Modifié

Les femmes investissent le Palais fédéral pour préparer leur session spéciale

Les coupoles du Palais fédéral à Berne. [Peter Klaunzer - Keystone]
Les femmes ont investi le Palais fédéral pour débattre de questions d’égalité / Le 12h30 / 2 min. / le 19 août 2021
Les femmes ont investi le Palais fédéral depuis le début de la semaine pour siéger dans des commissions thématiques visant à préparer la session des femmes qui aura les 29 et 30 octobre, pour la seconde fois après 1991.

Initiée par la faîtière apolitique des organisations féminines suisses Alliance F, la session des femmes doit permettre de débattre de questions d'égalité et de transmettre des propositions concrètes au Parlement.

Parmi les 246 élues, il s'agit pour certaines d'un baptême du feu en politique. "Une journée forte en émotions, remplie de belles initiatives et de débats très intéressants dans un lieu extraordinaire", narre ainsi la Valaisanne Sophie Haenni, qui fait partie de la commission pour les questions juridiques et la protection contre toute forme de violence, après sa première journée sous la Coupole.

Pour une prise de conscience du Parlement

Autre élue valaisanne, Valentina Darbellay, qui siège dans la commission de la science, s'est de son côté dit jeudi dans le 12h30 "très étonnée d'entendre qu'il existe encore des problèmes en matière d'égalité dans le monde académique, dans le monde de la recherche. Et d'ajouter: "J'ai beaucoup apprécié le fait qu'on puisse contribuer à un processus qui se passe en ce moment, celui d'encourager les politiques du genre qui prennent en compte les besoins des femmes."

La Vaudoise Véronique Boillet salue de son côté une première expérience très riche et espère que la session des femmes aura un réel impact: "J'ai le petit espoir que le Parlement aura une prise de conscience et que les relais féminins au Parlement pourront avoir plus de force pour porter des sujets importants et qui doivent faire l'objet d'améliorations."

"Le but n'est pas de faire du tricot ensemble"

Pour accompagner les néophytes, il y a aussi des parlementaires, à l'image de la Fribourgeoise Marie-France Roth Pasquier, conseillère nationale du Centre, qui encadre l'une des commissions. Elle se dit confiante quant au résultat: "J'espère vraiment que cela fera avancer les thématiques, le but n'est pas de faire du tricot ensemble, mais de déposer des projets, des motions, des interpellations. J'espère vraiment qu'on sortira des choses très concrètes de ces commissions."

Au total, huit commissions ont été mises sur pied et leurs propositions en faveur de l'égalité des genres seront débattues en plénum lors de la session des femmes à la fin octobre.

>> Lire aussi: Les femmes font basculer un vote sur dix au Conseil national

mg/boi

Publié Modifié