurs avec les activités humaines.

ats/vajo

Publié Modifié